Skip to navigation – Site map
Military Journalism in Soviet and Post-Soviet Russia - Book Reviews (4)

Vassili Grossman, Carnets de guerre. De Moscou à Berlin, 1941-1945

Paris, Calman-Lévy, 2007, 390 pages
Emilia Koustova
Bibliographical reference

Vassili Grossman, Carnets de guerre. De Moscou à Berlin, 1941-1945, Paris : Calman-Lévy, 2007, 390 pages

Index terms

Countries :

Soviet Union

Research Fields :

War Journalism
Top of page

Full text

  • 1 London : The Harvill Press, 2005.
  • 2 Toutes les références ici renvoient à l’édition suivante : Vassili Grossman, Carnets de guerre. De (...)

1Le titre de l’ouvrage qui nous intéresse ici, « Vassili Grossman, Carnets de guerre. De Moscou à Berlin, 1941-1945 », prête facilement à confusion, car il ne s’agit pas de la publication des carnets tenus par le grand écrivain dans le cadre de son travail de correspondant de guerre pour le journal militaire Krasnaïa Zvezda. Cet ouvrage, paru en 2005 en anglais sous un titre bien mieux adapté (A Writer at War: Vasily Grossman with the Red Army, 1941-1945)1, puis en 2007 dans la traduction française2, est en réalité une compilation d’extraits des carnets, lettres, reportages de l’écrivain, ainsi que d’autres documents, de différentes natures, comme des extraits de mémoires de diverses personnalités comme celles de David Ortenberg, rédacteur en chef de Krasnaïa Zvezda. Ces extraits sont assemblés entre eux à l’aide de longs commentaires, composés par les éditeurs du livre, Antony Beevor, auteur de plusieurs ouvrages sur la Seconde Guerre mondiale, destinés à un large public, et Luba Vinogradova.

2Dans le cas des carnets de guerre, qui ont donné le titre à la publication française et qui justifient l’essentiel de son intérêt, il s’agit d’une traduction des carnets (zapisnye knijki) conservés aujourd’hui aux archives de littérature et d’art de Moscou, le RGALI, et dont une partie importante a été publiée en 1989 en russe3. Une comparaison rapide avec cette version russe permet de voir qu’il ne s’agit, dans aucun des deux cas, d’une version intégrale des carnets. Si celle qui fait l’objet de notre analyse contient un certain nombre de passages importants omis de la publication russe, sans doute alors pour des raisons politiques (les lacunes correspondent notamment aux passages sur l’occupation nazie et la collaboration, ainsi que le comportement des soldats soviétiques en Allemagne), la version ici présentée contient elle-même des omissions par rapport à la version parue en 1989.

  • 4 Cf. par exemple une récente tentative de le faire dans : C. Merridale, Ivan's War, the Red Army 193 (...)

3Les carnets de V. Grossman représentent un document extrêmement intéressant, à la fois d’un point de vue historique et littéraire. Prises au cours de ses plus de mille jours passés sur les différents fronts de la Seconde guerre mondiale, de Gomel’ en août 1941 à Stalingrad, de Koursk à l’Ukraine, de la Pologne à Berlin en mai-juin 1945, ces notes constituent 17 carnets, comme on l’apprend grâce à l’édition russe de 1989. Elles sont de nature variée, tantôt notes laconiques prises sur le vif, tantôt croquis plus élaborés, observations immédiates de l’écrivain ou résumés d’entretiens et de témoignages collectés au gré de ses rencontres avec les combattants et les civils. Le lecteur est toujours frappé par la finesse de l’observation et l’attention au détail qui permettent de voir l’homme à la guerre, son quotidien, ses souffrances et ses violences. On y retrouve l’humanité d’un Grossman romancier, mais aussi journaliste, comme en témoignent ses reportages de guerre. Dans ces carnets, le grand côtoie le petit, l’héroïque le mesquin, la beauté la bassesse. Evitant la plupart du temps toute grandiloquence et tout jugement explicite, Grossman fait parler d’eux-mêmes les détails au premier regard des plus insignifiants qui dévoilent la guerre et l’homme dans leur complexité, leur contradiction, leur horreur. Ces détails ne laisseront pas indifférent l’historien, qu’il cherche à voir l’individu derrière une Armée rouge héroïque4, à saisir la diversité de comportements et de motivations derrière l’image d’une société mobilisée ou encore à comprendre les mécanismes de production de l’information dans une URSS en guerre.

4Ayant souvent alimenté ses reportages pour Krasnaïa Zvezda, mais aussi le reste de son œuvre, ces carnets offrent à voir comment naissent images et thèmes qui seront ensuite développés dans sa production littéraire. Ils donnent aussi des pistes pour comprendre l’évolution de l’écrivain, qui le conduira plusieurs années plus tard, à créer Vie et destin, l’œuvre littéraire probablement la plus courageuse et profonde qui ait été écrite sur cette guerre, sur le stalinisme et le nazisme. Nous y voyons par exemple la montée en force de la thématique juive, essentielle pour comprendre le cheminement de Grossman, mais aussi de petits détails sur la bureaucratie soviétique, sur l’autorité et les rapports entre l’individu et le pouvoir.

5Pour suivre ces évolutions, il est primordial de pouvoir saisir les carnets de Vassili Grossman dans leur ensemble et leur continuité. Or, l’ouvrage présenté ici est tout sauf une édition critique des carnets. Non seulement ceux-ci ne sont pas restitués dans leur intégralité et les extraits sont entrecoupés de commentaires et d’autres textes, mais l’introduction rédigée par les deux éditeurs ne fournit aucune information sur la manière dont la sélection a été faite, ni sur l’importance des omissions. Nous ne savons pas non plus si les éditeurs se sont fondés sur la version manuscrite ou dactylographiée, ces carnets ayant été retranscrits par Olga Guber, l’épouse de Grossman, et préparés à la publication dans les années 1960. Les éditeurs n’évoquent par ailleurs à aucun moment la parution en 1989 de la version russe et dans l’entretien accordé à Radio-Svoboda, A. Beevor se présente comme ayant découvert lui-même ces carnets dans les archives, en travaillant sur son livre « Stalingrad »5.

6La présentation générale et l’usage des extraits des carnets et d’autres documents sont extrêmement nonchalants. Si l’idée de compléter les notes par d’autres textes de Grossman, par les témoignages de personnes qu’il a côtoyées et par des commentaires peut être intéressante, la façon dont cela est fait ne résiste pas à la critique. A plusieurs reprises, le lecteur ne sait d’où vient l’extrait présenté : s’agit-il des carnets ou d’autres écrits de Grossman (par exemple, pages 228 et 475). Lorsqu’une indication générale est donnée, elle ne comporte jamais de référence précise à la source, ainsi quand il est indiqué que la citation vient d’un article écrit pour Krasnaïa Zvezda, on ne peut pas savoir si celui-ci a été publié effectivement. Les informations sont tout aussi lacunaires, voire complètement absentes quand il s’agit des écrits venant d’autres personnes que Grossman, seul le nom de l’auteur étant évoqué ; une petite bibliographie en fin d’ouvrage permet de faire quelques hypothèses sans que rien ne permette d’identifier la source précise.

7Enfin, si les commentaires rédigés par les éditeurs apportent parfois des éléments de contexte importants, leur multiplication et la façon dont ils morcellent, entrecoupent, noient les carnets(dont les extraits se retrouvent parfois réduits à une phrase) terminent par agacer le lecteur, d’autant plus que souvent ils ne présentent pas de véritable intérêt, voire semblent hors propos, par exemple quand un passage des carnets racontant l’arrivée de Grossman à un nouveau front, en 1943, est introduit par une citation de David Ortenberg racontant que l’écrivain « s’était adapté à la vie militaire » (p. 322). Si de nombreux commentaires ne constituent qu’un bref résumé de ce que raconte l’extrait des carnets correspondant, certains autres frappent par leur caractère non-documenté, voire fantaisiste. Ainsi, lit-on, page 404, que « les soldats soviétiques éprouvaient des sentiments complexes, pour ne pas dire confus » à l’égard de la population polonaise et que « c’était en particulier le cas de ceux qui savaient comment l’Union soviétique s’était comportée à l’égard de la Pologne en 1939 ». Ces généralisations, qui ne s’appuient sur aucune source, côtoient des affirmations tout aussi problématiques sur les opinions de V. Grossman qui, par exemple, comme on l’apprend un peu plus loin, « n’avait cependant aucune idée de la manière effarante dont les populations de l’est de l’Europe avaient été traitées après l’invasion de l’Armée rouge, en 1939… ».

8Ces quelques exemples montrent à quel point cet ouvrage laisse une impression ambigüe, amère. S’il a le mérite d’attirer l’attention des historiens mais aussi (surtout ?) du large public sur un écrivain majeur et sur des corpus de textes précieux, la façon dont il le fait déçoit profondément. Il ne propose en effet ni une édition des carnets de guerre (comme le titre de l’édition française semble le promettre), ni une véritable histoire d’un « écrivain à la guerre » (comme l’annonçait la version anglaise), sérieuse et argumentée. Il ne nous reste qu’à espérer que la lacune étonnante que constitue l’absence d’une édition critique et intégrale des carnets et des lettres de Vassili Grossman, sera prochainement comblée.

Top of page

Notes

1 London : The Harvill Press, 2005.

2 Toutes les références ici renvoient à l’édition suivante : Vassili Grossman, Carnets de guerre. De Moscou à Berlin, 1941-1945. Textes choisis et présentés par Antony Beevor et Luba Vinogradova. Traduit de l’anglais et du russe par Catherine Astroff et Jacques Guiod. Paris : Calman-Lévy, 2007.

3 V.S. Grossman, Gody voiny, Moscou : « Pravda », 1989, disponible en ligne: http://militera.lib.ru/prose/russian/grossman_vs4/index.html.

4 Cf. par exemple une récente tentative de le faire dans : C. Merridale, Ivan's War, the Red Army 1939-1945, London, Faber and Faber, 2005 (recensé par Joris van Bladen, The Journal of Power Institutions in Post-Soviet Societies, # 4/5, 2006, http://pipss.revues.org/471?lang=fr).

5 http://www.svoboda.org/content/transcript/130606.html.

Top of page

References

Electronic reference

Emilia Koustova, « Vassili Grossman, Carnets de guerre. De Moscou à Berlin, 1941-1945  », The Journal of Power Institutions in Post-Soviet Societies [Online], Issue 16 | 2014, Online since 03 January 2015, connection on 23 June 2017. URL : http://pipss.revues.org/4107

Top of page

About the author

Emilia Koustova

Strasbourg University

Top of page

Copyright

CC BY-NC-ND 2.0

Top of page