Skip to navigation – Site map
Women in Arms: from the Russian Empire to Post-Soviet States - Research Notes (3)

Servir ou combattre : que les femmes cherchent-elles dans l'armée russe ?

To serve or to fight? What do women seek in the Russian Army?
Elena Lysak

Abstract

There are few women in the contemporary Russian Army, especially in comparison with other countries of the world. While patriarchal stereotypes may create an obstacle for women who want to serve in the armed forces, there are still a significant number of women in Russia who are motivated by service in the army. What attracts them to this profession? How do they see their professional and personal realization in the armed forces? Based on several interviews, this research note attempts to identify some of the interviewees'motivations: the search for family and economic stability, ideological motivations and work conditions. It also analyses the different kinds of gender identity that women create for themselves in the army.

Top of page

Full text

  • 1 Je tiens à remercier chaleureusement Elisabeth Sieca-Kozlowski et Amandine Regamey, qui m'ont beauc (...)

1Comme toutes les armées du monde, si l’armée russe est une armée d’hommes, les femmes ne sont pas pour autant absentes de son histoire : femmes épouses de soldats, lavandières, vivandières, prostituées, mais aussi combattantes. Selon les historiens, les femmes slaves ont participé à de nombreuses batailles aux côtés des hommes1. L'accès officiel des femmes à l'armée est établi au XVIIIe siècle lors de la publication du Code militaire par le tsar Pierre I ; plus tard, la tsarine Catherine II demande au prince Grigori Potemkine de créer une compagnie féminine spéciale. Pendant la guerre de Crimée (1853-1856) plus de 120 sœurs de la Charité de la Sainte-Croix prennent soin des soldats malades et blessés.

  • 2 S. Rykov, « Slabyi pol v silnoi armii », Nezavisimoe voennoe obozrenie, 2000, # 3, pp. 1-3.

2A l'époque soviétique l'engagement des femmes dans l'armée est fondé sur le principe du volontariat. Selon la loi de l'URSS « sur le service militaire obligatoire » de 1925, la participation des femmes au service militaire est obligatoire, mais uniquement pendant la guerre. En temps de paix, les femmes de 18 à 34 ans peuvent volontairement servir au moins un an. Au cours de la Grande Guerre Patriotique (1941-1945) le nombre de femmes militaires en Russie augmente. Le gouvernement appelle à la mobilisation totale et a décidé de recruter dans l'Armée rouge des femmes de différents métiers (infirmières, snipers, etc.). De plus sont formés des brigades d'infanterie et des régiments d'aviation composés uniquement de femmes. Selon les dernières estimations des historiens, à cette période environ 800 000 femmes sont mobilisées ou partent comme volontaires au front, dont 150 000 sont récompensées par des médailles et des décorations militaires2.

  • 3 F. Gazagne, « La féminisation des armées », Les Fiches du Centre d’Etudes en sciences politiques et (...)
  • 4 Op.cit.
  • 5 « Armée américaine : femmes et hommes désormais égaux au combat  », Libération, 24 janvier 2013, ht (...)

3Au-delà de ce contexte historique on pourrait supposer qu’il existe dans la Russie contemporaine, comme dans d’autres pays, une féminisation de l'armée. Cela correspondrait à l'augmentation du nombre de femmes militaires professionnelles dans le monde entier, et à un engagement grandissant des femmes dans tous les domaines de la vie publique et sociale. En effet, plusieurs chercheurs aujourd’hui affirment que « l’univers militaire est de moins en moins dominé par les valeurs de puissance, de capacité à commander, d’obéissance aux ordres, mais de plus en plus par celles d’organisations bureaucratiques classiques, où les femmes peuvent apporter des compétences ou des approches nouvelles »3. La féminisation de l’armée est souvent associée au manque de recrues masculines, surtout pendant les conflits. Dans le même temps, l’exemple des forces armées américaines illustre parfaitement la possibilité d'intégrer les femmes dans la carrière militaire : « Les bonnes performances des femmes dans des rôles de soutien en zones de combat durant les années 1980 et 1990 ont engendré un débat public sur l’ouverture des positions de combat aux femmes. Le débat s’est concentré principalement sur les contributions spécifiques apportées par les femmes en matière d’efficacité »4. En conséquence, aux Etats-Unis les femmes ont été officiellement autorisées début 2013 à prendre part aux combats. Selon le secrétaire à la Défense « les femmes militaires ont été confrontées à la réalité du combat, ont montré qu’elles étaient prêtes à se battre et, oui, à mourir pour défendre leurs compatriotes ... Il est temps de reconnaître cette réalité »5.

  • 6 L. Minano, J. Pascual, La guerre invisible révélations sur les violences sexuelles dans l'armée fra (...)
  • 7 « S 2004 goda voinskie chasti postoiannoi gotovnosti budut formirovatsia na kontraktnoi osnove », N (...)
  • 8 « Sut' voiennykh reform v Rossii - plan Serdiukova », RIA Novosti, 2008, http://ria.ru/defense_safe (...)

4Pourtant, dans l’armée russe le nombre total de femmes est très faible, surtout en comparaison avec d’autres pays européens. Aujourd'hui il est d’environ 5 % en Russie, contre 15 % en France, dont l'armée est la plus féminisée d’Europe6. Certes, depuis 1980, le nombre des femmes militaires à tendance à augmenter en Russie : 1,6 % en 1980, 1,8 % en 1985, 3,3 % en 1990, 10 % en 1999. Mais la programme de transition vers l’armée professionnelle de Sergueï Ivanov (2004-2007)7 et la réforme d'Anatoli Serdioukov (2008-2012)8 ont fait baisser le nombre total des militaires. Le nombre d’hommes a été divisé par deux, celui des femmes - par trois. La réduction s’est faite en plusieurs étapes, il en a résulté qu'en 2009 le nombre total de femmes avait diminué d'environ 7 %.

5Malgré tout on trouve en Russie des femmes très motivées par leur travail dans l'armée, pour lesquelles l’engagement dans le secteur militaire est un choix s’expliquant par différents facteurs comme la réalisation professionnelle, la protection sociale, la stabilité des salaires, etc. Mais dans le même temps ces femmes font face, d'une part à l'absence d’opportunités réelles pour faire valoir leurs droits, d'autre part aux stéréotypes sexistes de la société.

6La question du genre dans l'armée doit être posée dans le cadre plus général du genre dans la société. Influencée par les traditions de la religion orthodoxe, la société russe est toujours imprégnée par des représentations patriarcales. Ainsi le dirigeant de l'Eglise orthodoxe russe, le patriarche Cyrille 1er de Moscou, a défini le féminisme comme un phénomène « dangereux pour la société »,

  • 9 « Patriarkh Kirill shchitaet feminizm ochen opasnym iavleniem », RIA.ru, 9 April 2013, http://ria.r (...)

« parce que les organisations féministes proclament la pseudo liberté des femmes, qui se réaliserait avant tout en dehors du mariage et en dehors de la famille. Ce n’est pas la famille, pas plus que l'éducation des enfants, qui sont au centre de l'idéologie féministe, mais une autre fonction des femmes, qui s'oppose souvent aux valeurs familiales »9.

7De telles déclarations rappellent le poids de la définition traditionnelle des rôles en Russie : selon la « destination naturelle » des sexes, si la nature des hommes est d'être forts, la nature des femmes est d'être faibles et vulnérables. C’est pourquoi les professions socialement considérées comme les meilleures pour les femmes russes sont traditionnellement associées à l'aide et aux soins apportés aux hommes et aux enfants. Les professions militaires étant historiquement liées à la question de la virilité, les stéréotypes genrés y sont beaucoup plus perceptibles que dans d’autres domaines professionnels.

8Au regard de cette situation, comment les femmes russes arrivent-elles à trouver leur place dans cette institution masculine ? Recrutées pour des métiers militaires, cherchent-elles à adopter de types de comportement spécifiques ? Ou préfèrent-elles plutôt préserver leur féminité dans un milieu masculin ? Et enfin, les femmes dans l’armée russe réclament-elles l'émancipation et de l’égalité avec les hommes ? Pour répondre à ces questions nous avons réalisé une recherche basée sur l'utilisation de méthodes qualitatives. Les vingt témoignages de représentants du secteur militaire, recueillis au cours d’entretiens semi-directifs, nous ont permis d'approcher la perception des acteurs eux-mêmes sur ce sujet, de tracer des profils types et de dégager quelques enjeux essentiels. Sur les vingt témoignages obtenus, nous en avons choisi six qui illustrent le mieux les trajectoires de ces femmes.

« Je n'avais aucun endroit où aller... » : à la recherche de la stabilité économique et familiale

  • 10 « O nekotorykh problemakh zaniatosti zhenshchin v stranakh SNG », Vseobshchaia konfederatsiia profs (...)

9Comprendre le choix, par les femmes de la profession militaire suppose tout d’abord de replacer ce problème dans le cadre plus général du marché du travail et des possibilités qui s’offrent aux femmes russes. Il y a bien sûr une différence entre l’époque soviétique (avant 1991), où presque 100% des femmes travaillaient, et les années post-soviétiques, quand avec la montée du chômage les femmes ont été les premières exclues du marché du travail. De plus, la grave crise économique de l'année 1998 en Russie a provoqué une hausse des prix et une croissance rapide de l'inflation, une personne sur cinq s’est trouvée en dessous du niveau de pauvreté (21,7% de la population totale). Cette crise a également provoqué une augmentation du chômage surtout pour le personnel féminin. Selon les statistiques de l’époque, le nombre de femmes au chômage était de 47,3%, dont 73% ont été licenciées pour des raisons économiques10.

10La crise a touché particulièrement les familles monoparentales. Or bien que la famille biparentale traditionnelle prévale encore aujourd'hui en Russie, le nombre de familles monoparentales y est assez considérable. Selon les statistiques, la proportion de mères célibataires, de veuves et de divorcées vivant avec des enfants est d’environ 13% pour l’ensemble du pays11. Après un divorce, l'enfant reste généralement avec sa mère et non avec son père. C’est aux mères que la société reconnait la responsabilité de l’enfant12, même si l'égalité des droits de deux parents pour la garde de l'enfant est posée par le Code de la famille de la Fédération de Russie, et qu’il existe plusieurs exemples de « pères célibataires »13.

11Ainsi, en raison de l’instabilité économique en Russie, le travail dans l’armée est particulièrement attirant pour les mères célibataires, ainsi que pour les femmes divorcées et les veuves avec enfants, en raison du salaire stable, du logement garanti, des soins médicaux gratuits, etc. En même temps, par leur présence, les femmes divorcées et les mères célibataires jouent un rôle important dans la construction des rapports de genre dans l'armée. Dans les entretiens, tant les jeunes femmes (environ 20 ans) que les plus âgées (plus de 50 ans) ont eu tendance à se distinguer de leurs collègues militaires en fonction du genre, comme le montrent les deux histoires suivantes.

12Elena Ivanovna, 54 ans, enseigne en chef de réserve, est employée dans un service économique de l’armée. Femme active et énergique, elle attire le regard avec son maquillage lumineux et sa coiffure élevée. Etant dispensée, dans son poste actuel, de l'obligation de porter un uniforme, Elena Ivanovna porte une jupe serrée et des chaussures à hauts talons - tout ce qu`il faut, comme elle dit « pour rester attrayante ».

  • 14 Entretien, 22 octobre 2014. Le prénom a été modifié .

« Dès le début de mon travail dans l'armée en 1986, j'ai essayé d'être attrayante pour les hommes. A l'époque j’avais 25 ans, j’étais divorcée, avec une fille de 3 ans. Le divorce n’ a pas été facile pour moi, donc j’ai dû quitter d'urgence ma ville natale, Koursk. Une amie m'a conseillé d'aller dans l'armée, car c’est stable et ça donne un bon salaire. J’ai appelé le bureau de recrutement, où l'on m'a proposé le poste de chef de cantine militaire dans une garnison d'Extrême-Orient. Ainsi, je devais aller très loin de ma maison, et cela me convenait parfaitement. Dans la garnison j’ai immédiatement eu une grande chambre séparée, un bon salaire. Finalement je suis devenue indépendante »14.

13Formée comme cuisinière, Elena Ivanovna aimait, dans son travail militaire, la possibilité d'être constamment entourée d'hommes. De plus, elle s'est rapidement fait un grand nombre de connaissances.

  • 15 Ibid.

« Je dirigeais la cantine, donc chaque jour je nourrissais les officiers et les soldats. De plus, vous savez, j’étais jeune, belle, bien éduquée. Tout le monde me respectait. Tous les hommes ne cessaient de me faire des compliments, de me faire la cour. En fait, c’était très agréable ! Après deux ans, à cause de la maladie de mes parents, j’ai été obligée de m’occuper d'eux. Alors, pour vivre non loin j’ai décidé de déménager dans la capitale. A cette époque, c’était une procédure compliquée, et j’ai violé la loi par un mariage fictif avec un militaire, envoyé travailler à Moscou. Et moi, j’ai été transférée sur son lieu de travail, dans sa Division où j’ai travaillé ces dix-neuf dernières années »15.

14Elle a trouvé son « vrai mari » un peu plus tard. C’était un de ses collègues militaires, un jeune officier avec une carrière très prometteuse.

  • 16 Ibid

15« J’ai vraiment aimé les militaires. En outre, à l'époque il était très prestigieux d’épouser un militaire. A vrai dire, j’ai eu beaucoup de candidats pour le rôle de mari, je pouvais choisir parmi eux et j’ai probablement choisi le plus digne. Drôle d’histoire! Il était officier de service dans la cantine, c’est grâce au travail que nous avons été en contact très étroit. Mon mari était de 8 ans plus jeune que moi, un homme très bon et attentif. Nous avons eu un mariage très heureux, mais après 20 ans nous avons divorcé »16.

  • 17 Ibid

16Très vite Elena Ivanovna a rencontré son mari suivant, là encore un officier beaucoup plus jeune qu'elle. « Après le divorce, presque tout de suite j’ai épousé un colonel. Il avait 42 ans, et moi, j’étais âgée de 50 ans, nous vivons ensemble depuis ce jour »17. Cette expérience lui permet de généraliser le rôle des femmes dans l'armée et faire une conclusion sur la place des femmes dans la société russe.

  • 18 Ibid

« Les femmes ont beaucoup plus de possibilités de réussir quand elles gardent et soulignent leur féminité ! C’est une tâche masculine que de travailler pour atteindre le succès, les femmes sont capables d’obtenir ce dont elles ont besoin à travers les hommes. Ca marche dans tous les domaines de la société, mais il n’y a que dans l'armée que nous sommes entourées par un grand nombre d'hommes. En fait, être une femme militaire – c’est très pratique et très agréable ! Quant à moi, je suis heureuse de m’être engagée dans l'armée »18.

17Le parcours d’Elena Ivanovna suggère que des femmes peu protégées socialement peuvent chercher de la stabilité en considérant leurs collègues et subordonnés militaires comme maris potentiels et pères de leurs enfants. A ce parcours soviétique répond celui, plus récent, de Ekaterina Petrovna, 27 ans, soldat, chef d’un poste de secours médical.

18A première vue il est évident que Ekaterina Petrovna travaille comme militaire. Elle porte l’uniforme avec des pantalons et des bottines, ses cheveux sont courts, son visage n'est pas maquillé, ses mouvements sont brusques, sa voix est forte. Tout cela donne l'impression d'une jeune femme qui ne veut pas se distinguer de ses collègues masculins, mais son récit montre le contraire :

  • 19 Entretien, 22 octobre 2014. Le prénom a été modifié.

« Je suis venue dans l'armée il y a seulement six mois. Après mon divorce je suis restée toute seule, et j’ai décidé de m’engager dans une Division d'infanterie motorisée. Avant cela j’ai travaillé comme infirmière du SAMU, c’était presque le même métier, sauf que c’était un travail civil. Aujourd’hui je travaille en tant que chef de poste de secours médical, et c’est beaucoup plus stable qu’auparavant. J’ai un fils de six ans, et je dois penser à son avenir »19.

19Le rappel de son parcours personnel s`accompagne d`un discours qui met en avant des qualités considérées comme intrinsèquement féminines.

  • 20 Ibid

« Dans l'armée je m’occupe de la santé des soldats - des jeunes hommes qui viennent de quitter leurs familles pour apprendre à défendre la patrie. Mais le plus important encore, c’est que j’aide les soldats à résoudre leurs problèmes personnels. Je leur donne des conseils, je les soutiens, je les rassure. Figurez-vous quelle est ma responsabilité ! Les soldats sont de vrais enfants. Parfois, ils ne sont pas prêts à parler avec le commandant de leurs peurs, de leurs rancunes. Avec une femme, c’est beaucoup plus facile. Ainsi je ne fais pas simplement mon travail de médecin, mais je prends aussi part à l'éducation des défenseurs de la Patrie et j’accomplis mon devoir de citoyen. En fait c’est du patriotisme, si vous voulez »20.

20Le concept de « féminité » dans l'armée s’exprime non seulement par le corps, mais aussi par identification sociale des femmes elles-mêmes. Ekaterina Petrovna lie étroitement le rôle de mère qu’elle joue dans le domaine professionnel, à sa réalisation personnelle comme mère de famille. En décrivant sa vie personnelle, elle mentionne souvent l'éducation de son fils et l'exemple que sont pour lui les militaires :

  • 21 Ibid

« Mon fils voit dans l'armée des exemples de vrais hommes, qui sont forts, courageux, fiables. J’élève mon fils toute seule, c’est pourquoi les hommes qui nous entourent lui montrent un modèle de comportement masculin. Par conséquent, je suis très heureuse de travailler dans l'armée. Et j’espère rencontrer ici mon futur mari »21.

21Ainsi, dans une situation d’instabilité économique, de conditions de vie précaires, de chômage, l'armée attire des femmes par son image de stabilité et d’assurance pour l'avenir. Les deux histoires de femmes divorcées, avec des enfants, qui ont choisi l'armée comme un travail bien payé et stable, illustrent cette notion. Occupant des métiers traditionnellement féminins (cuisinière et médecin) elles représentent deux générations différentes, mais leur évaluation du service militaire reste la même: « Nous devons prendre soin des hommes et des enfants, ce sont les hommes qui doivent combattre ». Ainsi le domaine professionnel devient en Russie un reflet du modèle des relations familiales, où les femmes sont responsables de la maison, du ménage et de l'éducation des enfants.

« Citoyens de l'URSS, nous n'avons jamais pensé à la guerre… » : raisons idéologiques et conditions de travail.

22Le parcours de certaines femmes interviewées a commencé à l'ère soviétique, et leurs témoignages mettent en avant la confiance qu’elles avaient envers la toute puissance de la mère-patrie. Elles affirment que personne, même parmi les militaires, n’envisageait l’éventualité de combats. Due à l'expérience historique de nombreuses victoires militaires d’une part, cette confiance était soutenue d'autre part par un discours mettant en avant les héros et par un puissant système d’éducation idéologique. Par conséquent, dans les années 1960 et 1970, le travail dans l'armée devint plus administratif que militaire. L'armée soviétique, une des plus grandes du monde, avait en effet de nombreuses possibilités à offrir pour l'intégration des professions civiles.

23Une des spécificité de l'armée soviétique, puis russe, est que la plupart des femmes y aboutissent pour des raisons familiales. Nombre d’entre elles sont des épouses d’officiers, à l’instar de Tatiana Pavlovna, 63 ans, sergent de réserve, retraitée.

24Femme âgée, elle ne s'occupe plus aujourd'hui que de ses petits-enfants et du ménage. Dans sa datcha dans un village non loin de Moscou, tout est parfaitement ordonné – il est à noter que cette femme est très fière de son intérieur.

« Aujourd'hui, j’ai tout ce dont je rêvais avant ! C’est calme chez moi, et je suis devenue enfin propriétaire de ma propre maison. En fait, j`ai été récompensée pour des années de dur labeur.

  • 22 Entretien, 28 février 2015. Le prénom a été modifié .

Tout cela a commencé quand j’ai rencontré mon mari à Kiev, où il étudiait à l'Ecole militaire, et je suivais une formation de couturière ; après les études, nous nous sommes mariés. Quand nous avons commencé à travailler, chacun dans notre domaine, nous avions des chances égales professionnellement. Mon mari a terminé une école militaire très prestigieuse et j’ai été diplômée dans une spécialité assez populaire. Donc nous avions toutes les possibilités de bien nous développer et de réussir dans notre métier. Dans les années 1970 quand j’ai commencé à travailler, il y avait une tendance à attirer les jeunes professionnels à des postes de direction, c’est pourquoi à 23 ans, je suis devenu directrice d'une grande maison de couture. A l'époque j’avais déjà une fille et j’ai parfaitement combiné le rôle de mère de famille avec celui de chef d’une entreprise d’Etat. En effet j’avais un excellent salaire, un statut social élevé et une famille heureuse. Quoi de mieux »22.

25La carrière de son mari se développe en parallèle : ayant obtenu de bons résultats à l’Ecole militaire, il gravit rapidement les échelons. De plus, selon Tatiana Pavlovna, cet homme a toujours aimé étudier, acquérir de nouvelles connaissances, se développer dans la science militaire. Pour les officiers de l'armée russe l’obtention d’une formation complémentaire a toujours été un moyen d’accéder aux postes plus élevés, c’est pourquoi 6 ans plus tard, il décide d'entrer à l'Académie militaire de Moscou.

  • 23 Ibid

« C’était très important pour la carrière de mon mari. J’ai aimé l'idée de déménager à Moscou, parce que la capitale de l'Union Soviétique pouvait donner beaucoup plus de possibilités pour mon développement en tant que couturière. Mais quand nous sommes arrivés à Moscou, j’ai bien compris qu’on ne proposait un appartement qu’aux familles où les deux conjoints travaillaient dans l’armée, c’était une règle tacite. Sinon on nous donnait une chambre dans une habitation collective, évidemment ce n’était pas souhaitable pour notre famille avec un petit enfant. Donc j’ai décidé de m'intégrer au milieu militaire, j'ai appelé à l'Académie militaire et on m’a proposé le poste de chef du bureau des étudiants. Qu’est-ce que j’y faisais ? En fait, mon activité n'a pas changé radicalement : en tant que chef d'entreprise, j’avais fait beaucoup de travail organisationnel, j'écrivais des ordres, des instructions. En fait c’était des tâches bureaucratiques, que j’ai continué à remplir à l'Académie. Quant à mon développement créatif, j’ai appliqué mon talent hors du travail : j’ai dessiné des modèles de vêtements, j’ai cousu pour moi, pour ma fille, pour mes copines. Je pense que c’était tout-à-fait satisfaisant »23.

26Deux ans plus tard, après l'obtention du diplôme, son mari est envoyé en Extrême-Orient, et Tatiana Pavlovna continue à travailler dans l'armée en tant que secrétaire au bureau de l’état-major du régiment. Dans le contexte de cette petite garnison, où s'était installée la famille, c’est l'un des emplois les plus prestigieux pour une femme.

  • 24 Ibid

« A notre arrivée ma fille cadette avait six mois. Donc pendant les premières années à la garnison, je ne travaillais pas. Après j’ai décidé de trouver n’importe quel emploi, juste pour ne pas rester à la maison, pour être occupée à quelque chose. Vous savez, ce n’était pas une question d'argent, car mon mari était le commandant du régiment, et nous avions un bon statut social et un revenu très élevé, mais je voulais trouver une sorte de réalisation. Heureusement il y avait un poste libre au bureau de l’état-major et le travail proposé correspondait à ce que j’avais fait à Moscou. Mais étant une personne active j’ai rapidement trouvé à appliquer mes idées créatives à cet endroit. Avec les autres épouses des officiers nous avons créé un Zhensovet [Conseil des Femmes], qui s’est occupé de l’organisation des loisirs des officiers et des soldats. Nous organisions des concerts, les célébrations d'anniversaires et de jours fériés. Et bien sûr nous cousions des costumes pour ces événements. C’était très intéressant et passionnant»24.

  • 25 E. Ershova, « Garnizonnye zhensovety v Sovetskoi armii v 60-80 gody », ZhenSet, 1999, # 3-4, http:/ (...)

27Notons que l'existence des Conseils de femmes [Zhensovety] dans les garnisons de l'armée soviétique ne relève pas d'initiatives personnelles. Pour améliorer l'atmosphère de garnisons militaires, le gouvernement soviétique avait décidé de créer des Conseils de femmes, élus par les femmes elles-mêmes lors des réunions de la garnison. Dans un contexte d’offres d’emploi limitées, ces conseils sont devenus une forme d'organisation de femmes pour les aider à s'adapter au milieu dans lequel elles étaient obligées de vivre25.

28Grâce à son activité au sein des Conseils de femmes dans diverses garnisons, Tatiana Pavlovna a maintenu une identité professionnelle au cours des six années qui ont suivi son départ de Moscou. Plus tard, sa famille est retournée à la capitale, et son mari a commencé à travailler comme professeur à l'Académie militaire. Là, Tatiana Pavlovna s’est vue offrir un poste de directeur de la production de costumes de théâtre dans une société civile, où elle a travaillé jusqu'à sa retraite.

  • 26 Entretien, 28 février 2015. Le prénom a été modifié.

« Je comprends très bien que si j’étais restée dans ma profession, j’aurais pu faire une grande carrière comme créatrice de mode. Mais mon mari, lui aussi, avait d'excellentes perspectives, c’est pourquoi nous avons été obligés de choisir. Dans l’armée, j’ai choisi un travail administratif car je ne voulais pas prendre part à des exercices militaires, qui demandaient beaucoup de temps et étaient pour moi trop difficiles. Néanmoins, en cas de conflit militaire, j’aurai été appelée à combattre, mais je n’y avais jamais pensé. A l'époque soviétique les gens étaient si confiants envers le pouvoir de la patrie, que personne, même parmi les militaires, ne pensait aux combats – ni pour les femmes, ni pour les hommes »26.

29Ce témoignage suggère que le choix de cette femme de s’intégrer dans l’armée s’accompagne d’un rejet de ce qui est pourtant l’objectif même de l’institution militaire : le combat armé. En effet, l’armée soviétique offrait aux femmes la possibilité de s’intégrer en gardant une profession civile ou en s’impliquant dans les Conseils de femmes [Zhensovety]. A contrario, les conditions du service armé à proprement parler n'étaient pas conçues pour les femmes, mais envisagées d'un point de vue strictement masculin, comme une éducation à la force et à la virilité, transformant de jeunes soldats en « vrais combattants » par une confrontation quotidienne aux difficultés.

30Valeri Petrovitch est un colonel de 51 ans qui a dirigé une Brigade pendant plus de 10 ans. Aujourd’hui, il travaille comme professeur à l'Académie militaire. Selon Valeri Petrovitch, le travail militaire n'a jamais été destiné à l'engagement des femmes. Historiquement c`était un milieu masculin, et après des décennies peu de choses ont changé.

  • 27 Entretien, 14 janvier 2015. Le prénom a été modifié.

« Les dures conditions du service militaire - ce n'est pas par hasard ! Parce que, par exemple, la guerre ou le conflit militaire ne sont pas une partie de plaisir ! Pas du tout ! Il n'y a que la nécessité de combattre, et les hommes sont obligés d`ignorer le froid, le manque de lits, l`absence de douche etc. En temps de paix, nous habituons les soldats aux conditions les plus difficiles. Imaginez-vous une femme dans ces conditions – elle ne les supporterait pas. Quand j`étais commandant de brigade, nous faisions des campagnes d'exercices militaires. Selon les règles la présence d'un médecin dans la brigade est nécessaire, et on emmenait toujours un jeune homme. Mais un jour, alors qu'il était tombé malade, j`ai décidé d'inviter une femme aide-médecin, pas trop jeune, mariée, dont le mari servait également dans notre brigade. Et voilà les problèmes ! Dans le champ nous avions deux tentes séparées : pour les chefs et pour les soldats. Où dois-je placer cette femme ? Elle avait peur de dormir à côté de soldats, donc elle dormait dans la tente avec moi et avec deux autres officiers. Pendant deux semaines ! Figurez-vous quelles étaient les rumeurs qui ont circulé à propos de cette femme ?! Et son mari... c'était une véritable humiliation pour lui. Ca s’est passé il y a déjà longtemps, mais j'ai décidé de ne jamais répéter ces erreurs »27.

31Quand bien même les conditions du service militaire étaient définies comme difficiles pour les hommes et insupportables pour les femmes qui y ont été confrontées, les responsables de l'Etat n'ont jamais cherché à adopter des mesures spécifiques pour changer cette situation. Alors même que les femmes soviétiques étaient historiquement appelées par le gouvernement à défendre leur patrie, et que l'Etat soviétique affirmait l'égalité des sexes, il n’a pas cherché à adapter l'armée pour la féminiser. Dans tous les cas, la participation aux exercices militaires n’était pas obligatoire pour les femmes, et celles-ci, surtout celles contraintes de travailler dans l’armée, les évitaient volontiers.

« Les femmes doivent rester des femmes, même dans l'armée ... » : la question de l'identité des femmes militaires

  • 28 L. Minano, J. Pascual, La guerre invisible, 2014, p. 41.

32Selon divers témoignages récoltés, le fait d’être une femme dans un milieu masculin les distingue du groupe dominant des hommes, en fait des objets d'attention, leur procure un inconfort moral. Beaucoup, pour s’intégrer dans ces groupes d’hommes « ne veulent pas se différencier »28, et cherchent des images "convenables" dans ce monde masculin, afin de ne pas attirer trop l'attention par leur dissemblance, et pour éviter les accusations de féminité excessive.

33Bien que dans une majorité de pays du monde, l'égalité des genres soit mise en avant, ce problème reste en réalité profond. Au-delà de la création par le gouvernement de conditions favorisant l’accès des femmes au secteur militaire, ce sont les relations interpersonnelles entre hommes et femmes qui exercent un impact important sur la mixité de cette profession. Une caporal-chef dans l'armée de l’air française note ainsi l’existence de préjugés sexistes envers les qualités professionnelles des femmes :

  • 29 Ibid. p. 42.

34« A la moindre erreur, on va être cataloguée tout de suite, on va dire “c’est parce que c’est une femme »29.

  • 30 Ibid

35En général, selon divers témoignages30, dans l'armée française, comme dans toutes les armées du monde, il existe une tendance au mépris de la féminité, souvent associée à la faiblesse et perçue comme opposée à la virilité. Le traumatisme moral causé par les rumeurs peut être important au point de forcer des femmes à nier leur féminité et à adopter un modèle de conduite reconnu comme masculin.

36En Russie, on observe la situation inverse : de nombreuses femmes préfèrent garder et même souligner leur féminité. De son côté, le ministère de la Défense réglemente strictement l'identité des femmes militaires dès le début de leur formation. Dans ce contexte, les responsables soulignent l'inutilité et même la nocivité de l'égalité des genres. Lors de la cérémonie d'ouverture du Forum annuel scientifique « Les femmes au service de la Patrie », organisé par l'Université militaire de Moscou, l'un des chefs de cet établissement a confirmé que « les hommes militaires ont besoin de femmes à leurs côtés ». Un haut gradé a souligné aussi que « seule la présence de belles femmes aide les hommes à améliorer leur travail dans l'armée ».

37Devant des dizaines des jeunes élèves filles, il a déclaré :

  • 31 « Zhenshchiny na sluzhbe Rodine », Forum annuel scientifique (organisé par l'Université militaire d (...)

« Ce n'est pas tout-à-fait normal, pour vous, d`avoir des responsabilités masculines. Regardez les armées étrangères où les femmes portent elles-mêmes leurs sacs, c`est une émancipation excessive. Aucun homme chez nous ne permettra jamais à une femme de porter un objet lourd. Nous n'avons pas besoin d'une telle émancipation ! Restez des femmes dans toutes les circonstances »31.

38Selon la chercheuse Natalia Pouchkareva, leur présence dans une équipe masculine est souvent utilisée par les femmes russes pour souligner leur singularité : même quand elles sont autorisées à accéder au pouvoir et à la prise de décisions, les femmes russes utilisent rarement ces possibilités, cherchant au contraire à mettre en valeur leur rôle de genre.

  • 32 N. Pushkareva, « O prodolzhenii seksualnoi revolutsii i neudachakh rossiiskogo feminizma », The Vil (...)

« Pendant l'ère soviétique nos femmes ont oublié comment formuler leurs demandes : en URSS, il y avait un système de quotas, selon lequel 30% des postes électifs étaient occupés par des femmes. Mais elles ne se représentaient pas leur rôle autrement que de voter selon les instructions de gouvernement. Une fois qu’elles étaient au Soviet Suprême de l’URSS, elles le prenaient comme un fardeau, en disant : "Votons rapidement, nous avons à la maison les maris qui nous attendent et le dîner à réchauffer"»32.

39Pouchkareva souligne aussi que dans la sphère professionnelle en Russie, les femmes elles-mêmes tendent à ne pas obéir volontiers à une autre femme :

  • 33 Ibid

« Lorsqu'on demande à une femme : "Qui voulez-vous voir comme votre chef, un homme ou une femme ?", presque personne ne répond que "cela importe peu, l’essentiel est que ce soit une bonne personne". Mais le plus souvent : "Il vaut mieux que nous soyons dirigées par un homme" »33.

40Les entretiens réalisés dans le cadre de cette recherche d’octobre 2014 à mars 2015 nous montrent que les femmes militaires confirment cette tendance générale dans le domaine professionnel en Russie. Elles mettent souvent l'accent consciemment sur la faiblesse et la vulnérabilité. Dans le même temps, les femmes remplissent volontairement leur rôle « naturel » de prendre soin des hommes, même lorsqu'elles ne sont pas obligées de le faire dans le cadre de leurs responsabilités professionnelles.

41En témoigne l’histoire de Galina Ivanovna, 50 ans, capitaine de réserve. Cette femme calme et douce, avec sa voix basse, donne l'impression d'être une institutrice. Son récit confirme cette hypothèse, et explique le parcours personnel de Galina Ivanovna.

  • 34 Entretien, 20 octobre 2014. Le prénom a été modifié.

« Comment j’ai été engagée dans l'armée ? En 1992, lorsque l'Union Soviétique a disparu, nous travaillions en Ukraine. Mon mari n'a pas prêté serment à l’Ukraine, et nous sommes rentrés en Russie, dans la région militaire de l’Oural près de la Volga. C’était une garnison avec un hôpital, une école maternelle et une école secondaire. Formée comme institutrice de dessin, à l'époque j’avais déjà sept ans d'expérience. Mais quand je me suis présentée à l'école locale pour un poste, il s’est avéré qu’il n’y en avait pas de libre, donc pour moi il n’y avait aucune possibilité de travailler. Puis quand ma mère est venue nous rendre visite, elle m’a dit qu’il fallait accepter n’importe quel travail, parce qu’on a besoin d’argent dans la famille. Figurez-vous, qu’un jour j’ai vu sur une annonce que notre Maison de la Culture cherchait un graphiste ! C’était une vraie chance pour moi! Alors, j’y suis allée et j’ai obtenu le poste»34.

42Selon Galina Ivanovna, les femmes dans l'armée « sont plus que des femmes », car elles doivent prendre soin non seulement d’hommes, mais d’hommes défenseurs de la patrie.

  • 35 Ibid.

« Aujourd'hui j'occupe un poste civil, mais je pense que le travail dans notre armée est très confortable pour les femmes. C’est une caractéristique de la Russie : nos hommes savent que nous sommes faibles, ils essaient toujours de nous aider. Regardez les autres pays, où les femmes portent elles-mêmes leurs bagages. Chez nous c’est impossible, les hommes ne le permettent jamais ! A l'occasion des campagnes d'exercices militaires, les officiers installaient toujours les tentes pour les femmes, ils portaient leurs bagages, ils faisaient le déchargement nécessaire. Selon les règles, tous les militaires doivent le faire, mais nous sommes des femmes, nous avons nos propres rôles. Habituellement, nous faisions le ménage dans les tentes, nous cuisions. Si nécessaire, nous réparions les vêtements. Donc nous faisions tout ce que les femmes ordinaires sont obligées de faire dans leur vie ordinaire. A vrai dire, je crois que l'image de l'armée russe c’est un homme fort, strict, calme. La tâche d’une femme c’est d'être son assistante, de l’aider, de prendre soin, de ne pas interférer. Alors tout sera en harmonie dans l'armée, comme dans la famille et dans la société. Et je peux vous dire davantage, que la caractéristique de nos militaires, c’est que quand ils regardent une femme, ils cherchent à voir non seulement un officier, mais avant tout une femme belle, gentille, charmante. C’est toujours très agréable »35.

43A première vue, nous pourrions expliquer сe point de vue par l’âge et par le fait que la carrière militaire a été pour cette femme un choix contraint par sa situation familiale. Mais l’exemple d'un autre entretien réfute cette explication. Agée de 23 ans, Olga est commandant d’un peloton de soldats dans une Division d'infanterie motorisée non loin de Moscou. Elle y est arrivée deux ans auparavant, juste après avoir obtenu son diplôme à l'Académie militaire de Kostroma.

  • 36 Entretien, 28 octobre 2014. Le prénom a été modifié.

« Dans ma famille il n’y a pas des militaires. Ma mère est cheminot, ma sœur est médecin. J’ai choisi une carrière militaire parce que je voulais obtenir quelque chose d'inhabituel. Je ne voulais pas être comme tout le monde, vous me comprenez ? J’ai toujours aimé être active, diriger les gens. Je pense que c’est aussi une question d’hérédité, car toutes les femmes de notre famille sont très fortes. A l'Académie militaire nous avons étudié séparément des hommes, dix-neuf filles dans la section. J’ai beaucoup aimé les études, mais au début c’était très difficile, surtout les deux premières années. Il y avait beaucoup d’exercices physiques, nous faisions des courses de 13 km avec des sacs de sable, nous avons fait le rodage des chars. En fait, c’était trop dur. Après cinq années de formation j’ai été engagée pour travailler dans cette Division »36.

44Cet entretien pourrait nous faire supposer que la jeune femme est très motivée pour travailler dans l'armée et qu’elle considère son rôle professionnel sous l'angle de l’égalité avec les hommes. Mais en réalité, d'après son témoignage, Olga continue de suivre le modèle traditionnel du rôle des femmes russes. Ces paroles font écho aux autres entretiens de femmes qui choisissent de travailler dans l'armée, mais qui veulent garder leur « rôle premier » de femmes :

  • 37 Ibid.

« Mon travail c’est de diriger un peloton de soldats, et je ne suis pas le seul commandant, il y a aussi des hommes. Les soldats me respectent, mais ils plaisantent parfois avec moi, ils me considèrent comme une jeune fille. S’ils ont des problèmes personnels ou des demandes particulières, ils viennent me voir, car ils savent que je les comprends en tant que femme sensible. Avec les hommes commandants, tout est beaucoup plus sérieux et je trouve que c’est bien, car seul un homme peut diriger des hommes. Croyez-moi, aucune femme ne sera jamais capable de gagner la confiance et le respect des hommes comme un autre homme ! C’est naturel parce que la femme doit rester une femme, et ne pas se transformer en homme»37.

45Pour Olga la perspective de « se transformer en homme » et de perdre sa féminité représente une vraie menace pour sa réalisation personnelle en tant qu’épouse et mère :

  • 38 Ibid.

« Les hommes ne veulent pas épouser des femmes fortes, une femme forte ce n’est pas normal. J’ai un ami, il est aussi militaire, nous vivons ensemble. Bien que nous travaillions dans le même endroit avec les mêmes horaires, dans notre appartement je fais tous les travaux ménagers moi-même. Je voudrais lui montrer que je suis avant tout une femme et une épouse potentielle. J’espère vraiment qu’un jour nous pourrons avoir une famille avec des enfants, et je suis prête à quitter mon travail dans l'armée pour cela »38.

46Ainsi, à en croire les entretiens réalisés, à la différence d’autres pays, l’intégration des femmes russes au milieu militaire passe plutôt par la préservation des qualités qu’elles considèrent comme leur « identité naturelle féminine » que par une recherche de l'égalité avec les hommes. Bien que le désir d'égalité existe, dans le corpus de témoignages recueillis, nous n’avons pas trouvé de femme qui aie ouvertement avoué suivre ce modèle. En même temps toutes les femmes militaires qui affirment la nécessité de « rester une femme dans toutes les circonstances » et de « garder leur féminité » condamnent cette volonté d'égalité, et soulignent la nocivité de cette tendance.

47Quelle conclusion peut-on tirer de cette étude de terrain ? Tout d’abord, on peut noter que la famille est essentielle en Russie dans la réalisation et l`identité professionnelle des femmes militaires. De plus, le nombre de femmes militaires reste très faible, particulièrement en comparaison avec les pays européens. Il n’y a pas de véritable féminisation de l’armée russe, mais plutôt une série de situations assez paradoxales.

48D'une part il existe des stéréotypes de genre qui associent les femmes à un certain nombre de rôles (épouse, mère) et à un certain nombre de qualités (faiblesse, douceur). Cela s’explique par de fortes traditions socio-culturelles qui incitent les femmes à suivre leur rôle d`épouse et de mère non seulement dans la famille, mais aussi dans le milieu professionnel. Et pourtant, les femmes engagées dans l’armée ne remettent pas en cause ces stéréotypes : au contraire, elles les reprennent et les accentuent. On peut même dire - premier paradoxe - que les stéréotypes sociaux deviennent pour elles un bon moyen d'intégration dans l’armée.

  • 39 Entretien, 22 octobre 2014. Le prénom a été modifié.

49De plus, nous avons bien vu dans cette recherche que les femmes interrogées nient elles-mêmes leur besoin d'égalité professionnelle dans le secteur militaire. Ainsi - deuxième paradoxe - des femmes militaires qui a priori occupent des métiers masculins ne se posent pas forcément en actrices de la lutte pour l'émancipation et l’égalité des femmes en Russie. Poussées à s’engager dans l'armée pour différentes raisons (situation familiale, raison économique), ces femmes ne cherchent pas à faire valoir leurs droits. En réalité, leur stratégie est de trouver des moyens de s'adapter aux circonstances, mais presque jamais de les changer. On comprend donc qu’aujourd'hui il n’existe aucune association, ni groupe de pression qui pousserait à la féminisation de l’armée, aucun « lobby de femmes » dans l’armée. Les propos tenus par Elena Ivanovna, 54 ans, enseigne en chef de réserve, lors d'un entretien39, illustrent bien la manière dont est envisagé l'engagement des femmes dans l'armée russe : « La féminisation de l'armée, l'égalité des genres. Mais qui en a besoin ? ».

Top of page

Notes

1 Je tiens à remercier chaleureusement Elisabeth Sieca-Kozlowski et Amandine Regamey, qui m'ont beaucoup encouragée pour ce travail.

Iu. Ivanova, Khrabreishie iz prekrasnykh, Moscou, Rosspen, 2003.

2 S. Rykov, « Slabyi pol v silnoi armii », Nezavisimoe voennoe obozrenie, 2000, # 3, pp. 1-3.

3 F. Gazagne, « La féminisation des armées », Les Fiches du Centre d’Etudes en sciences politiques et sociales de la défense, 2004, # 2, pp. 1-5.

4 Op.cit.

5 « Armée américaine : femmes et hommes désormais égaux au combat  », Libération, 24 janvier 2013, http://www.liberation.fr/planete/2013/01/24/armee-americaine-femmes-et-hommes-desormais-egaux-au-combat_876564 (consulté le 12 décembre 2015).

6 L. Minano, J. Pascual, La guerre invisible révélations sur les violences sexuelles dans l'armée française, Paris, Les Arènes, 2014, p. 306.

7 « S 2004 goda voinskie chasti postoiannoi gotovnosti budut formirovatsia na kontraktnoi osnove », NEWS RU, 14 mars 2003, http://www.newsru.com/russia/14mar2003/professional.html (consulté le 12 décembre 2015).

8 « Sut' voiennykh reform v Rossii - plan Serdiukova », RIA Novosti, 2008, http://ria.ru/defense_safety/20081218/157554452.html (consulté le 12 décembre 2015).

9 « Patriarkh Kirill shchitaet feminizm ochen opasnym iavleniem », RIA.ru, 9 April 2013, http://ria.ru/society/20130409/931790666.html (consulté le 12 décembre 2015).

10 « O nekotorykh problemakh zaniatosti zhenshchin v stranakh SNG », Vseobshchaia konfederatsiia profsoiusov, 2000, http://old.vkp.ru/doc/7.html (consulté le 12 décembre 2015)

11 A. Smirnov, « Zhenshchiny na sluzhbe v rossiiskoi armii », Voennaia sotsiologiia, 2000, # 11, pp. 128-133.

12 « Pri razvode rebenok dolzhen ostavatsia s materiiu. Za I protiv », AiF.ru, 2009, http://www.aif.ru/health/children/14523 (consulté le 12 décembre 2015).

13 « Delenie nedelimogo», RG.ru, 2014, http://www.rg.ru/2014/09/30/sud.html (consulté le 12 décembre 2015).

14 Entretien, 22 octobre 2014. Le prénom a été modifié .

15 Ibid.

16 Ibid

17 Ibid

18 Ibid

19 Entretien, 22 octobre 2014. Le prénom a été modifié.

20 Ibid

21 Ibid

22 Entretien, 28 février 2015. Le prénom a été modifié .

23 Ibid

24 Ibid

25 E. Ershova, « Garnizonnye zhensovety v Sovetskoi armii v 60-80 gody », ZhenSet, 1999, # 3-4, http://www.a-z.ru/women/texts/garnisonr.htm (consulté le 12 décembre 2015).

26 Entretien, 28 février 2015. Le prénom a été modifié.

27 Entretien, 14 janvier 2015. Le prénom a été modifié.

28 L. Minano, J. Pascual, La guerre invisible, 2014, p. 41.

29 Ibid. p. 42.

30 Ibid

31 « Zhenshchiny na sluzhbe Rodine », Forum annuel scientifique (organisé par l'Université militaire de Moscou), observation réalisée le 3 mars 2015.

32 N. Pushkareva, « O prodolzhenii seksualnoi revolutsii i neudachakh rossiiskogo feminizma », The Village, 10 August 2014, http://www.the-village.ru/village/city/city-news/162785-chto-novogo-genderolog (consulté le 12 décembre 2015).

33 Ibid

34 Entretien, 20 octobre 2014. Le prénom a été modifié.

35 Ibid.

36 Entretien, 28 octobre 2014. Le prénom a été modifié.

37 Ibid.

38 Ibid.

39 Entretien, 22 octobre 2014. Le prénom a été modifié.

Top of page

References

Electronic reference

Elena Lysak, « Servir ou combattre : que les femmes cherchent-elles dans l'armée russe ?  », The Journal of Power Institutions in Post-Soviet Societies [Online], Issue 17 | 2016, Online since 10 January 2016, connection on 29 April 2017. URL : http://pipss.revues.org/4187

Top of page

About the author

Elena Lysak

EHESS, Parisfr

Top of page

Copyright

CC BY-NC-ND 2.0

Top of page