Skip to navigation – Site map
Military Journalism in Soviet and Post-Soviet Russia - Articles (2)

Le journalisme militaire en Russie : les tiraillements d’un journalisme d’institution

Military Journalism in Russia: A Torn Specialization
Ivan Chupin

Abstract

During the Soviet time, military journalism was part of the army command. After the fall of the USSR, part of the profession gained autonomy as corps specialized in military affairs fed by the various scandals concerning the army (such as dedovshchina, recurring problems regarding the payment of the soldiers). From the years 2000, this polarization of military journalism has increased. On the one hand, the young generations are more porous to the army’s activities of communication and public relations to which they contribute. They are less concerned with providing accurate information. The creation by the Russian Ministry of Defense of its own TV channel Zvezda (The Star) is a striking illustration of this kind of institutional journalism. On the other hand, some journalists develop an investigative journalism and are concerned with revealing financial and political affairs that affect the army. Military journalism is thus increasingly torn between two distinct spheres, which have two different conceptions of the profession.

Top of page

Index terms

Countries :

Russia

Research Fields :

Political Science
Top of page

Full text

  • 1 Entretien avec Ivan Ivanov, journaliste spécialisé dans les affaires militaires à Kommersant, Mosco (...)
  • 2 Voir M. Jégo,« Vladimir Poutine limoge son ministre de la Défense », Le Monde, 6 novembre 2012.
  • 3 M. Rachinskaya, Une élite sans prestige, la formation militaire en Russie, mémoire CUF (dir. J.-M. (...)
  • 4 Anatoli Serdioukov est le gendre de l’ancien premier Ministre Viktor Zoubkov.
  • 5 L’auteur tient à remercier Carole Sigman pour sa relecture ainsi que tous les membres de l’atelier (...)

1« Il est parti sur la base d’une enquête indépendante »1. C’est ainsi qu’un journaliste du journal russe Kommersant spécialiste des questions militaires explique en entretien le limogeage de l’ancien ministre de la Défense Anatoli Serdioukov en novembre 20122. Depuis sa nomination en 2007, Anatoli Serdioukov avait entrepris d’importantes réformes de l’armée visant principalement à une compression des coûts, ce qui lui avait valu l’hostilité d’une fraction des militaires notamment au sein de l’encadrement3. A l’impopularité de sa réforme s’est aussi ajouté le fait que l’ancien ministre était un civil ayant réalisé sa carrière dans la vente de meubles avant de bifurquer vers la fonction publique via des soutiens politiques4. Dans l’entretien, le journaliste interrogé fait donc un lien direct entre le limogeage du ministre et la constitution d’un scandale autour du détournement d’une dizaine de millions d’euros par Oboronservis, une société contrôlée par le ministère. L’investigation serait devenue l’une des fonctions principales du journalisme militaire5.

  • 6 Sur le flou des catégories, voir L. Boltanski, Les cadres, la formation d’un groupe social, Paris, (...)

2A la différence de la France où il existe une association des journalistes de Défense, il n’existe pas en Russie d’organisation institutionnalisée définissant le journalisme militaire. Le journalisme militaire apparaît comme une catégorie très floue6 puisqu’il recoupe à la fois une activité de reporter de guerre et d’analyse plus technique des transformations de l’armée. Cela dit, en Russie, du fait de l’importance des médias spécialisés sur l’armée, il constitue un véritable segment de la profession.

  • 7 Voir par exemple l’état de l’art que dresse F. Daucé dans son livre L’Etat, l’armée et le citoyen e (...)
  • 8 J.K. Downing, “Trouble in the backyard : Soviet media reporting on the Afghanistan conflict”, Journ (...)

3Si de nombreuses analyses ont pris pour objet l’armée en Russie et ses principales transformations depuis les années 19907, la question du journalisme militaire a été beaucoup moins traitée. Lorsqu’elle a été abordée c’est principalement au travers du cas du journalisme de guerre. John Downing a ainsi analysé de manière pionnière le rôle des correspondants de guerre dans la guerre en Afghanistan8.

  • 9 Voir E. Koltsova, « Change in the coverage of the Chechen wars : reasons and consequences », The Pu (...)
  • 10 Sur la manière dont les médias ont pu se rallier à l’armée dans divers autres conflits, on peut lir (...)

4Plus récemment, des travaux sont par exemple venus souligner la différence de traitement médiatique entre les deux guerres de Tchétchénie9. A l’occasion, les auteurs interrogent la construction d’un traitement moins critique, plus consensuel entre le premier conflit en 1994 et le second en 1999. Elena Koltsova explique par exemple que les médias étaient en 1995 positionnés contre les militaires et que l’Etat fédéral a ensuite renforcé le contrôle envers les médias avec l’institutionnalisation d’un pool lors du second conflit. De plus, les transformations internes à la principale chaîne NTV contestant les militaires sont venues aussi limiter les formes de critiques et provoquer un ralliement à la cause de l’armée et de l’Etat russe10. De son côté, Elisabeth Sieca-Kozlowski montre bien comment l’armée russe met en place à l’automne 1999 un système de contrôle de l’information (Rosinformsentr) et limite l’accès sur le terrain aux reporters. Or, ces analyses se focalisent essentiellement sur les fluctuations du cadrage médiatique ou sur les structures de l’armée et moins sur une sociologie des journalistes impliqués dans ce type de traitement.

  • 11 G. Arboit et M. Mathien, La guerre en Irak. Les médias et les conflits armés, Bruxelles, Bruylant, (...)
  • 12 A. Mercier, « Médias et violence durant la guerre du Golfe », Cultures et conflits, # 9-10, 1993, p (...)
  • 13 F. Robinet, « Journalistes, responsables politiques et militaires français en Afrique : une informa (...)
  • 14 E. Gatien, «’Un peu comme la pluie’. La co-production relative de la valeur d'information en temps (...)

5En France, en revanche, cette question des interactions entre journaliste et armée a davantage été envisagée dans une perspective de sociologie des acteurs. Michel Mathien rappelle à quel point le journalisme de guerre se traduit par des conflits de valeur entre la recherche de « l’objectivité » et des exigences de loyauté11. Arnaud Mercier questionne l’autonomie du journaliste en situation de conflit. Il montre comment celui-ci se voit saisi par divers dispositifs de contrôle (« pools ») qui viennent encadrer son activité12. De son côté, François Robinet montre dans une perspective historique comment dans le cas de cinq conflits africains, les journalistes français tendent à reprendre le plus souvent les cadrages produits par les politiques et les militaires. Il souligne ainsi le processus de professionnalisation de la communication officielle depuis les années 199013. Emmanuelle Gatien a étudié la constitution d’une spécialisation journalistique dans le domaine de la défense au travers d’une association spécifique14.

6C’est plus dans le prolongement de cette perspective de sociologie d’une spécialisation militaire et des pratiques journalistiques que nous avons cherché à travailler. Emmanuelle Gatien souligne bien comment le journalisme militaire est une catégorie assez vaste qui mélange à la fois des accrédités experts et des journalistes reporters de guerre.

  • 15 E. Gatien, ibid., p. 84.

« Le statut renvoie dos à dos les journalistes : leur indépendance vis-à-vis de l’institution militaire permet aux non accrédités de se poser comme des ‘vrais journalistes’ tandis que leur connaissance technique des dossiers autorise les accrédités à se revendiquer comme professionnels »15.

  • 16 J. G. Padioleau, « Systèmes d’interaction et rhétoriques journalistiques », Sociologie du travail, (...)

7Cette distinction est sans doute moins opérante en Russie qu’en France car en fonction des moments de carrière, un même journaliste peut se retrouver à la fois sur ce que l’on appelle en Russie des « points chauds » à savoir des zones de conflits et d’autres fois tenir des positions d’expertise ou de journaliste-analyste. Cela dit, notre article porte davantage sur les journalistes experts au sens de Jean Gustave Padioleau c’est-à-dire ceux qui pratiquent des formes de « journalisme d’enregistrement » en reprenant des rapports, en travaillant à l’aide des sources institutionnelles (internes à l’armée ici)16 que sur le cas plus spécifique des reporters de guerre.

  • 17 Elle s’intègre dans une enquête plus vaste que nous menons en collaboration avec Françoise Daucé su (...)

8Sur le plan de la méthode, notre enquête se déploie sur un terrain principalement moscovite sur lequel nous avons conduit une dizaine d’entretiens avec des journalistes spécialisés qui occupaient des positions « d’observateur » militaire dans les journaux17.

Le journalisme militaire : un terrain facile ?

Sur le plan du terrain nous nous attendions à trouver un terrain assez fermé avec des journalistes contrôlant leurs paroles. Nous étions pris dans l’imaginaire ou le stéréotype assez rependu qui réduit l’armée à une « grande muette ». Or, les journalistes se sont montrés au contraire ouverts à nos recherches et, à une exception près, ils n’ont pas exigés d’anonymisation de leurs propos.

L’entrée dans le terrain s’est opéré via un jeune journaliste politique de Kommersant ayant recommandé de parler à son collègue spécialiste de l’armée. Cela a permis de pouvoir ensuite construire assez vite un échantillon via les recommandations de ce spécialiste militaire. Les journalistes ont été contacté via Facebook et ajouté à chaque fois après l’interview comme nouvel ami. L’ensemble des entretiens se sont déroulés en russe et la plupart ont duré entre une heure et deux heures. En plus de notre statut « exotique » de Français, cette facilité d’accès tient au fait que certains journalistes militaires sont des professionnels de la parole publique, qui donnent fréquemment des interviews dans les médias. Par exemple, lors d’un rendez-vous avec un observateur militaire du journal Komsomoslkaïa Pravda nous avons été interrompu trois fois par le téléphone pour que mon interlocuteur réponde à des interviews puis se livre à l’enregistrement d’un commentaire en direct et « à chaud » pour une radio. La journée s’est achevée par le tournage d’une équipe de télévision d’une chaîne étatique sollicitant le point de vue expert de notre interlocuteur sur l’une des réformes de l’armée en cours.

  • 18 A l’heure où nous écrivons ces lignes, il est tôt pour se prononcer sur le conflit actuel avec l’Uk (...)
  • 19 Sur cette tendance vers un journalisme assis en France, voir D. Ruellan et D. Marchetti, Devenir jo (...)

9Ce choix de se focaliser sur le journalisme expert tient au fait que si la Russie a connu de nombreux conflits militaires (Tchétchénie, Géorgie…), ceux-ci se sont un peu raréfiés depuis le cas de la Géorgie18, ainsi les journalistes lorsqu’ils traitent de la Russie effectuent aujourd’hui davantage une forme de journalisme assis19. Chez la plupart de nos interviewés les plus âgés, présents depuis de nombreuses années dans la spécialisation militaire, on a constaté ce type de glissement d’un journalisme de terrain vers un travail d’éditorialiste.

10Au début, nous avions prévu de couvrir aussi bien les reporters de guerre que les analystes mais l’absence fréquente des reporters de guerre sur place à Moscou a rendu complexe la fixation d’interview. De ce fait, nous avons privilégié pour la recherche le cas des journalistes plus experts ou analystes qui présentaient l’avantage d’être plus statiques.

11Enfin, les journalistes experts constituent un petit milieu dont les pratiques sont a priori plus homogènes que le journalisme de guerre. Les conditions du reportage de guerre varient en fonction des lieux de conflits et de l’organisation de la communication militaire alors que pour des analystes, on retrouvait des points communs : voyage organisé (komandirovka) avec le ministre, participation ou exclusion à/d’un regroupement (un pool) spécifique de journalistes, production d’articles d’analyses, conflit de légitimité dans certains cas avec des journalistes plus généralistes, proximité avec des thinks tanks financés par l’Etat.

12L’étude de ce microcosme réunissant les spécialistes ou des experts militaires permet de penser la question des conditions de l’autonomie du journaliste. En effet, alors que l’armée constitue en Russie par le legs de l’histoire une forme d’Etat dans l’Etat, comment un journaliste amené à couvrir ce type de sujet peut-il parvenir à construire son indépendance éditoriale ?

  • 20 M. Rachinskaya, op. cit., pp. 36-41. Dans son travail, cette chercheuse montre le fort endorecrutem (...)
  • 21 Sur ce type de questionnement dans le cas de l’armée française, voir C. Oger, « De l’esprit de corp (...)
  • 22 Sur la définition du journalisme d’institution, voir I. Chupin et P. Mayance, « Derrière le formel, (...)

13L’armée en Russie apparaît comme un appareil d’Etat mais elle ne se réduit pas à ce dernier car elle dispose de son autonomie propre notamment du fait du maintien d’une forte cooptation sociale20. Cette institution cherche le plus souvent à contrôler l’image que l’on renvoie et le discours que l’on produit sur elle afin d’éviter une rupture trop forte avec les civils21. De ce fait, le journaliste militaire apparaît comme un sous-produit de l’institution. On se trouverait donc a priori dans un cas très proche du journalisme d’institution que nous avons étudié dans le cas de la presse agricole en France dans lequel les journalistes se rattachent à des organisations qui leur dictent les règles du jeu, dans lequel la recherche « d’objectivité » ne constitue ici aucunement un absolu journalistique et que de ce fait se voient relativisées les frontières entre l’information et la communication22.

  • 23 Sur ces transformations de l’armée et ces divers scandales, voir E. Sieca-Kozlowski, « L’armée russ (...)

14A l’époque soviétique, le journalisme militaire se confondait avec le commandement de l’armée et était très peu autonome car placé sous la censure officielle. A la suite de l’effondrement de l’Union soviétique, la spécialité reste fortement liée à l’armée à tel point que ce sont davantage des militaires qui tiennent la plume que des journalistes militaires au sens strict. Cette dépendance n’empêche pas une autonomisation progressive d’un corps de journalistes spécialisés servis par les divers scandales ouverts autour de l’armée (dedovchtchina, problèmes de paiements des militaires) puis par le suivi des réformes successives vers une armée plus « professionnalisée »23.

  • 24 Notons qu’en Russie, de manière générale, la distinction communication et journalisme semble encore (...)

15Depuis le milieu des années 2000, cette tradition du militaire journaliste tend cependant à s’effriter au profit de la création d’une nouvelle génération de journalistes militaires. On assiste alors à un tiraillement de la spécialisation. D’un côté elle évolue vers une forme de journalisme d’enquête et d’investigation soucieux de lever des affaires politico-financières. De l’autre, et de manière plus majoritaire, elle renforce sa confusion avec de la communication24 puisque le ministère de la Défense russe a lancé sa propre chaîne de télévision Zvezda (L’étoile) ce qui vient contrarier l’autonomisation de ce segment de la profession par rapport à l’institution militaire.

Des militaires-journalistes : un journalisme pris dans l’institution

16A l’époque soviétique, le journalisme militaire apparaît comme très contrôlé et semble constituer une voie de promotion sociale pour des personnes originaires des classes plus modestes car l’armée dispose de son propre système de formation. La transition de régime dans les années 1990 n’opère pas une complète rupture dans le monde du journalisme militaire : l’armée trouve alors des moyens de maintenir un contrôle sur son image au travers d’une opération de recrutement de militaires-journalistes dans les titres civils.

Krasnaïa Zvezda : un journalisme censuré à l’époque soviétique

  • 25 S. Manfred, « Povsednevnost' voinstvennosti v Rossii: Nasledie militarizovonnogo sotsializma ? (« L (...)
  • 26 R. Reese, Red commanders : A Social History of the Soviet Officers Corps, 1918-1991, Kansas, Univer (...)
  • 27 A titre d’exemple, on peut penser à l’encadrement des loisirs par les clubs de l’armée ou celui des (...)

17A l’époque soviétique l’armée joue un rôle central dans la société russe. En effet, la guerre froide impose un effort permanent de course à l’armement et l’armée s’implique également dans divers conflits dans le monde pour maintenir son aire d’influence géopolitique. Le militarisme était une idéologie très répandue car elle rejoignait l’idée de « communisme de guerre », de « révolution permanente ». Manfred Sapper, en reprenant le terme de Michael Mann, appelle cette idéologie « le socialisme militarisé » et indique que les catégories de la guerre et de la violence sont devenues un cadre de la socialisation pour la génération entière, provoquant une certaine « psychose de l’état de siège »25. L’armée soviétique est donc une institution centrale en ce sens que ses officiers sont intégrés dans des négociations avec le Parti. L’ensemble de ces relations vise principalement à soumettre l’armée au Parti et à en réguler le rôle pour éviter une trop forte concurrence entre ces deux institutions26. L’armée soviétique est constituée de 4,5 millions de personnes sur une population qui évolue de 242 entre 1970 à 293 millions en 1991 ce qui permet d’en relativiser l’importance numérique mais elle repose sur l’idée d’une mobilisation permanente sociale afin de préparer la défense de l’Etat27.

18Elle bénéficie à ce titre d’une multitude d’organes de communication. Si dans le civil on retrouve la Pravda comme incarnation de la parole officielle du Parti, du côté militaire Krasnaïa Zvezda fait office de courroie de transmission du commandement. Ce journal militaire a été fondé le 29 novembre 1923 sur la base d’un décret du politburo du PCUS. De leur côté, l’ensemble des titres civils dispose le plus souvent d’un correspondant spécialisé sur les affaires militaires. De plus, il existe à l’époque une multitude d’autres journaux liés à l’armée. On est donc en présence d’une pyramide qui inclue en haut le modèle dominant de Krasnaïa Zvezda. Sous cet organe, se trouvent des journaux régionaux (gazety voiennogo okrouga) et également de nombreux titres plus spécialisés sur les différents corps d’armée (infanterie, flotte…). Enfin la base de la pyramide est composée par des feuilles au niveau des divisions (divisionnaïa gazeta) et dont l’actualité est fortement localisée. En général ces feuilles sont écrites par deux journalistes également officiers dont l’un est rédacteur et l’autre correspondant. Enfin, il existait d’autres titres plus spécialisés sur l’armée mais moins prestigieux et moins généraliste que Krasnaïa Zvezda à l’image de Zaroubejnoe Voennoe Obozrenie se chargeant d’analyser les systèmes militaires à l’étranger, ou Sovietskoe Voennoe Obozrenie consacré à l’armée soviétique.

  • 28 Entretien avec Viktor Baranets, journaliste militaire à Komsomolskaia Pravda, Moscou, le 13 décembr (...)
  • 29 Source: entretien avec Alexandre Golts, ancien journaliste de Krasnaia Zvezda et l’un de ces civils (...)

19En haut de cette pyramide, le journal Krasnaïa Zvezda fait figure de modèle. Il tire à 1,5 millions d’exemplaires ce qui le place par importance dans les quatre plus gros titres de l’époque soviétique. Une centaine de journalistes contribuaient à l’édition de ce journal. En son sein, la hiérarchie symbolique recoupe totalement celle de l’armée. Il était très rare d’obtenir des responsabilités éditoriales lorsqu’on ne disposait pas du grade de sous-colonel ou de colonel28. Le nombre de colonels était d’ailleurs un motif de plaisanterie pour l’un des rédacteurs en chefs de l’époque comparant cela à une armée finnoise (équivalent structurel de l’armée mexicaine pour les Russes…). De plus, la hiérarchie inclut très peu de civils29. Lorsque ceux-ci ont l’opportunité de travailler c’est principalement en raison de leurs compétences linguistiques qui font qu’on leur confie des tâches de propagande externe.

  • 30 Entretien avec Alexandre Golts, Moscou, le 18 novembre 2013.

« A la suite de la faculté de journaliste, j’ai été appelé comme lieutenant de réserve, se souvient Alexandre Golts, un ancien journaliste. C’était comme ça à l’époque soviétique. Je suis devenu officier spécialisé de propagande. On avait une sorte de préparation (peregotovka) dans un camp. J’ai rencontré un officier qui était associé au journal Krasnaïa Zvezda et qui m’a dit que là-bas il cherchait aussi des associés civils pour faire de la traduction. J’avais fini mon apprentissage de la langue chinoise et donc ils m’ont pris au département des affaires étrangères et j’en étais très surpris car c’était l’un des plus gros journaux de l’URSS »30.

  • 31 En russe l’appellation exacte est la Haute école de guerre-politique de Lvov (Lvovskoe vysshee voen (...)
  • 32 Source : entretien avec un ancien journaliste passé par cette école, le 14 avril 2014.

20Or, ce type de parcours issu du civil est plus une exception que la règle. En matière de formation au journalisme, l’armée a mis en place un institut spécialisé qui ne recoupe pas l’apprentissage dans le civil au sein des grandes universités. L’école de Lvov a formé chaque année de 1964 à 1993 une centaine de lieutenants à l’écriture journalistique31. L’entrée s’effectuait sur la base d’un concours ouvert jusqu’à l’âge de 23 ans. La formation durait ensuite 4 années. L’institution délivrait des enseignements relevant des humanités (histoire, littérature, langue russe…) dispensé le plus souvent par des civils également professeurs à l’université. La pédagogie incluait également des matières militaires assurées par des colonels comme la tactique mais aussi des enseignements plus techniques (préparation au maniement des tanks). Une place importante était donnée à la préparation physique32. Dans les faits, il s’agit de produire de nombreux journalistes à même de travailler ensuite dans le cadre de cette constellation de journaux militaires. Il existait aussi une structure de perfectionnement pour ces journalistes qui s’appelait l’Académie politique de guerre (Voennaia Polititcheskaïa Akademia) et le passage par ces deux formations pouvait déboucher sur une insertion dans Krasnaïa Zvezda si le grade militaire et l’étendue des réseaux sociaux du journaliste le permettaient.

  • 33 Voir L. Pinto, « L’armée, le contingent et les classes sociales », Actes de la recherche en science (...)

21De nombreux journalistes militaires ont pu opérer une forme de rattrapage culturel par rapport à leur milieu d’origine plus modeste. D’une certaine manière, le fait de recruter ce type de profils tend à renforcer l’attachement à l’institution33.

22C’est le cas par exemple de Viktor Litovkin, originaire d’Azerbaidjan. Ne pouvant pas accéder à l’université car il ne maîtrisait pas l’azeri, il rentre dans l’institut de Lvov afin de devenir journaliste militaire. Cet institut lui permet une certaine ascension sociale car ses deux parents travaillaient dans l’acheminement des bateaux de la mer Caspienne, sa mère étant comptable et son père fonctionnaire. Il rencontre en formation Viktor Baranets. Celui-ci vient d’Ukraine. De milieu modeste son père devient pompier après la guerre et sa mère s’occupe de la maisonnée puisqu’il a trois frères. Intéressé par le journalisme, il rédige quelques petits articles. Mais il quitte l’université pour travailler à l’usine. Ayant abimé certaines pièces, il ne touche qu’une partie de son salaire ce qui l’éloigne de ce type d’activité. Il décide alors de s’engager dans l’armée et après avoir écrit dans une petite gazette de division, il se fait repérer par un journaliste militaire qui lui conseille d’opter pour la formation de Lvov.

23On le voit, le journalisme militaire touche certaines personnes d’origine assez modeste et favorise pour eux une évolution de carrière rapide. En ce sens, les quelques éléments biographiques dont nous disposons permettent de penser que les instituts spécialisés de formation au journalisme militaire constituent à l’époque soviétique un ascenseur social. On rejoint ici une fonction plus générale de l’armée qui est celle du brassage des populations.

« Durant l’ère soviétique […], l’institution militaire s’affirme comme creuset de l’homo sovieticus : la conscription permet à la fois une rupture avec le cadre d’appartenance strictement local, ainsi qu’une rencontre des différents peuples de l’Union dans le but de créer un "homme nouveau" »,

  • 34 Eva Bertrand, op.cit., p. 101.
  • 35 Entretien avec un ancien journaliste de Krasnaia Zvezda, le 14 avril 2014.

24rappelle Eva Bertrand qui a travaillé sur le rapport des conscrits à l’Etat34. Toutefois, il ne faudrait pas généraliser sur une base aussi limitée ce type de déclassement par le haut car dans le cadre de la répartition des postes en sortie de l’institut de Lvov, la plupart des places dans les grands journaux étaient occupées par des héritiers, ce qui n’excluait pas par la suite des trajectoires d’ascension sociale chez les autres formés35.

  • 36 Entretien avec Viktor Litovkin, journaliste à Nezavissimoe Voennoe Obozrenie, Moscou, le 6 novembre (...)

25Travailler dans le journalisme militaire à l’époque soviétique permet pour des militaires de cumuler plusieurs rémunérations ce qui leur donne un meilleur statut qu’un correspondant ordinaire de presse. « J’étais officier, je recevais de l’argent pour mon travail de correspondant mais aussi pour le grade, pour les étoiles (za zvezdotchki), pour mes devoirs de militaire. L’armée m’avait donné un appartement gratuit à Moscou. Elle payait pour tout ça, mais aussi pour l’ancienneté »36. Cela dit, l’activité de journaliste s’effectue à temps plein.

  • 37 A l’époque de Napoléon, les censeurs devaient être payés par les journaux. Voir G. Feyel, La presse (...)

26L’ensemble de la production d’information s’effectue sous le contrôle de censeurs intégrés au sein de la rédaction. On retrouve ici un fonctionnement assez typique des journaux dans les régimes autoritaires puisque c’était aussi le cas des journaux à l’époque napoléonienne, mais à cette différence près que ces censeurs militaires ne faisaient pas partie de l’effectif du journal37. En Russie, il s’agit de gradés, du rang de colonel qui disposent d’équipes tournantes qui veillent en permanence à la réécriture des contenus journalistiques en fonction de la ligne éditoriale imposée par le commandement des forces armées. Ils appartiennent statutairement au ministère de la Défense soviétique. A cette censure ordinaire, s’ajoutait parfois un contrôle plus politique.

27C’est ce qu’explique Alexandre Golts, un ancien journaliste de Krasnaïa Zvezda,

  • 38 Entretien avec Alexandre Golts, Moscou, le 18 novembre 2013.

« Il existait une pratique. Sur une question donnée, des gens du parti communiste (PCUS) appelaient, nous demandaient d’écrire un article puis l’article leur était envoyé, passait par eux, ils le vérifiaient le modifiaient et ensuite il était imprimé dans Krasnaïa Zvezda. Ce n’est pas du tout le cas de tous les articles, ça arrivait assez peu mais ça existait sur des questions importantes »38.

  • 39 R. Reese, Red commanders : A Social History of the Soviet Officers Corps, 1918-1991, Kansas, Univer (...)

28Il existait un matériel appelé « officiel » qui était publié dans les 3 premières pages de Krasnaïa Zvezda. Il consistait principalement dans la médiatisation des rencontres du Politburo, des rapports du Plenum du PCUS ou encore des décisions prises par les ministres de la Défense du Pacte de Varsovie. Ce matériel était reçu par les journalistes via l’agence Tass et il importait au journaliste de permanence de déterminer la place revenant à chaque évènement dans le journal. Les militaires de Krasnaïa Zvezda étaient tous membres du Parti communiste ce qui assuraient une forme de contrôle sur la ligne éditoriale. On retrouve ici une tendance du Parti à limiter l’autonomie de l’armée39. A l’époque soviétique, le journalisme militaire se voit ainsi placé au service de la défense des intérêts du Parti et de l’armée.

Une reconversion vers le civil : le changement dans la continuité

29La chute du régime soviétique ne se traduit pas par une complète transformation dans le domaine du journalisme militaire. L’armée parvient à organiser la reconversion des militaires journalistes vers divers titres civils.

  • 40 E. Sieca-Kozlowski, « L’armée russe : stratégie de survie et modalités d’action individuelle et col (...)

30Les changements affectent fortement l’armée après 1990 puisque de nombreux militaires ne sont plus payés40. Au sein des journaux militaires les plus institués, on assiste à d’importantes transformations. Tout d’abord, le fait que l’armée se retrouve fortement critiquée pour les violences de type « dedovchtchina » incite à modifier le contenu rédactionnel. Le cas d’Alexandre Golts est emblématique de ce type de changement. Celui-ci se voit proposer d’animer une nouvelle rubrique intitulée « le thème de la semaine » au sein du journal, ce qu’il fera pendant 8 ans. Il doit rédiger des éditoriaux sur les problèmes qui se posent au pays et notamment en lien avec l’armée et ses diverses critiques. Son évolution rapide de carrière tient à plusieurs éléments. Tout d’abord un rédacteur en chef adjoint du journal de l’époque, Ivan Mitrofanovitch Panov n’est pas opposé à une libéralisation du titre de presse. Il est décrit par Alexandre Golts comme un « soviétique libéral » qui participait au mouvement de coopération avec l’Ouest. Il va trouver dans certains collaborateurs civils une manière d’appuyer la transition au sein du journal. Il va ainsi prendre appui sur des journalistes ayant couverts des évènements pour le service étranger. Ces journalistes sont habitués à lire à des fins professionnelles des journaux étrangers, ce qui était interdit en URSS. Comme le dit Golts pour expliquer sa promotion :

  • 41 Entretien avec Alexandre Golts, Moscou, le 18 novembre 2013.

« Mes collègues qui connaissaient plus l’armée soviétique puis russe que moi ne savaient pas écrire de manière critique. Dans les autres rubriques du journal, ils n’avaient pas besoin d’étudier la construction des forces armées. Alors que moi, je travaillais sur les adversaires potentiels de l’URSS. Dans l’URSS, l’armée était considérée comme étant la meilleure et il n’y avait pas spécialement besoin d’analyses. On avait une plaisanterie sur ça qui était de dire que l’armée incarnait la lutte du bien contre l’excellent ».41

  • 42 Voir l’équipe fondatrice de la radio Echo de Moscou incluant Serguei Korzun et Sergeui Buntman ayan (...)

31Ce type de promotion lors de la transition politique n’est d’ailleurs pas le propre des journaux militaires et on la retrouve par exemple dans la capacité de plusieurs journalistes ayant travaillé dans les services étrangers des radios et télévisions soviétiques à fonder de nouvelles stations dès la période post-soviétique42.

32Dans le même temps, les journalistes les plus marqués par l’ancien régime se voient marginalisés dans le nouvel espace médiatique. Ainsi, Viktor Baranets, un de ces militaires-journalistes ayant réalisé toute sa carrière dans des titres militaires du régime communiste se voit proposer dans les années 1990 une place au sein de Krasnaïa Zvezda puisque le journal qu’il dirigeait (Kommunism Vooroujonnikh Sil) ferme ses portes. Or, le rédacteur en chef de l’époque de Krasnaïa Zvezda, Nikolai Ivanovitch Makeev (rédacteur en chef de juillet 1985 à mars 1992) le prive d’activité :

« il m’a dit, vous avez été communiste mais maintenant nous sommes démocrates. Je suis resté sans activité pendant plusieurs mois, ils m’avaient déclassé également dans le poste puisque j’occupais un rôle de Général et que je me retrouvais dans le grade de Major. Le Parti était sorti de l’armée, tout s’était dépolitisé. Du coup, j’ai dû partir de ce journal »,

  • 43 Entretien avec Viktor Baranets, Moscou, le 13 décembre 2013.

33explique Baranets43. L’aggiornamento libéral des journaux en ce moment de transition tend à une valorisation explicite de certains profils plus « civils » et une disqualification dans le même temps des trajectoires plus « marquées » par l’idéologie du précédent régime.

  • 44 Il s’agit d’une décision du Comité central du Parti communiste. Ainsi par exemple, A Izvestiia sont (...)

34Or, dans la plupart des cas l’armée est parvenue à organiser la reconversion de ses anciens cadres. En effet, il a existé au moment de la reconstruction (perestroïka) et quelques années après le changement de régime une structure au sein du ministère de la Défense. Ce bureau (département des correspondants spéciaux : otdel spetsialnikh korrespondentov) a réuni un groupe de correspondants spéciaux qui avaient été formés par l’armée dans le système décrit plus haut réunissant une quinzaine d’officiers. Ceux-ci se sont vus proposer des postes de journaliste militaire dans divers titres civils44. En parallèle de cette nouvelle activité, ils continuaient dans le même temps de recevoir de l’argent du ministère.

« Le ministère voulait que l’on donne une belle image. Il a envoyé les journalistes les plus centraux dans les gazettes les plus centrales. On était des artistes à la commande […]. Tu ne pouvais pas critiquer le ministère car tu appartenais au ministère. On avait le cul entre deux chaises »,

  • 45 Entretien avec Viktor Baranets, le 13 décembre 2013,

35rapporte Viktor Baranets45. Viktor Litovkin est aussi passé par ce département :

  • 46 Entretien avec Viktor Litovkin, le 6 novembre 2013.

« Ils ont fermé le journal des sergents où je travaillais. Et ils m’ont appelé dans un département spécial des correspondants de guerre, travaillant dans la presse, dans les titres les plus importants du pays. J’étais colonel, ils m’ont désigné comme le chef de ce département, et à ce titre ils m’ont envoyé travailler dans le journal Izvestia. Je servais dans l’armée et travaillais aussi pour Izvestia. En 1995 j’ai eu 50 ans et c’était l’âge de partir à la retraite pour un colonel et je suis devenu retraité. […] Ca a duré 6 ans. De 1989 jusqu’à 1995 »46.

  • 47 E. Sieca-Kozlowski, op .cit., et le passage « Entrer en politique ». Voir aussi Françoise Daucé, op (...)
  • 48 Sur ce point voir F. Daucé, « L’armée dans l’histoire de l’Etat russe contemporain », Hérodote, 200 (...)
  • 49 F. Daucé, ibid., p. 125.
  • 50 Pour une critique de la « transitologie », voir M. Dobry, Sociologie des crises politiques, Paris, (...)
  • 51 Voir B. Gaiti, « Les incertitudes des origines. Mai 1958 et la Cinquième République », Politix, vol (...)

36L’enjeu pour l’armée est donc de continuer à maintenir la meilleure image possible dans la plupart des journaux qui se refondent à l’occasion de la transition. On a une stratégie de relations publiques qui sera d’ailleurs prolongée par la suite avec l’engagement direct de militaires en politique pour la défense des intérêts de l’institution à partir des législatives de 199547. De plus, le statut de l’armée même commence à être incertain puisque la question de l’insertion des forces armées de l’ex-URSS et de leur autonomie se pose en ce début des années 199048. L’armée parviendra en effet à maintenir son caractère distancié à l’égard des civils comme en témoignent la non-nomination d’un ministre civil de 1992 à 2001 et la nomination de Serguei Ivanov lui-même ancien du KGB49. Dans la plupart des cas de changements de régime50, on assiste à des formes de reconversions des élites précédentes51.

  • 52 Ce journaliste et également militaire, ancien de Lvov dénonce en 1993à la suite d’enquête le rejet (...)
  • 53 Pour une description précise et chiffrée de ces évolutions, voir E. Sieca-Kozlowski, « Du contrôle (...)
  • 54 F. Daucé, op.cit., p. 129.

37Les transformations radicales qui touchent l’armée à cette époque ouvrent aussi une possibilité à certains journalistes (à la fois issus du civil mais également au sein de l’armée mais adoptant un positionnement critique à l’image par exemple de Grigori Pasko52) de médiatiser de nouvelles thématiques. En effet, tout d’abord, il devient possible de rapporter de nombreux sujets exclus au préalable dans l’URSS. Les journalistes de la presse militaire vont pouvoir se distinguer par la révélation de diverses affaires. Cette presse voit d’ailleurs fortement diminuer son nombre de titres, ses tirages et les fonds alloués aux troupes pour leurs abonnements disparaissent53. La désorganisation de l’URSS se traduit par le développement des activités criminelles et de ce fait, les journalistes peuvent se saisir de ce type de nouveaux thèmes. Divers scandales de corruption touchent ainsi le ministère de la Défense dès 1994 puisqu’il aurait bénéficié de sommes importantes liées à la vente d’avoirs militaires soviétiques en ex-RDA54.

  • 55 L. Mandeville, L’armée russe : la puissance en haillons, Paris, Numéro 1, 1994.
  • 56 Sur cette « clochardisation » de l’armée, voir E. Sieca-Kozlowski, op. cit.
  • 57 Source : Article de Marie Jego, cité par E. Bertrand, op. cit., p. 106.

38L’armée est à l’époque qualifiée de « puissance en haillons »55. Elle se caractérise par sa « clochardisation » puisque les conditions sociales deviennent de plus en plus difficiles. Elle se voit dualisée entre des structures d’élite proches de la présidence qui sont fortement financées et des structures dépourvues de tout moyen. Dans ces dernières, les soldats voient leur solde rongée par l’inflation et souvent différée pendant plusieurs mois. On assiste même à de nombreux cas de malnutrition56. La situation de l’armée est tellement préoccupante socialement que les journalistes bénéficient d’un terrain exploitable en permanence tant il donne à voir les difficultés de la transition au concret. Les médias ont par exemple relaté des affaires de trafic de conscrits par les officiers en 1999. Les conscrits se présentent, en effet, comme une monnaie d’échange attrayante pour certains officiers qui les louent pour toutes sortes de tâches comme les travaux agricoles, le bâtiment ou l’industrie, ou les utilisent eux-mêmes à loisir, ou encore, les vendent en tant qu’otages à l’ennemi57.

39De plus, comme l’explique Françoise Daucé,

  • 58 F. Daucé, op. cit., p. 130

« la libéralisation de la presse amène des révélations sur les tortures subies par les jeunes appelés durant leur service militaire. Les violences commises au sein de l’institution militaire (dedovchtchina) sont dénoncées au grand jour. La réforme du fonctionnement de l’armée devient un thème central du débat public »58.

  • 59 La définition est de E. Sieca-Koslowski. Elle rappelle qu’entre 1985 et 1990, 6.000 à 10.000 morts (...)

40Cette dedovchtchina désigne des pratiques cruelles de supérieurs envers les jeunes recrues pouvant aller jusqu’au viol ou au meurtre59.

  • 60 A. Colin Lebedev, Le cœur politique des mères. Analyse du mouvement des mères de soldats en Russie, (...)
  • 61 E. Bertrand, op. cit., p. 104.

41Dans le cadre de ce mouvement de transparence (« glasnost ») puis de reconstruction (« perestroïka »), les journalistes vont pouvoir bénéficier de nouvelles sources au sein de la société civile. A la fin de la période de Gorbatchev se développe en effet des mouvements de mères de soldats qui demandent l’amélioration de la vie des conscrits, la suppression des bataillons disciplinaires60. Elles sont aujourd’hui 300 organisations auxquelles s’ajoutent l’Association antimilitariste radicale fondée en 1993 et dont le but est explicitement de fournir une aide juridique aux jeunes afin d’éviter le service militaire61. De ce fait, une parole alternative à celle de l’armée commence à pouvoir être médiatisée, notamment au sein de la nouvelle presse qui se refonde dans la société civile.

  • 62 E. Kolstova, op. cit.

42Enfin, l’apparition de divers conflits contribue à maintenir la noblesse du journalisme militaire. En effet, le développement de conflits en Ossétie du sud en juillet 1992, en Transdniestrie en 1992, au Tadjikistan en 1993 et en Géorgie en 1994 favorise un renouveau du journalisme de guerre. Mais c’est surtout lors de la première guerre de Tchétchénie en 1994 que les journalistes vont pouvoir se distinguer. En effet, un traitement très critique de l’armée est rendu possible du fait de l’absence de contrôle sur le flux d’information par les militaires62. Face à un discours assez embrouillé des officiels et de Boris Eltsine, les journalistes recherchent des sources alternatives pour médiatiser le conflit ce qui les amènent à donner la parole à « l’autre côté » en l’occurrence aux Tchétchènes. L’accès à ce terrain alternatif est garanti par la facilité de corrompre des militaires à l’époque très pauvres. Koltsova décrit ainsi comment pour une saucisse, de la vodka, ou un simple appel téléphonique sur un portable vers la Russie, des journalistes ont pu accéder à des terrains formellement interdits par l’armée.

43De ce fait, rétrospectivement, c’est toute cette période du début des années 1990 qui va être décrite par les plus jeunes générations de spécialistes militaires comme un âge d’or du journalisme militaire.

La polarisation d’une spécialisation : les tiraillements du journalisme militaire

  • 63 Floriana Fossato décrit la reprise en main de Poutine sur les médias car il aurait été exaspéré par (...)

44Les années 2000 se caractérisent par l’arrivée de Vladimir Poutine au pouvoir et un renforcement du contrôle sur les médias après l’épisode du sous-marin Koursk63 auquel s’ajoute la reprise de la guerre en Tchétchènie. Le journalisme militaire se retrouve fortement polarisé. Une fraction majoritaire de journalistes se caractérise par une dépendance renforcée à l’égard du ministère de la Défense qui crée à partir de 2005 sa propre chaîne de télévision. Or, ce renforcement de la dépendance à l'égard du ministère de la Défense et le rapprochement des mondes l’information et de la communication ne sont pas partagés par l’ensemble des journalistes. On assiste notamment à des luttes au sein de l’espace médiatique portant sur les réformes à mener qui viennent contrarier la mise en place d’une spécialité unifiée de journaliste militaire.

Contrôler son image : la constitution de la chaîne Zvezda (« Etoile ») par le ministère

  • 64 On retrouve ce souci de professionnalisation de la communication en France avec le passage du SIRPA (...)

45On l’a vu, la tentation de l’armée de contrôler son image est grande. Cette tentation n’est pas nouvelle et dès la période des années 1980, on retrouve une grande porosité des frontières entre information et communication64. La trajectoire de Viktor Baranets offre un cas assez idéal-typique de ce mélange des genres puisqu’il a été militaire, puis journaliste militaire dans divers titres soviétiques avant de devenir le secrétaire de presse du ministre de la défense Pavel Gratchev puis de redevenir journaliste militaire à Komsomolskaïa Pravda. On a donc une imbrication forte dans ce secteur entre les structures d’Etat, de l’armée et le journalisme. Celle-ci se traduit d’ailleurs dans le cas de Baranets par l’occupation d’une position de défenseur public des gradés aussi bien lors de sa carrière d’attaché de presse puis comme journaliste. A l’occasion de divers débats avec le président Vladimir Poutine, il se fait fréquemment le porte-parole des militaires et joue de la sorte une fonction de représentation d’un groupe d’intérêt.

46Pour mieux contrôler son image, l’armée a décidé d’institutionnaliser sa représentation symbolique. En 2005, le ministre de la Défense Serguei Ivanov lance une chaîne spécialisée sur l’armée : le canal télévisé Zvezda (Etoile). L’objectif poursuivi est politique dans le sens où ce ministre aspire à l’époque à devenir candidat à la présidence. Pour lui, la constitution d’une chaîne est donc largement un outil de communication et une ressource dans le jeu politique.

  • 65 http://tvzvezda.ru/about/
  • 66 « I nie nado govorit o tuposti voennikh », Interview de Sergei Savushkin, Novaia Gazeta, 7 avril 20 (...)

47La chaîne cible un public masculin assez large « de 25 à 60 ans apportant la base des revenus à la famille »65. Cet objectif d’élargir l’audience est présent dès 2005 et se manifeste dans le profil du premier directeur nommé Serguei Vladimirovitch Savouchkin, ancien responsable de plusieurs programmes destinés à la jeunesse et ensuite du canal télévisé généraliste Rambler. Si la chaîne a remporté sa « licence » dans le cadre d’un concours au travers du soutien explicite du ministère de la Défense, les thématiques militaires se voient limitées à 10% des émissions ce qui traduit une volonté d’aller toucher d’autres publics66.

  • 67 Th. Gordadzé, « Le tournant géostratégique de Poutine et l’armée russe », Critique internationale, (...)
  • 68 On pense ici à des programmes comme « Education patriotique des citoyens de la Fédération de la Rus (...)
  • 69 Brochure de L'institut national du développement de l'idéologie moderne « Le patriotisme russe et l (...)
  • 70 Voir F. Daucé, M. Desert, M. Laruelle, A. Le Huerou, K. Rousselet, « Les usages pratiques du patrio (...)
  • 71 E. Bertrand, op. cit., p. 109.

48Formellement la chaîne vise à diffuser des programmes d’éducation militaro-patriotique. Cette chaîne n’est pas si incongrue en Russie tant la société est dotée d’un « étrange ethos paramilitaire »67. La société russe se caractérise en effet par la place des célébrations patriotiques et dans les dernières années, un véritable effort politique et financier a été entrepris à destination de la promotion de programmes patriotiques68. Entre 2011 et 2015 l’Etat au travers a investi environ 750 millions de roubles (en incluant des fonds extra budgétaires) sur cette thématique contre 480 millions sur la période de 2006 à 201069. En effet, depuis l’arrivée au pouvoir de Vladimir Poutine, « un nouveau patriotisme d’Etat a été instauré et le terme de ‘patriote’ a cessé d’être un stigmate. Le revendiquer est même devenu une posture obligée dans l’espace public russe, un mode de légitimation »70. Les médias diffusent d’ailleurs de nombreux films et séries télévisées exaltant les valeurs militaires notamment depuis 2000, date de la réforme sur la sécurité de l’information, dont l’un des principes vise à véhiculer une image positive de l’armée71.

  • 72 Source : entretien avec Maksim Dodonov, journaliste à Zvezda, le 22 mars 2014.

49Cette chaîne privée dans le statut regroupe une quarantaine de journalistes qui réalisent de l’information depuis 2006. Si au départ Zvezda est financée à hauteur de 2 milliards de roubles par le ministère de la Défense, il est ensuite pris la décision d’en interrompre le financement public afin de financer une nouvelle chaîne (obtchestvedenie televidenie). De ce fait, le canal repose sur des annonceurs et se voit à cette époque contraint à d’importantes économies. En 2014, le nouveau responsable de la holding espère obtenir un financement public de l’Etat72.

  • 73 Entretien avec Nikita Korzun, journaliste sur le canal télévisé Zvezda, Moscou, le 11 novembre 2013 (...)

50Les journalistes ne travaillent pas uniquement en lien avec des contenus militaires. Une partie des programmes présente un aspect généraliste. Il existe une base de données de films soviétiques uniques. L’un des présentateurs des journaux d’actualité sur Zvezda s’est efforcé tout le long de notre entretien de se distancier au maximum du qualificatif de journalisme militaire qu’il percevait comme inadapté à son travail car trop spécialisé par rapport au caractère généraliste des informations qu’il donne. Cette distance tient aussi au rapport à son passé de spécialiste de la culture au sein de la première chaîne et du groupe de médias d’Etat VGTRK73. En revanche, le reste des programmes de la chaîne reste structuré sur la base d’émissions militaires spécialisées et une partie importante de la fabrication des informations d’actualité apparait comme liée à l’armée. On peut en prendre la mesure sur le site internet de la chaîne qui présente individuellement les biographies de ses journalistes. On retrouve par exemple une présentatrice « née dans une famille de militaires en 1980 à Moscou », un autre présentateur est « né dans une ville militaire où quelques générations ont défendu la patrie » et par ailleurs fils d’un cosmonaute célèbre russe. Le présentateur plus spécialisé de l’émission Conseil militaire (« voennyi soviet ») est aussi né dans une famille de militaires et est lui-même passé par une académie de guerre du ministère de la Défense avant de servir sous les drapeaux en Afghanistan et de travailler pour La Voix de l’Afghanistan.

51Lorsque les journalistes ont des profils plus généralistes et sortent d’une formation de journalisme de la Faculté d’Etat de Moscou (MGU), sur le site internet, il est souvent fait mention de leur participation à des cours de la section des affaires militaires (voennaïa kafedra) de MGU, obligatoires pour les garçons. Il existe dans de nombreux cas un passage de ces journalistes de la radio-télévision publique (VGTRK) vers le canal Zvezda ce qui le positionne dans l’espace des médias d’Etat. Pour expliquer leur entrée dans cette chaîne les trois journalistes interrogés mettent en avant les opportunités ouvertes par un plus petit canal comme « aller sur le terrain », voyager à l’étranger, ou encore l’existence d’« un salaire plus élevé ». Cet idéal de journalisme de reportage s’oppose à une vision d’un journalisme assis censé caractériser davantage les grands canaux de la télévision publique.

  • 74 Entretien avec Maksim Dodonov, journaliste à Zvezda, le 22 mars 2014.

« A VGTRK, tu viens. Devant toi, tu as AP, Reuters et les EVN. Tu vas faire des sujets de 30 secondes ou des sujets de deux minutes trente à partir de ces agences. Tu ne peux pas voyager. C’est un travail technique. Alors qu’à Zvezda, j’ai été dans 65 pays et souvent plusieurs fois »74.

  • 75 Voir le numéro consacré au « journalisme à l’économie » dans Actes de la recherche en sciences soci (...)
  • 76 Entretiens avec Nikita Korzun et avec Fiodor Ivanitsa, tous deux journalistes sur le canal télévisé (...)

52Ils font de la petitesse de la chaîne Zvezda et du caractère économique de la production75 une vertu pour pouvoir accélérer leur carrière et bénéficier de plus de responsabilités76.

53Dans le travail journalistique pour ce type de contenu plus « militaire », l’objectif reste de présenter l’armée comme étant « moderne ». Il existe plusieurs sujets qui reviennent à chaque saison et que dans le jargon journalistique on appelle en France des « marronniers ». Ici, il s’agit des appels en direction de la jeunesse à s’engager dans l’armée (il en existe deux, un au printemps et un autre à l’automne), ou encore des manœuvres militaires. Un journaliste de Zvezda explique d’ailleurs en entretien que celles-ci doivent toujours être présentées sous un angle positif et qu’il est presque impossible de faire un sujet sur un éventuel dysfonctionnement observé lors du déroulement des opérations sur le terrain.

« Ces derniers temps avec le ministre de la Défense Choïgou, il y a beaucoup de manœuvres. Ils nous préviennent un jour avant. Le but pour les officiers c’est de vérifier que les troupes sont prêtes. Il y a différents scenarios. Il y a des manœuvres pour diverses forces (flotte, forces terrestres, espace…) et il y a des manœuvres générales dans lesquelles toutes les forces participent. Ils nous communiquent les scenarios parce que c’est important de comprendre ce qui se passe. On a besoin d’une image globale. Parce que le soldat qui marche 10 kilomètres et qu’on peut interroger également n’a pas forcément de vision d’ensemble.

Question : Et sur le canal Zvezda, tout fonctionne comme prévu ?

  • 77 Entretien avec un journaliste de Zvezda.

sur Zvezda, tout fonctionne toujours comme le prévoit le plan [rires], c’est la vérité, oui. On ne peut parler d’un défaut que si le ministère de la Défense en parle. Sinon, non »77.

54Ce travail de journaliste s’effectue donc sous un certain nombre de contraintes éditoriales. Il s’opère d’ailleurs souvent en lien avec des militaires, à la fois comme source d’information mais aussi de manière intégrée à la rédaction. Il existe en effet trois producteurs de guerre (voennie prodouseri) qui sont des officiers et qui aident au cadrage technique des sujets. Mais au niveau de la rédaction tout est construit pour éloigner les journalistes de l’officialité du style militaire et il est attendu du journaliste qu’il mette en mot et si possible dans des mots différents, plus tournés vers le grand public, ce que souhaite communiquer le ministère.

  • 78 Sur les stratégies d’exit de l’armée, voir Daucé et Bertrand.

55Les institutions de formation spécialisées de l’armée ayant disparu, le profil social des journalistes se modifie. L’institut de formation au journalisme militaire a été déplacé de Lvov à Moscou car après la chute de l’URSS, il s’était retrouvé à l’extérieur du territoire en Ukraine. Il a d’ailleurs fermé ses portes en 1993 et pris une autre forme. Aujourd’hui il existe en temps que département spécial (« voennaïa kafedra ») au sein de la faculté de journalisme de MGU dans lequel les jeunes étudiants reçoivent quelques cours de stratégie militaire. Cette recomposition des institutions de formation au journalisme militaire va de pair avec un effondrement des tirages de la presse spécialisée. Le journal Krasnaïa Zvezda tire aujourd’hui à 50 000 exemplaires. Les années 2000 et 2010 se traduisent donc par un fort renouvellement de la première génération de journalistes. On assiste à l’arrivée de nombreux journalistes bénéficiant de profils plus généralistes dont le canal Zvezda est assez emblématique. Ils ont le plus souvent réalisé une formation spécialisée en journaliste au MGU ou dans une autre université assez prestigieuse, n’ont pas servi dans l’armée78 ce qui traduit aussi un souhait de professionnaliser davantage la communication de l’armée. Les anciens journalistes dénoncent, eux, une perte de spécialisation et la disparition progressive de leur métier.

L’affaire Serdioukov : une spécialité militaire contrariée par les divisions

56L’envoi sur les zones de conflits s’effectue de manière de plus en plus limitée du fait des risques pesants sur la vie des journalistes. Ainsi, le quotidien Kommersant refuse d’envoyer des journalistes du fait des coûts trop élevés de l’assurance. Une partie du journalisme militaire se recompose donc et tend privilégier l’expertise et l’investigation sur le reportage de terrain.

  • 79 V. Baranets & M. Timoshenko, Armiia Rossii. Zashchitnitsa ili zhertva? Kak my snimali Serdiukova, K (...)

57Mais l’autonomisation d’une spécialité à part dans le monde journalistique se heurte aux divisions sur la politique militaire. L’affaire autour du ministre Serdioukov offre un bon cas de tensions internes à l’espace. Certains journalistes se caractérisant par des trajectoires de civils ont pris la défense de la politique de réforme menée par le ministre. Il s’agit de Alexandre Golts ou encore Pavel Felgenghauer de la radio Echo de Moscou. Ces deux journalistes sont emblématiques de la mouvance libérale du début des années 1990 ayant travaillé pour des journaux comme Sevodnia ou Itogui à l’époque de Vladimir Goussinski. Ils se caractérisent aujourd’hui par leur engagement dans la presse d’opposition face à Vladimir Poutine qu’il s’agisse de Novaïa Gazeta pour Felgenghauer ou de Ejednevni journal refondé sur internet par Golts. Face à eux, la plupart des autres journalistes militaires ont fortement critiqué la politique de Serdioukov. Viktor Baranets écrit un livre qui s’intitule Comment nous avons renvoyé le ministre Serdioukov79. Un jeune journaliste de Kommersant interrogé critique également fortement Serdioukov : son journal fera paraître 67 articles sur le sujet pour dénoncer la corruption du ministre.

58Dans ce cas, c’est sans doute la proximité au monde social de l’armée qui joue un grand rôle pour comprendre le rapport à la politique de réforme de l’armée. Cette proximité aux sources militaires est parfois rendue d’autant plus importante que l’on est dans ce journalisme militaire en présence de nombreux héritiers. Ainsi, le fils de Viktor Litovkine est aussi devenu journaliste militaire; le père d'Ivan Safronov de Kommersant travaillait également en tant que journaliste pour Kommersant. On peut émettre l’hypothèse que ce type de dynastie renforce aussi une forte proximité entre ces journalistes et une identification à la défense d’un certain type d’armée. Ceci dit, il faudrait multiplier encore davantage les analyses sur cette affaire pour voir si les prises de position recoupent à ce point des positions sociales. Cette proximité aux sources est également renforcée par la création d’une accréditation des journalistes militaires au sein d’un pool spécial suivant le ministre. Or, ce pool, s’il peut servir à renforcer les liens entre spécialistes n’en traduit pas moins également une forte emprise du politique puisque certains journalistes racontent en entretien comment ils ont pu être momentanément et en fonction de leurs articles « sortis du pool » sur simple décision du ministre.

59Sur un plan plus directement politique l’affaire donne à voir une ligne de fractures entre les journalistes qui réunit d’un côté des anciens communistes sous l’URSS et des personnes soutenant Poutine et de l’autre côté des personnalités plus proche de l’opposition. Plus que des oppositions politiques assez classiques opposant les pro et les anti Poutine, le cas de l’armée et des journalistes spécialisés révèle d’autres principes de division du débat public.

  • 80 On peut penser plus récemment à des passes d’armes entre Venediktov, le directeur de la station Ech (...)

60On retrouve davantage un antagonisme entre la défense d’un modèle civil/compression des coûts et d’un modèle plus favorable aux militaires. Pour schématiser ce que l’affaire Serdioukov donne à voir est une opposition entre les défenseurs de deux visions de l’armée : d’une part une armée de métier, professionnalisée, contractualisée et qui recevrait un budget assez modeste de l’Etat. De l’autre, il s’agit plus d’une défense du corps des militaires et notamment des fractions les plus gradées particulièrement visée par la réforme de Serdioukov. Cette partie s’oppose à une vision gestionnaire des dépenses militaires et considère que l’armée doit continuer d’être un attribut de la puissance de l’Etat. Ce type de divisions au sein de l’espace journalistique s’exprime au travers de controverses récurrentes dont l’affaire Serdioukov n’est qu’un exemple80.

Conclusion

61Si la spécialisation de journaliste militaire s’est beaucoup reconfigurée dans les dernières années avec l’arrivée de nouveaux spécialistes au profil plus généralistes, elle ne s’est pas pour autant fortement unifiée sur un plan doctrinal. En dépit de l’ensemble des dispositifs de contrôle communicationnels mis en place par l’armée (pool, nouvelle chaîne de télévision…), les journalistes spécialisés ne se réduisent pas à un seul type de prise de position.

62Ce qui frappe dans l’affaire Serdioukov tient bien, au contraire, à la pluralité des discours qui s’y expriment. Certes les forces en présence ne sont pas égales en ce sens que le camp des journalistes favorables aux réformes de l’ancien ministre demeure très limité à quelques spécialistes militaires engagés dans l’opposition face à Poutine. Face à ce camp faiblement représenté, on retrouve des journalistes davantage intégrés à l’armée ou plus largement au complexe militaro-industriel qui se caractérisent par l’exercice d’un véritable journalisme d’institution impliquant une défense du corps des militaires et d’une certaine vision patriotique de l’armée. Ce qui est d’autant plus étonnant ici est que ces journalistes peuvent concilier dans leur traitement médiatique de l’affaire le respect des intérêts du pouvoir politique, des militaires les plus gradés et les techniques du journalisme d’investigation. Le journalisme militaire se voit donc de plus en plus tiraillé entre deux pôles qui recoupent deux conceptions différentes de l’armée. En effet c’est toute l’organisation de l’armée et son évolution vers un cadre professionnel qui demeure un objet récurrent de débat dans les médias russes. Le journalisme militaire ne saurait donc être réduit à une conception des médias comme simple caisse de résonance de la propagande de l’Armée car il constitue davantage un espace public qui donne à voir une pluralité de points de vue.

Top of page

Notes

1 Entretien avec Ivan Ivanov, journaliste spécialisé dans les affaires militaires à Kommersant, Moscou, le 3 novembre 2013.

2 Voir M. Jégo,« Vladimir Poutine limoge son ministre de la Défense », Le Monde, 6 novembre 2012.

3 M. Rachinskaya, Une élite sans prestige, la formation militaire en Russie, mémoire CUF (dir. J.-M. Morin), Moscou, 2011. pp. 23-33.

4 Anatoli Serdioukov est le gendre de l’ancien premier Ministre Viktor Zoubkov.

5 L’auteur tient à remercier Carole Sigman pour sa relecture ainsi que tous les membres de l’atelier du CEFR de Moscou pour la discussion de cet article au sein de ce séminaire.

6 Sur le flou des catégories, voir L. Boltanski, Les cadres, la formation d’un groupe social, Paris, Minuit 1982.

7 Voir par exemple l’état de l’art que dresse F. Daucé dans son livre L’Etat, l’armée et le citoyen en Russie Post-soviétique, Paris, L’Harmattan, 2001, p. 13-25. Voir aussi sur la période précédente J. Sapir, Le système militaire soviétique, Paris, La Découverte, 1988.

8 J.K. Downing, “Trouble in the backyard : Soviet media reporting on the Afghanistan conflict”, Journal of communication, vol. 38, # 2, juin 1988, pp. 5-32.

9 Voir E. Koltsova, « Change in the coverage of the Chechen wars : reasons and consequences », The Public, vol. 7, # 3, 2000, pp. 39-54, http://javnost-thepublic.org/article/pdf/2000/3/3/. Sur la mise en place d’un dispositif de gestion de crise, voir E. Sieca-Kozlowski, « Du contrôle de l’information militaire au contrôle de la société : les enjeux politiques des transformations des médias militaires » in A. Le Huerou, E. Sieca-Kozlowski, Culture militaire et patriotisme dans la Russie d’aujourd’hui, Paris, Khartala, 2008, pp. 97-123.

10 Sur la manière dont les médias ont pu se rallier à l’armée dans divers autres conflits, on peut lire J.-M. Charon et A. Mercier, Armes de communication massive. information de guerre en Irak : 1991-2003, Paris, CNRS Editions, 2004. Voir aussi sur la question du « ralliement », l’essai de S. Halimi, Les nouveaux chiens de garde, Paris, Liber, 2005 (édition actualisée) ou celui de S. Halimi et D. Vidal, L’opinion, ça se travaille. Les médias et ‘Les guerres justes’ : Kosovo, Afghanistan, Irak, Marseille, Agone, 2006 (5ème edition).

11 G. Arboit et M. Mathien, La guerre en Irak. Les médias et les conflits armés, Bruxelles, Bruylant, 2006.

12 A. Mercier, « Médias et violence durant la guerre du Golfe », Cultures et conflits, # 9-10, 1993, pp. 377-388.

13 F. Robinet, « Journalistes, responsables politiques et militaires français en Afrique : une information en co-production (1994-2008) ? », in F. Valloton, Ch. Delporte (dir.), Journalisme et relations internationales, Relations internationales, PUF, 2013. pp. 95-106.

14 E. Gatien, «’Un peu comme la pluie’. La co-production relative de la valeur d'information en temps de guerre». Réseaux, vol. 27, # 157-158, décembre 2009, pp. 61-88.

15 E. Gatien, ibid., p. 84.

16 J. G. Padioleau, « Systèmes d’interaction et rhétoriques journalistiques », Sociologie du travail, vol. 18, # 3, pp. 256-282.

17 Elle s’intègre dans une enquête plus vaste que nous menons en collaboration avec Françoise Daucé sur le cas du journalisme politique en Russie.

18 A l’heure où nous écrivons ces lignes, il est tôt pour se prononcer sur le conflit actuel avec l’Ukraine dans le Donetsk et savoir s’il est appelé à durer. La plus grande partie de notre enquête s’est par ailleurs déroulée avant le déclenchement de ce conflit.

19 Sur cette tendance vers un journalisme assis en France, voir D. Ruellan et D. Marchetti, Devenir journaliste. Sociologie de l’entrée du marché du travail, Paris, DDM, 2001.

20 M. Rachinskaya, op. cit., pp. 36-41. Dans son travail, cette chercheuse montre le fort endorecrutement que l’on peut retrouver d’ailleurs dans d’autres armées comme dans le cas des officiers français étudiés par Michel Martin à la fin des années 1970.

21 Sur ce type de questionnement dans le cas de l’armée française, voir C. Oger, « De l’esprit de corps au corps du texte : cohésion militaire et dissolution journalistique », Langages et société, 2000, # 4, pp. 9-43.

22 Sur la définition du journalisme d’institution, voir I. Chupin et P. Mayance, « Derrière le formel, la communauté. Le cas de la presse professionnelle agricole  » in J.-B. Legavre (dir.), L’informel pour informer, Paris, L’Harmattan, 2014, pp. 185-202.

23 Sur ces transformations de l’armée et ces divers scandales, voir E. Sieca-Kozlowski, « L’armée russe : stratégie de survie et modalités d’action individuelle et collective en situation de chaos », Cultures et conflits, # 24-25, 1997, pp. 97-133. Voir aussi E. Bertrand, « L’armée russe et les jeunes. La matrice d’un rapport à l’Etat », Revue internationale et stratégique, 2007, 4, # 68, pp. 101-109.

24 Notons qu’en Russie, de manière générale, la distinction communication et journalisme semble encore moins enracinée qu’en France et favorise donc des passages fréquents d’un monde à l’autre.

25 S. Manfred, « Povsednevnost' voinstvennosti v Rossii: Nasledie militarizovonnogo sotsializma ? (« Le quotidien de bellicisme en Russie : l’héritage du socialisme militarisé ? ») The Journal of Power Institutions in Post-Soviet Societies, # 3, 2005. Disponible sur : http://pipss.revues.org/index381.html.

26 R. Reese, Red commanders : A Social History of the Soviet Officers Corps, 1918-1991, Kansas, University Press of Kansas, 2005.

27 A titre d’exemple, on peut penser à l’encadrement des loisirs par les clubs de l’armée ou celui des services secrets ou de manière plus anecdotique à l’apprentissage du lancer de grenade dans les écoles.

28 Entretien avec Viktor Baranets, journaliste militaire à Komsomolskaia Pravda, Moscou, le 13 décembre 2013.

29 Source: entretien avec Alexandre Golts, ancien journaliste de Krasnaia Zvezda et l’un de ces civils, Moscou, 18 novembre 2013.

30 Entretien avec Alexandre Golts, Moscou, le 18 novembre 2013.

31 En russe l’appellation exacte est la Haute école de guerre-politique de Lvov (Lvovskoe vysshee voenno-politicheskoe uchilishche LVVPU).

32 Source : entretien avec un ancien journaliste passé par cette école, le 14 avril 2014.

33 Voir L. Pinto, « L’armée, le contingent et les classes sociales », Actes de la recherche en sciences sociales, 1975, vol. 1, # 1.3, pp. 18-40.

34 Eva Bertrand, op.cit., p. 101.

35 Entretien avec un ancien journaliste de Krasnaia Zvezda, le 14 avril 2014.

36 Entretien avec Viktor Litovkin, journaliste à Nezavissimoe Voennoe Obozrenie, Moscou, le 6 novembre 2013.

37 A l’époque de Napoléon, les censeurs devaient être payés par les journaux. Voir G. Feyel, La presse en France : des origines à 1944, Paris, Ellipses, 1999.

38 Entretien avec Alexandre Golts, Moscou, le 18 novembre 2013.

39 R. Reese, Red commanders : A Social History of the Soviet Officers Corps, 1918-1991, Kansas, University Press of Kansas, 2005

40 E. Sieca-Kozlowski, « L’armée russe : stratégie de survie et modalités d’action individuelle et collective en situation de chaos », op. cit., pp. 97-133 et notamment le passage consacré à la « clochardisation de l’armée » et aux amputations budgétaires.

41 Entretien avec Alexandre Golts, Moscou, le 18 novembre 2013.

42 Voir l’équipe fondatrice de la radio Echo de Moscou incluant Serguei Korzun et Sergeui Buntman ayant tout deux travaillés en lien avec la lecture de la presse étrangère et le traitement de l’information internationale dans une radio à l’époque soviétique. Source : entretien avec Serguei Korzun, Moscou, le 16 novembre 2012. Sur le cas de la télévision, voir F. Daucé, « Les journalistes soviétiques durant la glasnost à travers l’exemple des animateurs de l’émission Vzgliad», Revue russe, # 38, 2012, pp. 69-82.

43 Entretien avec Viktor Baranets, Moscou, le 13 décembre 2013.

44 Il s’agit d’une décision du Comité central du Parti communiste. Ainsi par exemple, A Izvestiia sont envoyés deux officiers, à Sovetskaia Rossiia, 2 officiers, à Trud et à Komsomolskaia Pravda. Pour une liste complète, voir Iu. Zheglova, in M. Pogoreli et I. Safranchuk, Sovremenaia rossiiskaia voennaia zhurnalistika, Moscou, Gandalf, 2002, p. 26.

45 Entretien avec Viktor Baranets, le 13 décembre 2013,

46 Entretien avec Viktor Litovkin, le 6 novembre 2013.

47 E. Sieca-Kozlowski, op .cit., et le passage « Entrer en politique ». Voir aussi Françoise Daucé, op.cit., p. 38 et suivantes.

48 Sur ce point voir F. Daucé, « L’armée dans l’histoire de l’Etat russe contemporain », Hérodote, 2002/1, # 104, pp. 119-143 et notamment pp. 122-125.

49 F. Daucé, ibid., p. 125.

50 Pour une critique de la « transitologie », voir M. Dobry, Sociologie des crises politiques, Paris, Presses de la FNSP, 1986.

51 Voir B. Gaiti, « Les incertitudes des origines. Mai 1958 et la Cinquième République », Politix, vol. 12, # 47, 1999, pp. 27-62.

52 Ce journaliste et également militaire, ancien de Lvov dénonce en 1993à la suite d’enquête le rejet de déchets nucléaires et de munitions par la marine russe en mer du Japon.

53 Pour une description précise et chiffrée de ces évolutions, voir E. Sieca-Kozlowski, « Du contrôle de l’information militaire au contrôle de la société : les enjeux politiques des transformations des médias militaires », op. cit., pp. 97-123.

54 F. Daucé, op.cit., p. 129.

55 L. Mandeville, L’armée russe : la puissance en haillons, Paris, Numéro 1, 1994.

56 Sur cette « clochardisation » de l’armée, voir E. Sieca-Kozlowski, op. cit.

57 Source : Article de Marie Jego, cité par E. Bertrand, op. cit., p. 106.

58 F. Daucé, op. cit., p. 130

59 La définition est de E. Sieca-Koslowski. Elle rappelle qu’entre 1985 et 1990, 6.000 à 10.000 morts au sein de l’armée dans des « circonstances suspectes », ont été attribuées à la dedovchtchina.

60 A. Colin Lebedev, Le cœur politique des mères. Analyse du mouvement des mères de soldats en Russie, Paris, Editions de l’EHESS, 2013. Voir également V. Melnikova et A. Colin Lebedev, Les petits soldats : le combat des mères russes, Paris, Bayard, 2001.

61 E. Bertrand, op. cit., p. 104.

62 E. Kolstova, op. cit.

63 Floriana Fossato décrit la reprise en main de Poutine sur les médias car il aurait été exaspéré par ORT et Boris Berezovski. Voir F. Fossato, « La télévision, média du pouvoir », Pouvoirs, # 112, janvier 2005, pp. 46-61.

64 On retrouve ce souci de professionnalisation de la communication en France avec le passage du SIRPA à la DICOD au sein du ministère de la Défense. Voir, C. Olivier-Yaniv, « Quels ‘professionnels’ de la communication et des relations avec les médias à la Défense, Carrière militaire et communication », Langages et société, 2000/4, # 94, pp. 75-96.

65 http://tvzvezda.ru/about/

66 « I nie nado govorit o tuposti voennikh », Interview de Sergei Savushkin, Novaia Gazeta, 7 avril 2005.

67 Th. Gordadzé, « Le tournant géostratégique de Poutine et l’armée russe », Critique internationale, # 17, octobre 2002, p. 29. Voir également le livre collectif dirigé par A. Le Huerou et E. Sieca-Kozlowski, Culture militaire et patriotisme dans la Russie d’aujourd’hui, Paris, Karthala, 2008 et notamment la contribution de Manfred Sapper.

68 On pense ici à des programmes comme « Education patriotique des citoyens de la Fédération de la Russie pour les années 2001–2005 et 2006–2010 » ainsi que ceux consacrés à « L'éducation patriotique des citoyens de la Russie en 2011–2015 » et à « La conception de l'éducation patriotique des citoyens de la Fédération de la Russie».

69 Brochure de L'institut national du développement de l'idéologie moderne « Le patriotisme russe et l'éducation patriotique des jeunes», Moscou, 2010, p. 4.

70 Voir F. Daucé, M. Desert, M. Laruelle, A. Le Huerou, K. Rousselet, « Les usages pratiques du patriotisme en Russie », Questions de Recherche, # 32, Centre d’études et de recherches internationales Sciences Po, juin 2010, http://spire.sciencespo.fr/hdl:/2441/53r60a8s3kup1vc9k0ac975io/resources/qdr32.pdf.

71 E. Bertrand, op. cit., p. 109.

72 Source : entretien avec Maksim Dodonov, journaliste à Zvezda, le 22 mars 2014.

73 Entretien avec Nikita Korzun, journaliste sur le canal télévisé Zvezda, Moscou, le 11 novembre 2013.

74 Entretien avec Maksim Dodonov, journaliste à Zvezda, le 22 mars 2014.

75 Voir le numéro consacré au « journalisme à l’économie » dans Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 131-132, mars 2000, http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/issue/arss_0335-5322_2000_num_131_1.

76 Entretiens avec Nikita Korzun et avec Fiodor Ivanitsa, tous deux journalistes sur le canal télévisé Zvezda, les 11 et 12 novembre 2013.

77 Entretien avec un journaliste de Zvezda.

78 Sur les stratégies d’exit de l’armée, voir Daucé et Bertrand.

79 V. Baranets & M. Timoshenko, Armiia Rossii. Zashchitnitsa ili zhertva? Kak my snimali Serdiukova, Knizhnyi Mir, 2013, see D. Gorenburg's book review in this issue at http://pipss.revues.org/4102.

80 On peut penser plus récemment à des passes d’armes entre Venediktov, le directeur de la station Echo de Moscou et Viktor Baranets, journaliste de Komsomolskaia Pravda qui porte sur des conceptions différentes du rôle que doit avoir une armée au sein de l’Etat russe.

Top of page

References

Electronic reference

Ivan Chupin, « Le journalisme militaire en Russie : les tiraillements d’un journalisme d’institution  », The Journal of Power Institutions in Post-Soviet Societies [Online], Issue 16 | 2014, Online since 05 December 2014, connection on 26 March 2017. URL : http://pipss.revues.org/4100

Top of page

About the author

Ivan Chupin

CERAPS, Lille

Top of page

Copyright

CC BY-NC-ND 2.0

Top of page