Skip to navigation – Site map
Women in Arms: from the Russian Empire to Post-Soviet States - Proceedings (1)

Compte-rendu de la Journée d'étude « Le genre et la guerre : les femmes, la virilité et la violence »

8 juin 2015, Hôtel de Lauzin, Institut d'Etudes Avancées de Paris
Workshop "Gender and War: Women, Masculinities, and Violence"
Elisabeth Sieca-Kozlowski

Abstract

The workshop organized by Brian Sandberg, University of Northern Illinois and IEA resident in Paris and by Marion Trévisi, University of Picardie at the Paris Institute for Advanced Study (IEA) ment to challenge the notion that warfare is an intrinsically masculine domain. Although warfare has often been conceived of as an essentially masculine sphere of human activity, recent studies reveal that women have been much more intimately involved in military activities in the past. Women’s historians have examined emergence of female soldiers in modern armies, demonstrating the important roles that women played in combat, in army hospitals, in military logistical services, and on the home front etc. French and foreign researchers gathered to discuss and confront gender and war and reexamin gendered categories such as women in war, disciplined bodies, combat and gender, masculine honor, campaign communities, military masculinities, wartime labor, aggression and emotions, sexual culture, sexual violence, military prostitution, mass rape, and broken bodies.

Top of page

Index terms

Research Fields :

History
Top of page

Full text

1Bien que la guerre ait été le plus souvent conçue comme une activité humaine essentiellement masculine, de récentes études ont montré que les femmes ont été fortement impliquées dans les activités militaires du passé. L'ambition de cette journée d'étude était donc de discuter la qualité intrinsèquement masculine de la guerre, de présenter de nouvelles recherches et de poser des questions méthodologiques inédites sur le genre et la guerre dans l'histoire européenne et mondiale de 1500 à nos jours.

2La journée d'étude était divisée en quatre séquences. La première était intitulée « Femmes fortes, femmes en armes », la seconde « Sexualités et émotions en guerre », la troisième « Femmes combattantes et virilité de guerre » et la dernière « Corps en guerre ». On a pu entendre les communications de chercheurs français et étrangers, - une majorité d'entre eux étant historiens.

3La journée d'étude a été ouverte par Brian Sandberg qui a souligné que le concept de genre s'était beaucoup médiatisé ces dernières années mais pas toujours dans une perspective théorique ou académique. Il a souhaité que cette journée permette de penser les questions du genre en les articulant avec la question de la guerre. Brian Sandberg a remarqué que la plupart des chercheurs traitant de la question du genre dans la société ne traitaient pas de la guerre. Des exceptions sont notables, et il existe une historiographie des femmes dans la guerre, des recherches sur les femmes soldats combattantes et des études sur le genre dans la guerre. Par exemple la question des soldats gay n'est pas seulement traitée par les média mais aussi par les chercheurs ainsi que le viol en temps de guerre, auquel historiens et anthropologues consacrent de plus en plus de recherches. La question de la masculinité, de la virilité au combat est une question principale dans ce débat. Brian Sandberg a fait le voeu que soit utilisée, lors de cette journée, une approche critique, pluridisciplinaire.

Femmes fortes, femmes en armes

4La première séquence s'ouvre par la communication de Ghislain Tranié (Université Paris Sorbonne) « Une vierge des batailles lorraines ? Autour d'un portrait de Philippe de Gueldre, duchesse de Lorraine et religieuse colettine ». Autour d'un portrait de Philippe de Gueldre peint sur bois au début du XVIe siècle à la manière d'une représentation de la vierge au XIVe siècle, Ghislain Tranié s'interroge sur la façon de penser la guerre au féminin dans la Lorraine du XVe siècle. La Duchesse de Lorraine (1465-1547) Philippe de Gueldre est la mère du Duc de Lorraine et du Duc de Guise. Elle fut engagée dans les guerres de religion et le processus de confessionnalisation. Une fois veuve elle prit le voile et demeura 28 années au couvent. En 1520 les rapports de genre changent radicalement dans la maison de Lorraine. Le duc implique sa mère retirée dans son couvent dans ses entreprises de lutte contre l'hérésie. Le couvent est transformé en un sanctuaire, les armes des ducs de Lorraine y font leur apparition. Une lettre de Philippe de Gueldre encourageant ses fils à lutter contre l'hérésie témoigne de son implication dans la guerre. Bien que la religieuse n'expose pas son corps dans la bataille, elle a une vision le jour de la bataille de Pavie en 1525. Ce motif de la femme visionnaire se retrouve dans sa correspondance avec sa belle-fille. Cette période est décrite par Ghislain Tranie comme une phase d'acculturation des Lorrains à la guerre. Dépeinte sous la forme d'une sainte - (Ghislain Tranie voit dans ce portrait une parenté avec la Vierge des batailles) - la Duchesse légitime la quête guerrière des hommes de la Maison de Lorraine. Pour Ghislain Tranie, les perspectives d'études sont doubles : d'une part l'étude du guerrier vivant qui accomplit des actes de bravoure, de l'autre la mère, femme forte, femme vengeresse. Il existe une continuité entre ces deux modèles : une masculinité sacrificielle et une féminité tout autant sacrificielle mais vue de manière plus allégorique - la femme comme praticienne de la guerre requérant la violence de la part de ses enfants.

5Á sa suite Silvia Mostaccio (Université catholique de Louvain) intervient sur « Un objet, plusieurs questions. Genre et guerre à l'armée des Flandres (XVI-XVIIe siècles) ». La guerre des Flandres, qui durera 80 ans, sera perdue et épuisera l'Espagne, donnera naissance à la Hollande. Silvia Mostaccio s'interroge sur la façon dont les rapports de genre ont pu changer dans le cadre de cette guerre qui s'éternise. L'armée des Flandres est une armée de mercenaires, une armée polyglotte et internationale. Au niveau sociétal, les Pays-Bas espagnols sont un lieu de mixité de genre, de styles de vie et de pratiques. Silvia Mostaccio s'est attachée, dans une perspective systémique, à étudier le partage d'un espace, et d'une situation qu'est la guerre, à observer modifications et pratiques de cet « être-ensemble ». Á travers un corpus de sources hétérogènes (archives liées à l'histoire de l'armée, archives de missionnaires, carmes et franciscains, archives romaines, familiales, publications littéraires, mémoires militaires ou mémoires de courtisanes), elle étudie les familles, les couples ou les hommes partant seul à la guerre (plus de la moitié des hommes participant à la guerre ne sont pas mariés), les suiveuses, les femmes de soldats, les prostitués, les missionnaires, les religieuses mais également les épouses restées chez elles. Elle décrit, à travers 3 exemples, des rapports différents de genre à la guerre :

- la fille d'un soldat, qui rentrera au Carmel Marguerite de la mère de Dieu, vit à la guerre. Elle éprouve un grand amour pour son père qui l'emmène dans les tranchées. Elle dort à même le sol dans une tente. Ses journées sont rythmées par des travaux manuels, la prière, la lecture, la préparation des repas et la messe ;

- les époux Spinola, des banquiers issus d'une grande famille de Gènes. Leur argent finance la guerre des Flandres ;

- un missionnaire qui participe aux rapports hommes/femmes en les bouleversant : il attache des cordes à son vêtement et se fait appeler "le violeur". Il entraîne à la guerre des femmes qui s'accrochent à ses cordes et les protège. Les soldats sont saisis mais le respectent.

Sexualités et émotions en guerre

6La deuxième séquence est ouverte par Brian Sandberg (Université de Northern Illinois et résident à l'IEA de Paris) « Actes Indignes : violences sexuelles et religieuses pendant les guerres de religion ». Brian Sandberg s'intéresse aux intersections entre religion, violence et culture politique durant les guerres de religion européennes. Á travers les archives françaises et un corpus de peintures et de gravures, il étudie le rôle du genre dans la violence religieuse en France à l’époque moderne. Selon Brian Sandberg, les corps des femmes étant des objets de la guerre de tous les côtés. Il indique que l'on trouve des traces de violences sexuelles contre les femmes en Lorraine entre 1562 et 1625. Des viols étaient commis autour et dans les armées pendant les guerres de religion. Les corps des femmes étaient ciblés pendant les raids. C'est pourquoi il est difficile de traiter le viol comme un objet séparé des guerres. Le viol devient même un motif politique pour négocier dans les guerres de religion : Louis XIII, notamment, interdit de violer les femmes et les filles pendant les sièges ; le Parlement de Provence se lamentera que l'honneur des femmes n'ait pas été épargné, tout comme l'honneur de la ville. Des ordres de viols sont probablement donnés et la violence sexuelle est nettement liées aux violences religieuses dans les deux camps. Brian Sandberg conclut qu'il est difficile de trouver des récits d'actes de violence en zone de guerre pendant les guerres de religion, mais que l'image de la France menacée de viols ainsi que les descriptions des misères de la France montrent bien que les violences sexuelles étaient au cœur des guerres de religions.

7L'intervention suivante est celle de Laurence Fontaine (CMH-CNRS-ENS-EHESS) « Agression et émotion : La légitimation de la colère dans la France moderne » dont les recherches portent sur l'histoire économique alliée à l'histoire sociale et qui présente une partie de ses recherches sur « économie et émotions ». Examiner la façon dont l'incapacité des gens à contrôler leur colère est considérée par les autorités judiciaires montre que plus le statut de la personne est élevé, plus elle a le droit d'utiliser la violence. Par exemple, les nobles empruntaient et prenaient le temps de rembourser leur dette à leur guise. Lorsque le prêteur réclamait son dû, le noble réagissait avec colère. Une analyse des lettres de rémission à la fin du Moyen Âge montre que près de 30 % des nobles utilisaient l'argument de la colère pour justifier leur action alors que le clergé et la bourgeoisie ne l'évoquaient pas. La colère était donc légitimée par ceux ayant de l'autorité. Progressivement les femmes gagnent le droit d'être en colère contre leurs maris quand celui-ci met en danger la survie économique du foyer (Cf. Nathalie Zemon Davis, Fiction in the Archives. Pardon Tales and Their Tellers in Sixteenth-Century France, Standford University Press, 1990). La nécessité de survie va progressivement excuser la violence de ceux qui ont faim, et s'incarner dans de nouvelles lois émises au XVe siècle (Cf. D. Jousse, Traité de la justice criminelle en France, 1771). Laurence Fontaine conclue son propos en soulignant que dans la France moderne face à l'injustice et à des comportements inappropriés, la colère permet d'exprimer son désaccord, mais le droit d'exprimer ses émotions est partagé de manière inégale sur le plan social et en terme de genre. Dans le cadre de l'interaction sociale, seule une position de pouvoir légitime son usage : l'aristocratie contre le Tiers état, le maître contre son serviteur, le mari contre sa femme et ses enfants. Néanmoins, note-t-elle, les pauvres acquièrent progressivement le « droit d'avoir faim ».

  • 1 Sylvie Steinberg a travaillé sur les femmes travesties dans les armées: cf. Sylvie Steinberg, La co (...)

8C'est l'intervention de Marion Trevisi (Université d'Amiens) « Des femmes à la suite des armées napoléoniennes: rôles et destins » qui clôt cette séquence. Un rapide point historiographique lui permet de constater qu'on trouve peu d'intérêt pour les femmes dans la littérature européenne car elles y sont perçues comme « n'ayant rien à voir avec la guerre », mis à part le fait qu’elles en souffrent. Les études de genre produites dans les pays anglo-saxons vont venir modifier cette perception : elles explorent les relations entre femmes et guerre, et pas seulement comme victimes ou d'une manière passive. Les femmes réagissent face à ce contexte de violence. Pour certaines, leurs relations, leurs motivations les poussent à rentrer dans ce monde masculin. Qui sont ces femmes qui suivent les armées napoléoniennes ? Pourquoi choisissent-elles une vie d'errance et de danger alors qu'elles ne bénéficieront pas de la gloire militaire et n'ont que les à-côtés (laver le linge, faire à manger, côtoyer la mort etc.) ? Laissant de côté les femmes de généraux, Marion Trevisi s'intéresse aux suiveuses des armées et à celles qui participent à cette grande marche des armées des guerres napoléonniennes. Ce sont des épouses, des femmes de soldats. Certaines se travestissent pour être acceptées, pour se rapprocher du combat au cas où leur homme serait blessé1. D'autres sont motivées par la solde. Napoléon donnera un statut, un uniforme au cantinières et aux vivandières qui font parfois des véritables carrières d'hommes d'affaires. Mais le commerce de cantinières étant un commerce de pillage, leur prospérité ne durera pas longtemps.

Femmes combattantes et virilités de guerre

  • 2 Les lansquenets étaient des mercenaires, le plus souvent « allemands », opérant du XVe à la fin du (...)

9La troisième séquence est ouverte par l'intervention de Juliette Allix (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) « Le corps mis en scène: armure et masculinité » qui s'intéresse aux relations qu'entretiennent armure et masculinité à la Renaissance. Le lien semble au premier abord assez évident, l'armure étant un objet appartenant clairement au domaine du masculin. D'emblée, Juliette Allix élimine la question du lien entre armure et femme car aucune armure ou partie d'armure ayant appartenu à une femme et/ou attesté comme tel n'est conservée à ce jour. Juliette Allix centre son propos autour de l'étude de la garniture de Wilhelm von Roggendorf créée par un armurier en 1525. La particularité de l'armure est son caractère modulable. Lorsqu'il porte cette armure, Von Roggendorf a environ 45 ans. Il est, issue d'une famille riche et a participé à des campagnes pour le compte de Philippe le Beau, Charles Quint et Ferdinand 1er. Il se met au service de Habsbourg et va faire une carrière militaire: il devient gouverneur de plusieurs provinces en Europe. Enfin il a des ambitions à la cour. Une analyse de l'armure permet de mettre en avant un travail de la silhouette soulignant la carrure et un corps très masculin et viril. Elle lui donne une allure d'un homme en pleine possession des ses moyens physique alors qu'à 45 ans Wilhelm von Roggendorf est déjà, pour l'époque, un homme d'âge assez avancé. Des détails de l'armure (utilisation des figures des Lansquenets2, trophées d'armées, personnages hybrides d'apparence brutale etc.) montrent comment l'armure participe de la virilisation du corps de l'homme et à quel point elle peut appartenir au domaine du masculin.

10L'intervention suivante est celle de Jean-Clément Martin (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) « Quelle place pour les femmes dans les armées de la Révolution ? » qui part du constat que toutes les armées du monde ont des femmes combattantes dans leurs rangs. En France ce n'est pas la volonté de fuir la mendicité qui fait entrer les femmes dans l'armée : elles y sont souvent nées ou y entrent par conviction, souhaitant participer à l'effort de guerre. Jean-Clément Martin cite le cas de trois femmes originaires de la Sarthe qui recevront de l'argent de leurs concitoyens pour s'acheter un uniforme. Il n'est pas rare que des femmes habillées en hommes partent sur des bateaux. L'uniforme est très ample et permet de masquer les variantes physiologiques des corps. Certaines femmes vont jusqu'à user d'artifice pour pouvoir uriner debout. Dans les armées américaines on parle de mollies - des soldats imberbes dotés d'une voix peu virile. Dans les armées françaises, quelques femmes habillées en homme ont pu obtenir des grades (trois d'entre elles sont connues). La Convention décide de faire sortir de l'armée les femmes combattantes en leur allouant des pensions et des récompenses. Ces lois sont prises à l'encontre des femmes soldats pour des raisons politiques tout d'abord : les hommes de la République sont hostiles à l'égalité entre les hommes et les femmes. Les raisons du maintien de certaines femmes dans l'armée sont, quant à elles, circonstancielles : à partir de 1795 la possibilité de rester dans l'armée comme vivandière ou cantinière existe ; un certain nombre vont rester comme combattantes comme Thérèse Figueur par exemple, engagée au départ comme cantinière. Selon Jean-Clément Martin, c'est dans la contre-révolution que l'on observe une liberté plus grande accordée aux femmes : dans les armées contre révolutionnaires - vendéennes notamment - on rencontre notamment une femme qui commande des hommes - Renée Bordereau - qui se vantera d'avoir tué à coup de sabre 21 hommes.

11Poursuivant cette réflexion sur la Révolution, Hervé Drevillon (Institut de l'histoire sur la guerre et la paix, Université Paris 1 Pathéon-Sorbonne) « Soldats, citoyens et hommes » se demande, quant à lui, dans quelle mesure celle-ci a contribué à la perception de la virilité guerrière. Avant la Révolution, la virilité du soldat était ambigüe. Le soldat était confronté à une remise en question permanente de sa virilité. Les noms de guerre utilisés étaient presque tous féminins (cf. la Tulipe, mais on trouve également la Rose, la Violette etc.). La virilité du soldat était contrariée : il était condamné à l'impuissance militaire, condamné à recevoir le feu (les premières lignes de soldats étaient vouées au sacrifice). La guerre condamne donc les soldats à l'impuissance. De plus ils sont incapables statutairement de monter en grade et ne peuvent se marier sans obtenir l'autorisation de leur supérieur. Selon Hervé Drevillon, la Révolution va changer cet état de fait. Elle fait du soldat un individu doté de droit. Il peut accéder à tous les grades (instauration du code pénal militaire en octobre 1791). Dès lors le soldat revêt tous les attributs d'une virilité guerrière retrouvée. Les formes de combats laissent la place à l'initiative, ce qui fait du soldat un individu. Enfin le soldat peut devenir père de famille : le 8 mars 1793, la Convention adopte un décret qui autorise le soldat à se marier librement sans l'autorisation de son supérieur. Peu de temps après, la Convention chassera les femmes des armées et crééra un statut de vivandière3.

Corps en guerre

12La quatrième séquence débute avec l'intervention de Barabara Cooper (Université Rutgers et résident à l'IEA de Paris) qui travaille dans un domaine un peu différent des précédents intervenants : « Implications of Military Medecine for Maternal and Infant Health in Colonial Niger ». Barbara Cooper s'intéresse à l'histoire de la santé de la femme au Niger. Ne travaillant pas directement sur des questions de guerre, elle s'intéresse aux effets d'une très longue occupation militaire du territoire, en particulier à l'arrière-plan de l'histoire du Sahel, pour expliquer l'accroissement spectaculaire de la population du Niger depuis l'Indépendance (c'est le pays qui possède le taux de fécondité le plus élevé au monde). Son enquête de terrain lui ouvre néanmoins des perspectives inattendues qu'elle présente à l'occasion de cette journée. Au moment où la France entre dans la région du Sahel ouest africain, celui-ci est déjà en proie aux violences. L'AOF (Afrique-Occidentale française), un groupe d'anciennes colonies françaises en Afrique occidentale, possède une armée très particulière, formée d'hommes (souvent prisonniers) issus des couches sociales d'esclaves (on les appelle les tirailleurs sénégalais bien qu'ils ne soient pas tous sénégalais). La France donne à ces hommes en récompense de leur travail les femmes prises dans chaque territoire, ces femmes étant elles-mêmes d'anciennes esclaves. Les hommes trouvent ainsi dans l'armée un intérêt particulier, qui dépasse celui du salaire : celui de pouvoir être libre de créer leur propre famille. Des villages sont créés tout le long du Sahel pour loger les familles. Les colons, quant à eux, ont des relations à assez long terme avec des femmes locales, en particulier des Touaregs et des Peuls considérées comme très belles. Des enfants métisses naissent de ces unions. Ils sont envoyés dans des écoles de Dakar pour devenir instituteurs, sages-femmes, médecins, tout en restant considérés comme des étrangers par les habitants de la région. C'est selon Barbara Cooper cette méfiance à l'égard des descendants métis issus de l'union entre colons français et femmes du Sahel qui explique la réticence de la population du Niger à fréquenter les hôpitaux ou dispensaires mis en place à l'époque de l'occupation française. Il faudra plusieurs décennies au Niger pour établir des établissements médicaux jugé fréquentable par la population locale.

13Emmanuel Debruyne (Université catholique de Louvain et résident à l'IEA de Paris) propose dans son intervention intitulée « Du contrôle à la terreur : les politiques prostitutionnelles dans les territoires occupés allemands d'Europe occidentale et orientale au cour des deux guerres mondiales » de comparer la manière dont les Allemands doivent gérer la sexualité de leurs concitoyens pendant l'occupation des territoires ennemis au cours des Première et Seconde Guerres mondiales. La question des maladies vénériennes est au cœur du dispositif élaboré. Dès les premiers jours de l'invasion, une grande violence sexuelle est observée notamment en Belgique. Vers l'automne 1914 la situation stratégique change : les soldats sont enlisés dans les tranchées et utilisent les bordels provinciaux. La prostitution va se déployer à une échelle qu'elle n'avait jamais connu. Les villes sont touchées par une grande concentration de misère et la prostitution explose ainsi que les maladies vénériennes. En février 1915, les autorités allemandes mettent en place un système de dictature prophylactique. Une police des mœurs allemande est créée et coopère avec les polices locales dans le domaine de la prostitution. Des centres vénériens sont établis ; des lieux de prostitution interdits ; d'autres exclusivement réservés à l'armée allemande. La détection de la syphilis est instituée. Cette expérimentation à grande échelle au profit de l'armée allemande connaît une extension géographique à la Pologne en 1939, aux États Baltes, à la Roumanie puis à l'Ukraine. L'armée met en place des bordels à l'Est. Un système de contrôle médical forçant les femmes de 15 à 50 ans à se faire examiner est vécu comme un véritable viol (utilisation du speculum). En réalité ce système restera très local. Emmanuel Debruyne situe la faiblesse de ce système dans les inégalités qu'il génère entre les deux sexes et les différentes nationalités : pour les hommes allemands le système est peu contraignant tandis que les femmes sont privées de droits. Il conclut qu'alors qu'en 1870 le problème de la prostitution et de ses aléas s'était posé, aucune réponse n'avait été apportée. En 1914, on assiste à un véritable phénomène d'innovation. A l'occasion de la Seconde Guerre mondiale ce système est repris à l'Est puis importé à l'Ouest. C'est un système basé sur une asymétrie entre hommes et femmes, mais qui plonge dans une asymétrie occupant / occupés tout autant que dans une culture de genre partagée et commune à une bonne partie de l'Europe à l'époque.

14La journée s'achève avec l'intervention de Julie Le Gac (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) « "Le mal napolitain" : les alliés et la prostitution à Naples (1943-1945) » qui traite de la gestion de la prostitution par les Alliés au cours de la Deuxième Guerre mondiale. La ville de Naples jouit d'une réputation délétère, une réputation ancienne et qui est confirmée par l'expérience de la Seconde Guerre mondiale comme en témoigne toute une littérature, l'exemple le plus connu étant le roman La Pelle (La Peau) de Curzio Malaparte (publication qui choquera profondément la population napolitaine). Á partir d'octobre 1943 et jusqu'à la libération de Rome en juin 1944, Naples va constituer une base arrière pour les armées alliées qui sont empêtrées dans une guerre de position dans les Abruzzes. Pendant ces longs mois, et pendant les permissions, ce sont des centaines de soldats alliés (américains, britanniques, soldats hindous, une brigade palestinienne, ainsi que le corps expéditionnaire français composé à 70 % de troupes coloniales) qui déferlent sur la ville. Au-delà de la mauvaise réputation de la ville se cache une réalité, celle de la grande misère de la population de Naples, qui contraint de nombreuses femmes de tous âges et de toutes classes sociales à se résoudre à la prostitution pour nourrir leur famille. La prostitution devient une question majeure pour les autorités alliées, et pour le gouvernement militaire allié qui administre les territoires libérés avant de pouvoir transférer cette autorité aux autorités italiennes. Le développement des maladies vénérienne pose un problème de santé public mais pose aussi un problème d'efficacité pour les armées. Dans un premier temps Julie Le Gac s'attache à montrer comment les autorités se représentent la question de la prostitution, et quelles réponses elles apportent concrètement au développement des maladies vénériennes. Dans un second temps, elle s'attache à montrer en quoi ces politiques publiques sont révélatrices à la fois d'une peur de la séduction féminine et d'autre part d'une certaine conception de la virilité.

Top of page

Notes

1 Sylvie Steinberg a travaillé sur les femmes travesties dans les armées: cf. Sylvie Steinberg, La confusion des sexes. Le travestissement de la Renaissance à la Révolution, Paris, Fayard, 2001, 406 pages. [note de l'auteur du compte-rendu].

2 Les lansquenets étaient des mercenaires, le plus souvent « allemands », opérant du XVe à la fin du XVIe siècle. Ils ont servi dans la plupart des armées européennes de l'époque et ont acquis une réputation remarquable dans la première moitié du XVIe siècle pour leur efficacité mais aussi leur brutalité [note de l'auteur du compte-rendu].

3 http://www.cantinieres.com/ [note de l'auteur du compte-rendu].

Top of page

References

Electronic reference

Elisabeth Sieca-Kozlowski, « Compte-rendu de la Journée d'étude « Le genre et la guerre : les femmes, la virilité et la violence » », The Journal of Power Institutions in Post-Soviet Societies [Online], Issue 17 | 2016, Online since 07 May 2016, connection on 21 February 2017. URL : http://pipss.revues.org/4174

Top of page

About the author

Elisabeth Sieca-Kozlowski

PIPSS.ORG & CERCEC

By this author

Top of page

Copyright

CC BY-NC-ND 2.0

Top of page