Skip to navigation – Site map
Military Journalism in Soviet and Post-Soviet Russia - Book Reviews (4)

Mikhail Pogorelyi & Ivan Safranchuk (eds), Sovremennaia rossiiskaia voennaia zhurnalistika. Opyt, problemy, perspektivy

Moscou, Gendal’f, 2002, 254 pages
Françoise Daucé
Bibliographical reference

Mikhail Pogorelyi, Ivan Safranchuk (eds), Sovremennaia rossiiskaia voennaia zhurnalistika. Opyt, problemy, perspektivy, Moscou, Gendal’f, 2002, 254 pages

Index terms

Countries :

Russia
Top of page

Full text

1Cet ouvrage collectif, publié en 2002, regroupe les contributions de journalistes, d’experts, de représentants associatifs, ou d’officiers ayant l’expérience du journalisme militaire sur le terrain russe. L’ouvrage est précieux en ce qu’il rassemble les témoignages de praticiens rarement accessibles. Les textes concernent la période 1992-2002, qui est probablement celle où l’armée, d’un côté, et les médias, de l’autre, ont connu les plus grands bouleversements. Le livre est divisé en trois grandes parties thématiques auxquelles s’ajoutent des annexes, regroupant des textes juridiques et des dispositions officielles sur la protection du secret militaire.

2La première partie est consacrée à l’histoire du journalisme militaire en Russie dans les années 1990 et à sa situation au début des années 2000. Elle s’ouvre sur une contribution de Vadim Soloviev consacrée à l’apparition du journal civil consacré aux questions militaires, Nezavissimoe Voennoe Obozrenie (NVO). L’auteur souligne que la chute de l’URSS s’est accompagnée d’un déclin important du nombre de publications du ministère de la Défense. Dans ce contexte, des titres spécialisés sont apparus dans la presse civile. Destiné aux officiers supérieurs mais aussi aux responsables politiques et administratifs, NVO bénéficie de la notoriété de Nezavissimaïa Gazeta qui le publie. Le journal suscite cependant la méfiance du ministère de la Défense, qui tente d’en limiter la diffusion. Une deuxième contribution, écrite par Ioulia Jeglova, s’intéresse aux phénomènes des « journalistes en service commandé » dans les médias russes. A partir de la glasnost, le ministère de la Défense s’inquiète en effet des critiques contre l’armée qui se répandent dans la presse. La Direction politique principale décide donc d’envoyer ses propres journalistes dans les médias civils, qu’il s’agisse de la presse écrite (Izvestia, Troud, Literatournaia gazeta…), la radio, la télévision et l’agence de presse Novosti. A partir de 1991, le destin de ces militaires en service journalistique se différencie, certains restent dans leurs rédactions civiles tandis que d’autres en sont évincés. Cette pratique du journalisme en service commandé s’éteint à la fin des années 1990. Dans le domaine de la télévision, le journalisme militaire se complexifie. Ivan Konovalov différencie ainsi les journalistes militaires, les reporters de guerre, les envoyés dans les points chauds ou encore les stringers vendant leurs reportages au plus offrant. Ces divers journalistes travaillent pour des programmes en évolution, qu’il s’agisse des bulletins d’information, des émissions analytiques ou des talk shows. Le traitement de la guerre de Tchétchénie à la télévision russe vient illustrer les nouvelles tensions entre journalistes et militaires, posant la question du choix entre le danger du terrain (risque d’enlèvement) et la dépendance à l’égard des services de communication de l’armée (risque d’emprise). L’auteur évoque les ruses déployées par les journalistes pour échapper à ce dilemme et conserver leur autonomie (par l’intermédiaire de contacts personnels avec des officiers notamment).

3La seconde partie est intitulée : « La presse et les ministères dits « de force », en étau entre l’incompétence, les intérêts administratifs et la censure ». La première contribution, de Vitalii Chlykov, est consacrée au traitement de la réforme militaire dans les médias russes. Il note la diversité des points de vue critique sur cette réforme mais souligne la croyance partagée des journalistes militaires dans le pouvoir du sommet (l’Etat, le ministère de la Défense ou le président) pour réformer l’armée. Ainsi, les cercles qui s’intéressent à la réforme de l’armée, notamment dans les médias, partagent une même vision hiérarchique qui tient peu compte des transformations sociales dans l’armée. Cette situation témoigne de la faiblesse de l’appareil de recherche sur l’armée et de l’accès à des données autres que celles fournies par l’administration centrale. Vladimir Ermoline souligne les relations difficiles entre les journalistes et les services de presse des ministères dits « de force ». Les services d’information de ces ministères ont en effet une fonction de conservation du secret hors du regard de l’opinion publique. Les journalistes doivent alors chercher les fuites, les informations exclusives grâce à leurs relations avec des officiers, ou jouer la concurrence entre les administrations. Ils s’appuient aussi sur leurs contacts à la Douma, moins fermée à la presse que les administrations militaires. De son côté, le colonel Viatcheslav Sedov témoigne sur le fonctionnement du service de presse du ministère de la défense russe (une trentaine de personnes chargées d’informer la société des activités de l’armée) confrontés à une diversification et à une croissance exponentielle des titres d’information, notamment en ligne. Il souligne que les journalistes privilégient l’accès direct aux officiers (au « pain » / khleb) plutôt que les informations transmises par le service de presse. Ce dernier est donc chargé de l’intermédiation entre les journalistes et les officiers, souvent méfiants à l’égard des médias. Dans son texte, V. Sedov souligne les relations amicales (« i sloujba, i droujba ») qu’il a réussi à nouer avec de nombreux journalistes et qui permettent d’atténuer les tensions entre les officiers et les représentants de la presse, voire de permettre la circulation des points de vue d’un monde à l’autre. Viktor Litovkine, journaliste aux Izvestia et à Obchtchaia Gazeta, pose quant à lui ouvertement la question de la censure militaire. Il en trace d’abord la genèse depuis la période impériale jusqu’à l’URSS puis s’intéresse à sa transformation à la période post-soviétique, la censure (devenue « confidentialité ») étant justifiée par la nécessité de garantir « la sécurité » du pays. Il rappelle les grands procès des années 1990 contre Pasko, Soutiaguine et Nikitine, accusés de trahison, et les atteintes à la liberté de la presse qui en découlent. Il souligne le renforcement, tout au long des années 1990, des exigences du FSB au nom de la protection du secret militaire.

4La troisième partie s’intéresse aux relations entre l’information et la propagande, entre la communication et les articles de commande (zakazoukha). Mikhaïl Pogorelyi présente le volontarisme du pouvoir russe à partir du début des années 2000 dans l’orientation des politiques rédactionnelles des médias russes (à travers notamment le choix des termes appropriés pour la couverture de la guerre en Tchétchénie) mais il souligne aussi la grande diversification de la presse par rapport à la période soviétique où une seule ligne éditoriale était tolérée. Dans sa contribution, Mikhaïl Loukine, analysant plusieurs cas concrets de campagnes de presse autour des questions militaires, nuance la notion de « guerre de l’information » dans la presse russe en soulignant le biais conspirationniste du terme, qui laisserait penser à une logique stratégique de commanditaires bien identifiés. Il insiste au contraire sur le caractère improvisé et indécis des affrontements par presse interposée. Rouslan Poukhov s’intéresse enfin aux « Guerres de l’information dans le domaine de l’industrie militaire ». L’intérêt médiatique pour le secteur des ventes d’armes se développe au milieu des années 1990 à l’initiative des journalistes comme des responsables militaires. Au début des années 2000, les ministères de force manifestent la volonté de « fermer » ce thème à la presse, se contentant de diffuser des communiqués de presse ou des articles de commande (zakazoukha).

5Cet ouvrage collectif est important pour comprendre les mutations du journalisme militaire, de l’URSS à la Russie. Rédigé par des praticiens (journalistes militaires et communicants de l’armée), il apporte des éléments concrets de connaissance de ce secteur médiatiques spécifique dans les années 1990 et au début des années 2000. Une fois passé les brefs espoirs de la démocratisation et de la libéralisation de la presse durant la perestroïka, il montre les nouvelles contraintes s’exerçant sur les journalistes militaires et les officiers, et les formes d’adaptation qu’ils testent pour communiquer, qu’elles soint publiques (par l’intermédiaire des services de communication) ou plus informelles (recours aux relations personnelles). Préparé sous la direction de journalistes réformateurs et démocrates, la tonalité générale du livre est pessimiste. Viktor Litovkine dénonce dès 200 « l’espionomanie » qui règne dans le pays. Ses co-auteurs s’inquiètent de la fermeture croissante de l’armée à l’égard du débat public à partir du début des années 2000 et regrettent unanimement les ouvertures de la perestroïka. Cet ouvrage constitue, d’une certaine manière, un témoignage historique sur les transformations du journalisme militaire dans les années 1990. Il ne s’agit toutefois par d’un ouvrage de sciences sociales, aucune référence théorique ou réflexion sociologique ne venant enrichir la compréhension des pratiques mises en lumière.

Top of page

References

Electronic reference

Françoise Daucé, « Mikhail Pogorelyi & Ivan Safranchuk (eds), Sovremennaia rossiiskaia voennaia zhurnalistika. Opyt, problemy, perspektivy  », The Journal of Power Institutions in Post-Soviet Societies [Online], Issue 16 | 2014, Online since 30 January 2015, connection on 23 June 2017. URL : http://pipss.revues.org/4129

Top of page

About the author

Françoise Daucé

CERCEC / EHESS

By this author

Top of page

Copyright

CC BY-NC-ND 2.0

Top of page