Navigation – Plan du site
Police Brutality & Police Reform in Russia and the CIS - Book Reviews (5)

Brian Taylor, State Building in Putin’s Russia. Policing and Coercion after Communism

New York: Cambridge University Press, 2011, 373 pages
Gilles Favarel-Garrigues
Référence(s) :

Brian Taylor, State Building in Putin’s Russia. Policing and Coercion after Communism, New York: Cambridge University Press, 2011, 373 pages

Entrées d’index

Pays :

Russia

Champs de recherche :

Political Science
Haut de page

Texte intégral

1Brian Taylor propose dans cet ouvrage une réflexion sur la construction de l’État en Russie depuis l’arrivée de Poutine au pouvoir, en analysant la transformation des ministères de force, notamment des services répressifs. Inspiré par une lecture wéberienne de l’État, il constate que peu d’ouvrages sur la Russie post-communiste abordent la question de la place de la violence dans la formation de l’État russe. Prenant note du projet poutinien de « construire un État » par le haut, Brian Taylor cherche à apprécier le succès de cette entreprise au terme de ses deux premiers mandats présidentiels. Pour réaliser cet exercice d’évaluation et dans un souci de comparatisme, Brian Taylor propose des indicateurs inspirés par une taxinomie des types d’État en fonction de leur capacité d’une part, de leur qualité d’autre part.

2La « state capacity » est définie comme « la capacité de l’État à assurer une mise en œuvre fiable de ses décisions par son personnel ». La « state quality » varie quant à elle selon « l’impartialité et l’éthos de service public » qui caractérisent ses décisions, impliquant professionnalisme et responsabilité. Les indicateurs utilisés pour apprécier ces deux variables sont les suivants : « stabilité politique et absence de violence », « efficacité du gouvernement », « liberté d’’expression et statut de la responsabilité », « état de droit » et « contrôle de la corruption ». À partir de cette grille de lecture, Brian Taylor examine la politique menée vis-à-vis des services répressifs. Il conclut qu’avec Poutine les réalisations en termes de « capacité de l’État » ont prédominé, mais qu’elles ont d’une part atteint des résultats modestes, d’autre part marginalisé toute préoccupation visant à renforcer la « qualité » de l’État.

3Trois facteurs expliquent cet échec. Le premier est lié à la prédominance du patrimonialisme dans les pratiques bureaucratiques, éloignant le contexte russe du type légal-rationnel proposé par Weber. Le deuxième concerne une stratégie défaillante de surveillance de l’administration, exclusivement basée sur les inspections internes et non sur un contrôle exercé par des instances extérieures aux services de l’État. Le dernier facteur est l’échec à attribuer aux agences et agents de l’État une nouvelle définition de leur mission : les logiques de prédation et de répression continuent de prévaloir sur celle de la protection des citoyens.

4Nourri par la littérature disponible, la presse et un certain nombre d’entretiens (dont on aurait aimé mieux connaître l’apport par rapport aux autres sources), l’ouvrage est construit avec une grande clarté. Après la réflexion théorique, un chapitre décrit l’ensemble des services répressifs russes, en montrant notamment comment le FSB a étendu ses compétences au cours des années 2000 et en interrogeant la notion de « structures de force ». Fréquemment employée, cette expression reflète généralement le postulat selon lequel les intérêts des acteurs relevant de ces structures sont homogènes. Selon Brian Taylor ces acteurs sont avant tout des corporate actors, mus par le sentiment de supériorité qu’ils accordent à leur institution d’appartenance par rapport aux autres, en particulier dans le cas du FSB.

5Les chapitres suivants s’emploient à évaluer la performance de l’État russe. Deux chapitres (3 et 4) interrogent la capacité de l’État en montrant que dans les années 2000 un certain nombre de menaces ont prospéré sur le sol russe, en dépit des annonces gouvernementales. La violence criminelle, que reflète une analyse fine de l’évolution des meurtres en Russie, illustre ce constat. Brian Taylor décrit un système judiciaire qui est aussi inefficace dans la vie quotidienne que performant dès lors que les faits jugés touchent les intérêts de l’État et de ceux qui le dirigent. Il considère en outre que la volonté de Poutine d’imposer la « verticale du pouvoir » dans les structures de force a été relativement bien mise en œuvre, mais au service d’une surveillance sélective des menaces jugées prioritaires. Consacrés à la « qualité de l’État », les deux chapitres suivants portent sur l’activité des services répressifs. D’une part, les agents de services répressifs travaillent selon une logique prédatrice, mettant à profit leurs compétences professionnelles de manière opportuniste. La question de la corruption des services répressifs fait l’objet d’un développement qui manque parfois de perspective historique mais qui décrit une affaire emblématique – Tri Kita – mettant en cause plusieurs des institutions concernées : MVD, FSB, Prokouratoura, douanes. D’autre part, l’activité répressive ne fait l’objet d’aucun contrôle externe : les défaillances des agents sont exclusivement réglées au sein des institutions concernées. L’ouvrage couvrant la période 2000-2008, il ne peut analyser le rapide développement des mobilisations contre la corruption policière qui est observé depuis la fin des années 2000. Un dernier chapitre souligne enfin la difficulté pour le gouvernement russe de restaurer l’ordre dans le Nord-Caucase, en dépit ici encore d’annonces répétées.

6À partir de sources principalement secondaires et au terme d’une démarche témoignant d’une remarquable clarté et d’une grande honnêteté intellectuelle, Brian Taylor parvient à répondre au défi qu’il s’est lancé. Il montre aussi bien le caractère illusoire du processus de construction de l’État engagé par Vladimir Poutine que ses effets dévastateurs sur les pratiques ordinaires des services répressifs. L’objectif de comparer une performance étatique peut être critiqué, mais l’intérêt de l’ouvrage réside avant tout dans sa capacité à synthétiser les informations disponibles sur l’ensemble du dispositif répressif russe dans les années 2000. Il nourrit ainsi la réflexion sur des questions importantes concernant la compréhension du gouvernement poutinien : comment se fait-il que le champion de la restauration de l’ordre n’arrive pas à contrôler l’administration dont il est lui-même issu ? Quel crédit accorder aux efforts déployés pour construire une « verticale du pouvoir » en Russie ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Favarel-Garrigues, « Brian Taylor, State Building in Putin’s Russia. Policing and Coercion after Communism », The Journal of Power Institutions in Post-Soviet Societies [En ligne], Issue 13 | 2012, mis en ligne le 24 novembre 2012, consulté le 30 septembre 2014. URL : http://pipss.revues.org/3955

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 2.0

Haut de page