Navigation – Plan du site

Notes de la rédaction

Pipss.org tient à remercier chaleureusement les correcteurs anglophones bénévoles qui sont intervenus sur ce numéro : Frank Day, Marlene Elwell, Kevin Roberts et Dave Westerberg.

Notes de l’auteur

Je tiens à remercier Myriam Désert et Juliette Denis pour leur relecture et leurs conseils.

Texte intégral

  • 1 H. Rousso, Le Syndrome de Vichy, 1944-198-, Paris, Le Seuil, 1987 ; É. Conan, H. Rousso, Vichy, un (...)
  • 2 Voir dans le présent numéro la recension par Nathalie Moine de Pamiat’ o voine. 60 let spustia. Ros (...)
  • 3 H. Rousso, D. Dilks, P. Romijn (dir.), The Second World War in XXth Century History, numéro spécial (...)
  • 4 Sur ce point et l’état des recherches sur les aspects les plus délicats de la Seconde Guerre mondia (...)

1Depuis une trentaine d’années, les historiens occidentaux se sont penchés sur la mémoire de la Seconde Guerre mondiale et ses implications sur les sociétés actuelles, et ce thème s’est élevé au statut de champ de recherches à part entière1. L’intérêt s’est récemment porté sur les ex-territoires soviétiques, en suivant trois approches : l’étude spécifique de la mémoire du second conflit mondial2, la réflexion plus large sur l’impact de la période soviétique, et en particulier du stalinisme, sur les sociétés post-soviétiques, et enfin une approche plus globale sur la “mémoire européenne’’ du conflit3. À l’origine de cet intérêt, il convient de citer avant tout les possibilités nouvelles offertes par l’ouverture des archives au début des années 19904. Mais un autre facteur important tient à la volonté d’enquêter sur des mémoires très différentes des cas occidentaux, voire parfois antagonistes : ainsi, dans les pays baltes et en Ukraine, l’application du terme de « Libération » à l’expulsion de la Wehrmacht par les troupes soviétiques soulève un certain nombre de débats.

  • 5 A. Portnov, « Mémoire et mémoriaux de la “Grande Guerre pour la patrie’’ en Belarus, Moldova et Ukr (...)
  • 6 Les ordres émanant du Politburo ne furent cependant pas révélés immédiatement. Sur l’historiographi (...)
  • 7 M. Désert, « La société russe, vingt ans après... », Questions internationales, # 52, novembre-déce (...)
  • 8 Portnov, art. cit., p. 188.
  • 9 Portnov, art. cit., p. 188-89.
  • 10 L. Tumarkin, « The Great Patriotic War as myth and memory », European Review, vol. 11, # 4, 2003, p (...)

2Certes, les spécialistes ont souligné que l’historiographie soviétique avait enfermé l’étude de la Seconde Guerre mondiale dans les cadres rigides du récit héroïque de la « Grande Guerre Patriotique » du « peuple soviétique » (dont les dates, rappelons-le, diffèrent significativement de celles du reste de l’Europe : 22 juin 1941 - 9 mai 1945). Ce cadre ne laissait guère de place aux mémoires locales ou particulières de la guerre, telles que celles des républiques annexées en 1939-1940, celles des principales victimes des pratiques génocidaires nazies (Juifs et Tsiganes), ou encore celles des groupes stigmatisés comme collectivement traîtres par le régime stalinien (peuples punis). Le récit officiel servait aussi à passer sous silence les crimes commis par l’Armée rouge en Europe occupée après 19445. Durant les années de perestroïka, ce discours figé subit une première révision d’importance. Les autorités soviétiques reconnurent d’une part l’ampleur des pertes humaines enregistrées pendant la guerre, et de l’autre certains faits qui se trouvaient à la source de vifs contentieux entre Moscou et son voisin polonais : les clauses secrètes du pacte Molotov-Ribbentrop et la responsabilité soviétique dans le massacre de Katyn6. Ce faisant, Moscou rompait non seulement avec la chronologie soviétique du conflit, mais aussi avec une série d’éléments structurants du récit triomphal. C’est néanmoins l’effondrement de l’URSS en 1991 qui entraîna la nécessité pour les nouveaux pays indépendants – y compris la Russie, en proie à un « malaise identitaire » et en quête de nouveaux modèles d’identification7 – d’élaborer « une nouvelle vision de l’histoire permettant de légitimer l’organisation politique post-soviétique »8. La révision de l’histoire et de la mémoire du second conflit mondial participait ainsi d’un grand travail de remise en cause de l’histoire telle qu’elle avait été écrite à l’époque soviétique. Ainsi, dès le début des années 1990 apparurent en Biélorussie des manuels scolaires refusant les termes consacrés de « Grande Guerre Patriotique » et de « peuple soviétique », et évoquant les erreurs de la direction du Kremlin et les brutalités commises par les partisans9. Dans les républiques baltes, la Seconde Guerre mondiale perdit la place centrale qu'elle occupait dans le discours historique officiel au profit d'une dénonciation de la soviétisation débutée à la veille de l’agression nazie et achevée dans les années d’après-guerre. En Russie même, des voix s’élevèrent pour lever le voile sur les aspects les plus sombres du conflit : le prix de la victoire, les méthodes utilisées par la direction stalinienne pour forcer l’héroïsme, les répressions conduites durant les années de conflit...10

  • 11 Décret présidentiel du 5 août 2000, disponible sur le site du « comité Victoire - 60 » : http://www (...)
  • 12 Ibid., p. 609.
  • 13  Ils sont assez clairement résumés dans un article paru dans Libération le jour-même : http://www.l (...)
  • 14  I. de Keghel, « Na puti k “predskazuemomu’’ proshlomu? Kommentarii k sozdaniiu kommissii po protiv (...)
  • 15 T. Sherlock, « Unhealed Wounds: the Struggle over the Memory of World War II », Ab imperio, # 3, 20 (...)
  • 16 Keghel, art. cit., p. 366-369, 371.

3Néanmoins, malgré le caractère éclaté et conflictuel des mémoires actuelles de la Grande Guerre patriotique, la victoire demeure le symbole d’identification le plus fort dans la Russie d’aujourd’hui, comme l’attestent les sondages les plus récents et la place de l’événement dans les productions scientifiques, artistiques ou commerciales. Pour sa part, l’élite au pouvoir a, de façon croissante au cours de la dernière décennie, tâché de mettre la victoire de 1945 au service d’un discours de puissance et d’orgueil national. À cette fin, on plaça une emphase particulière sur les commémorations officielles du 9 mai et on chercha de nouveau à gommer les aspects les plus noirs de la politique du Kremlin pendant la guerre, au mépris des avancées majeures accomplies par l’historiographie depuis vingt ans. En 2000, à peine élu, le président Poutine créait le « comité Victoire », destiné à « préparer et mettre en œuvre les mesures concernant les commémorations de l’histoire militaire de la Russie »11 ; au vrai, il s’agissait surtout de la « Grande Guerre patriotique », évoquée de manière récurrente dans le texte. En juin 2003, une cérémonie de commémoration fut organisée au Parc de la Victoire (Moscou), qui venait de voir inaugurer sa station de métro, en souvenir de l’invasion du 22 juin 1941. L'organisation de l'événement évoquait fortement les célébrations soviétiques, l’orchestration musicale reprit des chants et poèmes patriotiques des années de guerre et les discours tissèrent un lien explicite entre le manque de préparation de l’URSS en 1941 et la nécessité actuelle d’entretenir une armée puissante et vigilante12. Cette même année, un manuel d’histoire accusé de minimiser le rôle de l’URSS dans la victoire sur le nazisme fut retiré de la vente et en 2007, un nouveau manuel scolaire « politiquement correct » fut publié. Les 60 ans de la victoire, en 2005, furent l’occasion d’une célébration monumentale et d’un immense défilé sur la Place Rouge, en présence d’une cinquantaine de chefs d’État étrangers. Les enjeux intérieurs et extérieurs de l’opération étaient manifestes13. Une nouvelle étape fut franchie en 2009 avec la signature en mai du décret présidentiel créant une “ Commission de lutte contre les tentatives de falsification de l’histoire au détriment des intérêts de la Russie ” et avec la critique par le président Medvedev de la politique historique du voisin ukrainien, en septembre14. Les enjeux internationaux actuels, notamment les relations avec les anciennes républiques occidentales de l’URSS et, au-delà, la réactualisation de l’idée d’une hostilité de l’Occident vis-à-vis de la Russie, complètent, voire interagissent avec les questions de politique intérieure dans la “ reprise en main ” de l’histoire de la guerre15. Ainsi, la commission, dans laquelle les historiens ne possèdent qu’une place marginale, a surtout pour fonction de protéger une certaine mémoire de la Seconde Guerre mondiale, essentiellement contre des influences venues des anciens pays satellites et républiques soviétiques désormais hostiles au Kremlin16. L’entreprise vise à prévenir les remises en cause de l’histoire glorieuse de l’URSS dans la guerre (susceptibles de porter préjudice au prestige international de la Russie). Elle tend aussi à entretenir une fierté patriotique, voire nationaliste, dans le but de restaurer un sentiment d’appartenance à une nation possédant un passé commun.

  • 17  En Ukraine fut formé à cette fin en 2007 un groupe de travail historien auprès des services de séc (...)
  • 18 Portnov, art. cit., p. 189-196. Jusqu’au milieu des années 2000, la Biélorussie de Loukachenko inca (...)
  • 19  Y compris dans l’opinion publique, si l’on en croit les sondages récents. Pour l’Ukraine, voir A. (...)
  • 20 Ibid., p. 90.
  • 21 Andrej Portnov parle à ce sujet de « lieux d’oubli » : « Historian Andriy Portnov on Sites of Forge (...)
  • 22  A. Portnov, « О trëkh pamiatnikakh zhertvam Kholokosta. Razmyshleniia k 9 maia », disponible à l’a (...)

4Les autres ex-républiques soviétiques qui subirent l’occupation nazie ont elles aussi créé des commissions ou instituts dévolus à la protection de l’histoire contre les “falsifications’’17. Dans certains cas, les commémorations de héros nationaux (glorifiés pour leur lutte contre le régime soviétique) ont inclus des collaborateurs notoires des occupants nazis. Parfois, une équivalence mémorielle est établie entre les victimes du génocide perpétré par l’Allemagne nazie et celles des répressions soviétiques (Ukraine, Lettonie). Cependant, là aussi, la mémoire glorieuse de la guerre dut finalement être réintégrée au récit national officiel, selon des modalités qui varient selon les républiques concernées : de la nationalisation agressive de cette mémoire à une sorte de resoviétisation, en passant par des formes plus mixtes de revisitation des références soviétiques18. Au cours des années 2000, la Seconde Guerre mondiale – voire son appellation soviétique de « Grande Guerre Patriotique » – est ainsi revenue au premier plan19. Mais dans tous les cas, un aspect majeur de la guerre, sur lequel les études ont énormément progressé depuis 1991, demeure l’objet d’un évitement soigneux par les autorités : celui de la Shoah, dont la mémoire est laissée à la discrétion des initiatives de la société20. Des « sites d’oubli » parsèment ainsi la carte des confins occidentaux annexés en 1939-4021. Selon Andrej Portnov, à Dniepropetrovsk, la mémoire de l’extermination de 16 à 17 000 Juifs de la ville n’a survécu qu’au sein de la communauté juive locale22.

5À la lumière tant des progrès historiographiques que de l’évolution des sociétés concernées notamment sous l’influence des politiques mémorielles, le présent numéro revient sur la question des enjeux de l’histoire et de la mémoire de la guerre, vingt ans après la chute de l’Union soviétique et soixante-dix ans après l’attaque nazie contre le pays. En se penchant davantage sur les réactions et les interprétations émanant de la société que sur le discours officiel, les articles et entretiens présentés ici soulignent le paradoxe d’un événement-rupture qui divise au moins autant qu’il fédère, dans la mesure où il mobilise le sentiment patriotique, le rapport au passé récent ou les identités nationales. L’originalité du numéro tient à son souci d’une diversité tant des supports de la mémoire (cinéma, internet, commémorations) que des approches : multinationale, historique, par groupes de population.

6Les deux premiers articles montrent qu’en dépit de la cristallisation d’un discours dominant et uniformisateur dans les années 1960, cette période fut aussi celle de l’émergence de mémoires alternatives ou plus ambiguës. À travers l’étude d’un film letton diffusé en 1967, Irina Tcherneva et Juliette Denis insistent sur l’importance cruciale des années 1960 dans la relecture de l’histoire du second conflit mondial en URSS. La déstalinisation et le retour des camps de nombreux Lettons condamnés pour collaboration suscitèrent de nouvelles questions auxquelles les professionnels comme les administrateurs du cinéma peinèrent à répondre. La réintégration d’expériences de guerre complexes dans la mémoire collective constitua un défi aussi bien politique que social (notamment générationnel). En dépit de divergences entre Moscou et les autorités de la république de Lettonie, le film parvint à proposer une approche neuve, bien plus individualisée, de l’expérience et de la mémoire de la guerre.

7La célébration controversée du « héros » tatar Moussa Djalil révèle quant à elle l’intrication de la mémoire de la guerre dans d’autres enjeux centraux pour la mémoire collective russe, au point parfois de reléguer les événements réels du conflit à l’arrière-plan. Or, dans ce cas étudié par Françoise Daucé, c’est précisément la diversité des mémoires attachées au personnage – bon père de famille, militant communiste, poète tatar, pont entre sentiment national et patriotisme soviétique – qui assure la solidité de la célébration dès les années 1950 et proscrit toute critique.

8Le texte d’Olga Kucherenko met en évidence le réinvestissement de la Seconde Guerre mondiale dans les récents efforts pour éduquer la jeunesse russe dans un esprit patriotique. L’analyse de trois fictions russes récentes à succès montre que l’importance référentielle de ce conflit traverse les générations et devient une “obsession nationale’’ au-delà de l’effondrement de l’URSS. Bien plus, elle suggère que l’idée de régénération morale de la nation – incarnée ici par sa jeunesse – passe par l’expérience formatrice, et violente, de la guerre.

9L’analyse conduite par Myriam Désert des réactions des internautes aux films consacrés au conflit confirme la division de la société russe sur la définition du patriotisme mais aussi, plus spécifiquement, sur l’histoire de la Seconde Guerre mondiale et la façon de la montrer à l’écran. Certains “patriotes’’ s’indignent de la disparition de la dimension glorieuse de la guerre ; d’autres internautes, au contraire, se réjouissent de retrouver la guerre dans sa vérité. L’auteur pointe cependant des points consensuels : un rejet assez fréquent du « patriotisme d’en haut », l’idée d’une nécessité de réaffirmer la place de la Russie dans l’histoire globale du conflit et de la fonction didactique et rassembleuse des films sur cette guerre.

10Les trois entretiens retranscrits se penchent sur les milieux historiens et les acteurs de la de transmission mémorielle, en insistant en particulier sur le cas des pays baltes. Olaf Mertelsmann présente un état des lieux de l’historiographie du conflit dans cette zone, ainsi que des enjeux politiques et sociaux actuels qui exercent une influence sur la mémoire de la guerre dans la société. Les directeurs de deux musées de Riga (le Musée de l’occupation et le Musée juif) retracent les ambitions et les origines de ces institutions, dont l’existence découle directement des événements et des conséquences de la Seconde Guerre mondiale. Alors même que les musées sont de création très récente, ils sont restés dépendants de l’état d’esprit qui régnait pendant les dernières années de l’URSS, mais aussi de contraintes financières et techniques et de compromis nationaux. Leurs projets de rénovation, toutefois, s’inscrivent dans la dynamique actuelle de renouveau mémoriel à l’Est. Enfin, Olesya Orlenko, membre fondateur de la fondation « Mémoire historique », expose les raisons civiques autant que scientifiques qui ont poussé un groupe de jeunes historiens à créer une association promouvant la recherche et la diffusion des connaissances sur le second conflit mondial.

Haut de page

Notes

1 H. Rousso, Le Syndrome de Vichy, 1944-198-, Paris, Le Seuil, 1987 ; É. Conan, H. Rousso, Vichy, un passé qui ne passe pas, Paris, Fayard, 1994 ; J. Winter, E. Sivan (Dir.), War and Remembrance, Cambridge, Cambridge University Press, 1999 ; P. Lagrou, Mémoires patriotiques et occupation nazie. Résistants, requis et déportés en Europe occidentale, 1945-1965, Bruxelles, Complexe, 2003 ; F. Cappelletto (dir.), Memory and World War II. An Ethnographic Approach, Oxford/New York, Berg, 2005 ; S. Suleiman, Crisis of Memory and the Second World War, Cambridge/London, Harvard University Press, 2006 ; R. N. Lebow,W. Kansteiner,C. Fogu (Eds.), The politics of memory in postwar Europe, Durham, Duke University Press, 2006 ; J. Foot, Italy’s Divided Memory, Palgrave Macmillan, 2009.

2 Voir dans le présent numéro la recension par Nathalie Moine de Pamiat’ o voine. 60 let spustia. Rossiia, Germaniia, Evropa, Moscou, Novoe Literaturnoe Obozrenie, 2005. Pour des travaux plus récents, voir : L. Gudkov, « “Pamiat’’’ o voine i massovaia identichnost rossiian », Neprikosnovennii Zapas, Vol. 2-3, # 40-41, 2005 ; A.Iu. Rozhkov, Vtoraia mirovaia voina v detskikh “ramkakh pamiati”: Sbornik nauchnykh statei, Krasnodar, Ekoinvest, 2010 ; S. Lovell, The Shadow of War. Russia and the USSR, 1941 to the Present, Oxford, Wiley-Blackwell, 2010.

3 H. Rousso, D. Dilks, P. Romijn (dir.), The Second World War in XXth Century History, numéro spécial du Bulletin du Comité international d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale, 19e Congrès international des sciences historiques, # 30/31, Oslo, août 2000 ; G. Mink et P. Bonnard (dir.), Le Passé au présent. Gisements mémoriels et actions historicisantes en Europe centrale et orientale, Paris, Michel Houdiard éditeur, 2010.

4 Sur ce point et l’état des recherches sur les aspects les plus délicats de la Seconde Guerre mondiale, voir les commentaires d’Olaf Mertelsmann et d’Olesya Orlenko dans le présent numéro.

5 A. Portnov, « Mémoire et mémoriaux de la “Grande Guerre pour la patrie’’ en Belarus, Moldova et Ukraine : quelques observations pour établir des comparaisons », dans G. Mink et P. Bonnard (Eds.), op. cit., p.187.

6 Les ordres émanant du Politburo ne furent cependant pas révélés immédiatement. Sur l’historiographie développée sur Katyn dans la seconde moitié du XXème siècle et sur le processus politique de transmission des archives concernées, voir R. Pihoia, A. Geishtor (Eds.), Katyn. Plenniki neob’iavlennoi voiny, Moscou, Mezhdunarodnii fond “Demokratiia’’, 1999, p. 37-40. Sur la révélation des clauses secrètes du pacte du 23 août 1939, voir l’introduction de Ministerstvo Inostrannykh Del SSSR, Polpredy soobchtchaiut...: Sbornik dokumentov ob otnosheniiakh SSSR s Latvei, Litvoi i Estoniei: Avgust 1939 g. - avgust 1940 g., Moscou, Mezhdunarodnye otnosheniia, 1990, p. 3-7.

7 M. Désert, « La société russe, vingt ans après... », Questions internationales, # 52, novembre-décembre 2011, p. 100.

8 Portnov, art. cit., p. 188.

9 Portnov, art. cit., p. 188-89.

10 L. Tumarkin, « The Great Patriotic War as myth and memory », European Review, vol. 11, # 4, 2003, p. 602-604.

11 Décret présidentiel du 5 août 2000, disponible sur le site du « comité Victoire - 60 » : http://www.pobeda-60.ru/main.php?trid=45. La composition des différents « groupes de travail » qui composent ce comité est révélatrice : http://www.pobeda-60.ru/main.php?trid=39. L’un d’eux s’appelle, de façon explicite, le « groupe de travail pour l’éducation militaro-patriotique de la jeunesse ».

12 Ibid., p. 609.

13  Ils sont assez clairement résumés dans un article paru dans Libération le jour-même : http://www.liberation.fr/evenement/0101528430-le-kremlin-en-maitre-de-ceremonie. Les images du défilé sont disponibles à l’adresse : http://www.youtube.com/watch?v=WPuQC47FrZE.

14  I. de Keghel, « Na puti k “predskazuemomu’’ proshlomu? Kommentarii k sozdaniiu kommissii po protivodejstviiu popytkam falsifikacii istorii v Rossii », Ab imperio, # 3, 2009, p. 372-373.

15 T. Sherlock, « Unhealed Wounds: the Struggle over the Memory of World War II », Ab imperio, # 3, 2009, p. 460. L’auteur souligne ainsi que les manuels d’histoire récemment approuvés par le Kremlin renouent dans une certaine mesure avec le discours de l’époque de la Guerre froide sur la duplicité des alliés anglais et américains durant le conflit : ibid., p. 462.

16 Keghel, art. cit., p. 366-369, 371.

17  En Ukraine fut formé à cette fin en 2007 un groupe de travail historien auprès des services de sécurité (I. de Kegel, art. cit, p. 375), tandis que dans les pays Baltes, on constitua des commissions présidentielles pour l’histoire (Lettonie, Estonie, 1998) ou « pour l’évaluation des crimes des régimes d’occupation nazi et soviétique en Lituanie » (1998) : E.-V. Onkel, « The Politics of Finding Historical Truth. Reviewing Baltic History Commissions and their Work », Journal of Baltic Studies, vol. 38, # 1, 2007, p. 109-116.

18 Portnov, art. cit., p. 189-196. Jusqu’au milieu des années 2000, la Biélorussie de Loukachenko incarna un exemple extrême de resoviétisation, avant d’adopter une terminologie et des concepts plus nationaux. Sur la célébration “à la soviétique’’ des 60 ans de la victoire en 2005, voir : http://president.gov.by/press10665.html.

19  Y compris dans l’opinion publique, si l’on en croit les sondages récents. Pour l’Ukraine, voir A. Portnov, « Ukrainskie obrazy Vtoroi mirovoi voiny », Vestnik obshestvennogo mnenia. Danny. Analiz. Diskussii, vol.108, # 2, avril-juin 2011, p. 6.

20 Ibid., p. 90.

21 Andrej Portnov parle à ce sujet de « lieux d’oubli » : « Historian Andriy Portnov on Sites of Forgetting in Lviv », 21 march 2011 (http://cambridgeculturalmemory.blogspot.com/2011/03/historian-andriy-portnov-on-sites-of.html). Voir aussi « Sites of Forgetting II » à : http://cambridgeculturalmemory.blogspot.com/2011/04/sites-of-forgetting-ii-by-andriy.html.

22  A. Portnov, « О trëkh pamiatnikakh zhertvam Kholokosta. Razmyshleniia k 9 maia », disponible à l’adresse : http://www.urokiistorii.ru/blogs/andrei-portnov/1547.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vanessa Voisin, « Introduction  », The Journal of Power Institutions in Post-Soviet Societies [En ligne], Issue 12 | 2011, mis en ligne le 02 juin 2011, consulté le 01 septembre 2014. URL : http://pipss.revues.org/3896

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 2.0

Haut de page