Navigation – Plan du site
Contemporary Uses of the Second World War in Russia and the Former Soviet Republics - Conversations

Entretiens avec les directeurs du Musée juif et du Musée de l'occupation de Riga, les 29 et 30 avril 2011, à Riga, Lettonie

Interviews with the Directors of the Jewish Museum and the Museum of the Occupation in Riga, Latvia, on April 29 & 30, 2010
Juliette Denis

Entrées d’index

Keywords :

World War II

Champs de recherche :

History
Haut de page

Texte intégral

1Depuis la perestroïka et encore plus depuis la chute de l’URSS, de nouvelles collections à vocation historique et mémorielle ont été compilées et ouvertes au public à Riga. Parmi les musées d’histoire de la capitale lettone, deux d'entre eux ont retenu notre attention : le « Musée de l'occupation »1 et le « Musée juif ». Le premier propose une approche de la Lettonie « occupée » à travers trois moments conformes aux injonctions de la nouvelle historiographie nationale : la « première occupation soviétique » du pacte germano-soviétique au 22 juin 1941, l'occupation allemande, et la « deuxième occupation soviétique » de la fin de la Seconde Guerre mondiale à la chute de l'URSS2. Le terme d’« occupation » est employé comme un concept générique et sentimental plutôt que comme une problématique historique. Il incarne 50 ans d’histoire d’une nation non indépendante et meurtrie, sans discuter les différences de nature et de durée entre les trois périodes. Le Musée juif retrace, à travers de modestes collections, quatre siècles de présence juive en Lettonie. Il accorde une place conséquente, mais non primordiale, à la Shoah. Les deux musées sont donc loin de se consacrer exclusivement à la Seconde Guerre mondiale. Pourtant, les événements et les conséquences de la guerre sont les raisons mêmes de leur existence. La création du Musée juif découle du souci d’honorer une culture anéantie en même temps que furent exterminés les Juifs lettons3. Quant au Musée de l'occupation, il s’est vu dès l’origine attribuer la mission de riposter à l’interprétation soviétique de la guerre et de la collaboration. Les circonstances de la Seconde Guerre mondiale et de sa mémoire constituent ainsi les justifications principales de la formation et de la vocation des musées.

  • 4 Il faut ici avouer que le russe et l’anglais sont des langues plus familières à l’intervieweur que (...)
  • 5 http://museum.gulagmemories.eu; Déportés en URSS, (à paraître), sous la direction de A. Blum, M. Cr (...)

2Les actuels directeurs poursuivent les ambitions déterminées par leurs prédécesseurs au début des années 1990. Ilya Lenski, diplômé d’histoire de 28 ans, dirige depuis trois ans le Musée juif depuis le départ de son fondateur, Maģers Vestermanis. Les membres de sa famille, des Juifs de Russie, se sont installés en Lettonie entre la fin du XIXe siècle et l’après Seconde Guerre mondiale. Russophone de naissance, et bilingue en letton, il s’est exprimé en russe durant l’entretien. Gundega Michele, professeur de chimie à la retraite, est directrice du Musée de l’occupation depuis 2002. Elle est issue de la ré-émigration lettone : elle a vécu plus de 50 ans en Australie et à Chicago avant de se réinstaller en Lettonie. Elle maîtrise également le letton, mais l’entretien a été conduit en anglais4. Malgré leurs profils singuliers, cette présentation cherche à mettre en perspective leurs discours, et à souligner les convergences et les écarts entre leurs approches. Un troisième entretien, avec Heinrichs Strods, sera également ponctuellement mobilisé : l’historien, âgé de plus de 80 ans, est responsable du département de recherches du Musée de l’occupation. Il représente une génération à la fois témoin des bouleversements depuis 1939 et acteur de la construction historiographique et mémorielle contemporaine. Réalisés en avril 2010, ces entretiens s’inscrivent dans la continuité du projet collectif soutenu par l’ANR « Archives sonores. Mémoires européennes du Goulag », dirigé par le CERCEC (CNRS/EHESS) en collaboration avec RFI. Le programme a permis de constituer un corpus de témoignages de victimes des déportations staliniennes, originaires des territoires d’Europe orientale et centrale5. L’analyse de la parole des témoins suscite un intérêt grandissant pour les « acteurs de la mémoire », et parmi eux, pour les associés des musées historiques. Les entretiens ici présentés et commentés constituent une ébauche d’analyse du discours des acteurs mémoriels. Je remercie chaleureusement Alain Blum et Marta Craveri qui ont promu la réalisation et la publication de ces entretiens, et Irina Tcherneva qui a retranscrit les entretiens en russe.

  • 6 Voir par exemple, C. Bayou, « Etats baltes-Russie. 1er mai 2004 – 9 mai 2005 : un authentique dialo (...)

3Les entretiens éclairent les évolutions parallèles des deux institutions. Encore fortement marqués par les contextes politiques de leur apparition, et très dépendants pour leur développement de conditions financières et techniques précaires, les musées affichent des lignes historiographiques et muséographiques vieillissantes. Les interviewés révèlent par ailleurs, en filigrane, un système de relations complexes entre les deux musées, et à travers elles, entre plusieurs approches de la Seconde Guerre mondiale en Lettonie. Certes, les débats et les études sur la mémoire de la guerre en Lettonie ont permis de dégager des configurations conflictuelles - entre la Lettonie et la Russie, ou entre les Lettons « nationaux » et la minorité russophone6. La présente étude de cas dessine plutôt des formes de compromis, hiérarchiques et inégalitaires, entre des groupes se définissant au regard d’épisodes fondateurs, intimement liés à la Seconde Guerre mondiale à l’Est et à ses répercussions actuelles. En accordant une large place à la parole des interviewés, je rappellerai premièrement les origines des musées, puis les définitions qu’en proposent leurs directeurs, avant de suggérer des interprétations de leurs orientations actuelles, en passe d’être renouvelées.

Création et installation des musées

4Instaurés grâce à des initiatives individuelles au tournant des années 1990, les deux musées se sont installés dans des locaux détournés de leurs précédents usages. Le Musée juif occupe le troisième étage du bâtiment de la Communauté juive de Riga, dont Ilya Lenski retrace l’histoire :

« Мы сейчас находимся в здании рижской еврейской общины. Здание еврейского общественного собрания в городе Риге начали строить в 1913 г. по проекту архитектора Эдмунда Тромповского... Это такой джентельменс-клаб. Первая мировая война, не до строительства, естественно. Только в 1926 году было принято решение о создании еврейского театра, государственного театра еврейского меньшинства. По проекту архитектора Пауля Мандельштама, это здание было перестроено, можно сказать, закончено. Приобрело свой нынешний вид, и внутренний, и внешний. В советское время, в первые годы советской власти, [здесь] располагался тоже еврейский театр.. В нацистское время тут располагался Эйнзац-штаб Розенберг по культурным ценностям и так далее. Потом тут был, наверное, офицерский клуб. В советское время здесь был институт марксизма-ленинизма и дом политпросвещения компартии Латвии. Еще какое-то время здесь располагался кукольный театр и в 1988 году, шаг за шагом, начали возвращать дом только что образовавшемуся латвийскому обществу еврейской культуры. И вот сейчас это здание полностью принадлежит рижской еврейской общине. […] При этом здесь еще много чего располагалось в переходные годы. Здесь, например, было несколько классов еврейской школы. Я, например, когда пошел в первый класс, в сентябре 1991 г, то мой класс был в том кабинете, где мы сидим сейчас, в моём кабинете. […] Первоначально, была одна комнатка наверху на 4м этаже, где маленькие низкие кабинетики, где все собиралось. Не было ни экспозиции, ничего. […] И прошло семь, если не больше, лет, до 96 года, пока была открыта первая экспозиция.»

5Le Musée de l'occupation, au cœur de la vieille ville touristique, occupe un bâtiment à la destinée encore plus inattendue, ainsi résumée par Gundega Michele.

“This building was built to honor the Red riflemen, the Latvian soldiers, who after World War I sided with the Revolution. […]. The building was opened on the hundredth birthday of Lenin, in 1970. But they did not manage to finish the whole project. In addition to this building itself, which houses the exhibition essentially, [they wanted to build] two additional buildings: one of them would have offices for the people who work in the museum, and the other one would then have the collections. They were never built. […] At the break up of the Soviet Union, in Latvia, there were great shortages a fuel […] [and] the museum was shut down. The exhibits were moved to another museum. And in 1993, when we started working, this building was essentially empty. I think there was one travel bureau with one person who was organizing tours, and the National armed forces orchestra was renting one room. It used to practice here. But it was essentially an empty, cold building. And attached to another museum as a branch. And from then we got the permission to hold up our first quite, quite small exhibit. […] The main exhibition was completed […] about 11 years ago.”

6Les musées sont fortement tributaires de locaux qui leur ont été attribués dans le chaos du tournant des années 1980-1990. Leur essor fut rythmé au gré du recueil de matériel et de l’appropriation progressive de l’espace. Une fois ces efforts accomplis, les expositions - datant respectivement de 1996 et 1999 - n’ont pratiquement plus connu de modification.

  • 7 « Я, хранитель фондов и хранитель экспозиции […]. Половина это бухгалтер ».

7Si, dans les deux cas, les musées ont commencé par occuper « une salle » de leurs bâtiments respectifs, leurs tailles et leurs moyens se sont rapidement différenciés. Le Musée juif est aujourd’hui une petite structure, qui ne prétend pas d’ailleurs à la comparaison avec des musées d’histoire plus généralistes. Il emploie « 3,5 personnes »7, auxquelles viennent s'ajouter, temporairement, une dizaine de bénévoles. Il accueille à peine 10 000 visiteurs par an. Le Musée de l’occupation emploie 40 personnes à temps-plein et reçoit 100 à 120 000 visiteurs par an. Mais la composition du public, dans les deux cas, est très similaire : les musées dépendent avant tout de la fréquentation touristique étrangère – 80% au Musée juif, jusqu’à 75% l’été au Musée de l’occupation. Dans les deux cas, la rareté des expositions temporaires expliquent également la faiblesse de la fréquentation locale.

Des « musées » ?

8Les interviewés notent invariablement la spécificité de leurs « musées », voire les réticences qu'ils éprouvent à employer ce terme pour caractériser leur lieu de travail. Les conditions d'apparition, la nature et le recueil du matériel, et enfin les objectifs les distinguent, d’après eux, des musées « traditionnels ». Premièrement, les deux musées ont comme point commun de présenter aujourd’hui des collections créées ex-nihilo. Depuis le début des années 1990, ils ont recueilli des documents d’archives, des cartes, des photographies et des fonds personnels, des témoignages oraux ou écrits et, enfin, - en fonction des thématiques et des opportunités - des objets. Le Musée de l’occupation semble souffrir d’un déficit de « matériel en 3D », sous-représenté par rapport aux documents écrits ou oraux, et qui, notamment pour Heinrich Strods, interdit la qualification de « musée ». Par ailleurs, le Musée de l’occupation se définit et est perçu plutôt comme un « Mémorial » aux multiples fonctions (accueil de touristes éducation, promotion de nouveaux corpus, recherche et formation etc.) qui se nouent tous autour d’une vocation ainsi définie par Gundega Michele :

“The philosophy of the museum’s mission is to commemorate the innocent victims irrespective of whose side, of what ethnic group… all the victims who someway were associated with Latvia. Whether they were Latvian citizens or ethnic Latvians or ethnic Jews or ethnic Russians or ethnic Poles who were living in Latvia… to commemorate all the innocent victims. It is nevertheless a complicated task, because the same person under the changing conditions – during World War II, before World War II, after World War II – can, in a sense, have been a victim at one stage of his or her life, and a perpetrator in another stage of his or her life. […] World War II is […] part of the picture. In the Jewish museum – and we always recommend people to go there – they have much more about the Holocaust, but this is also one of our definite decisions that we also cover that. Of course we do not cover as much as they do, they have more material, but we did not omit it. I should not perhaps use the word “omit”, but we also present that period. In other words, we have not made the Lithuanian choice. They have chosen to present the communist regime, only. That’s their choice.”

9Elle aspire ainsi à une exposition neutre, respectant la diversité nationale du pays et la complexité historique. Mais la seconde vocation du musée vient contrecarrer cet objectif : le Musée doit transmettre, en un temps record, les grandes lignes de l’histoire lettone à un public diversifié.

“We try, maybe we try to cover too much ground. We realized that we had to address the public here in Latvia also. Because under the Soviet system they have learned what is factually unsupported. We found that we have to also address history teachers, not only the students, but history teachers as well. And those we had quite a bit difficulty […] Teachers, and that’s the nature of teachers, that you’ve been teaching in certain ways, certain concepts for years and years and years, and now comes somebody from Chicago or from some dreadful place, who says “no no no, you’re not doing right, you have to do it differently”. […] In the museum we have an educational program for students but we have also been presenting seminars to teachers. Then the other aspect of it is that there are, and especially in the last five years now, quite a lot of visitors coming to Latvia, to Riga. […] And so, again, we felt this was our mission to familiarize these people coming to Latvia with the relatively recent history, event if they have only 30-40 minutes to spend in our museum.”

  • 8 Général Petrenko, Avant et après Auschwitz. Suivi de Ilya Altman et Claudio Ingerflom, Le Kremlin e (...)

10L’exposition actuelle présente essentiellement des panneaux courts et simplifiés, agrémentés principalement de reproductions de photographies ou de documents d’archives. Le Musée juif, quant à lui, s’efforce d’illustrer les thématiques soulevées par des objets, bien que la disparition des traces matérielles de la vie courante, intellectuelle ou religieuse juive complexifie grandement sa tâche. Rappelons que, sous le pouvoir soviétique, la Shoah était minimisée, voire censurée des discours et études sur la Grande Guerre patriotique, en Lettonie comme ailleurs8. La « lutte contre le cosmopolitisme » interdisait en outre toute expression publique d’une culture ou d’une mémoire juives. Si bien que, jusqu’à l’ouverture politique et nationale des dernières années de la perestroïka, la période soviétique a accentué la dispersion et la perte des marques et des symboles juifs, déjà presque intégralement anéantis pendant l’occupation allemande. Pour Ilya Lenski, la forte spécificité du musée naît justement de la complexité de recueillir le matériel – qu’il attribue autant à la période nazie qu’à la période soviétique.

« Большинство музеев стараются [работать] своими средствами, материалами из своих коллекций. У нас такой возможности зачастую нет. Потому что, сама понимаешь, что 20 век не щадил еврейского культурного наследия и очень мало что осталось. […] Через общедоступные каналы к нам очень редко попадают какие-то личные материалы. То, что находится в общем пространстве, это то, что … я не скажу, что было разграблено, а каким-то образом раньше находилось в собственности еврейских организаций, и потом просто расползлось в связи с тем, что эти организации перестали существовать. Так к нам попадают книги, которые раньше были в библиотеках еврейских школ. Понятно, что часть школ были закрыты, в 40-е, в 41-е годы это вообще стало неактуально. Нельзя сказать, что разграбили, скорее нужно говорить о более уникальном феномене, что еврейские книги 40-го – 41-го годов сохранились. »

11Si bien que le Musée peine à établir des campagnes systématiques de recueil de matériel et reste très dépendant de contributions individuelles :

« Сейчас, разумеется, основной источник пополнения фондов, это то, что к нам попадает от туристов, потомков тех, кто эмигрировал из Латвии на рубеже 19-20-х веков. Это основной источник пополнения коллекции. Они приезжают сюда. Мы их берем за жабры и говорим: ребята, у вас есть семейные альбомы?. Да, конечно. много фотографий. Пришлите, отсканируйте, желательно описанные, прокомментированные. Они присылают. Это один из основных источников сейчас. В меньшей степени, нам удается получить какие-то оригинальные документы, какие-то книги, особенно ценные. »

12Concrètement, le recueil de documents, dont Ilya Lenski est le principal responsable, révèle à la fois l’intérêt et la complexité de son activité.

  • 9 Notons également que cette campagne de recueil de documents et d’objets se prolonge sur les sites i (...)

« Звонит человек и спрашивает, нужно ли нам это. В течение 1-2 секунд, пока мы держим телефонную трубку, мы должны сказать, нужно нам это или нет. Это вот так происходит. Есть частные коллекционеры, у которых в собраниях что-то есть. Но сложно создать стратегию сбора материала. Мы все-таки специфический музей. Ты никогда не знаешь, где найдется что-то интересное, поэтому неизвестно, где копать9. »

13L’emploi précautionneux du terme de « musée », l’accent mis sur l’ « originalité » du travail révèle également la méconnaissance des expériences étrangères des musées-mémoriaux, l’absence de coopération avec d’autres institutions. Le Musée de l’occupation tout comme le Musée juif n’ont pas développé de partenariats internationaux et se développent dans une quasi-autarcie.

Contraintes financières et professionnelles

14Les deux musées privés dépendent de plusieurs modes de financement. Tout en exposant les multiples sources de revenus, Gundega Michele se félicite d’avoir échappé à la tutelle des autorités de la ville de Riga, qu’elle considère hostiles au musée.

“[At the beginning] the building belonged to the State of Latvia. Then there were political manipulations, and plans to demolish the building and to build a hotel or something else, but the building was given to the City administration, against the promise that they would find some other location for the museum. So they searched for a new location and couldn’t find one. We protested as much as we could. And eventually were able to reverse the process: the building and the land on which it sits today belongs again to the State government, rather than the City administration. The State government also had supported us much more than the City.

- How do you explain that?

I think that the simplest explanation is that in the City, in Riga, even now, the Latvians - as ethnic Latvians - are, I think, hardly 50% of the population. But in the country… in the State government, there are more people who have been able to think of Latvia as a whole community rather than as narrow interests.

- Financial support for the museum comes more from the State than from the City of Riga?

Yes. Much much more. Except that it is very, very little right now, this year. But in terms of financial support, and not just only that, I would say also in terms of moral support, the State government has been much more helpful than the City administration. […] We are a private museum. And from the State government we have never received more than 25% of our expenses. And that was just for the best years. The rest of the money comes from donations, from people who’re coming to the museum, and we have fund raising efforts in Latvian communities in Canada, in Australia, in the United States, in Great-Britain. And also, especially in the last 5-6-7 years, we’ve applied for funds for various projects to European structural funds, to other foundations, wherever we can find the money.”

15Gundega Michele réduit ainsi le faible soutien de la ville de Riga à la prédominance des russophones dans son gouvernement. Cette position mériterait d’être vérifiée, afin de nuancer l’approche « nationale » qu’elle suggère – et qui semble d’ailleurs contredire les idéaux « multinationaux » que le Musée est censé porter. Il s’agirait de questionner les facteurs budgétaires et la responsabilité statutaire de la ville dans la politique muséale. Le Musée juif, qui dépend également de financements multiples, n’est pas plus soutenu par la ville de Riga :

« - А вообще откуда расходы? Кто платит за деятельность музея?

- Частично государство. Как все частные музеи, мы подаем заявку, что нам требуется некая сумма денег на поддержание нашей деятельности. Такие-то, такие-то планы, которые мы хотели бы осуществить. Государство рассматривает эту заявку, министерство культуры. Эта практика у нас достаточно давно уже продолжается, на протяжении примерно десяти лет. Это одна часть. Вторая часть — это пожертвования посетителей. Опять же, как у всех музеев. И третье, это рижская еврейская община. То, что мы не платим совершенно никаких коммунальных расходов, что мы здесь находимся. Они стараются спонсировать приобретение значительных экспонатов. Это три источника. Мне очень сложно сказать, как они соотносятся между собой, потому что это всегда по-разному. »

16Dans les deux cas, les directeurs notent, surtout depuis ces 3 dernières années, des difficultés financières. Autre obstacle à un vaste essor des musées : le recrutement de collaborateurs compétents. Si cette considération est absente au Musée de l’occupation, en revanche, Ilya Lenski évoque ouvertement l’hyperspécialisation exigée par un poste au Musée Juif, trop rare en Lettonie :

« Одна из больших проблем, это что всегда нужно выбирать между человеком, с одной стороны, знающим, ведь это все-таки специфический музей. С другой стороны, человеком, обладающим необходимыми профессиональными навыками. А еще человеком, которому это было бы интересно и который был бы готов этим заниматься постоянно и расти и так далее. Вообще, музейная работа довольно специфическая. А у нас в 10 раз более специфическая. Дела даже не в том, что надо знать какие-то специфические языки. Это была бы техническая трудность, которая решается техническим путем. […] У нас требуются некие специальные знания, причем никогда нельзя сказать какие. Это знания языков, знание истории, знание религии. Это очень сложно сформулировать, если бы мы хотели набрать людей. Если бы нам сказали: Ребята, вот вам миллионы. Набирайте штат. Мы не могли бы четко сформулировать. Надо человека еще так тыкать палочкой, чтобы понять: это то, что нам надо, или нет. »

Le Musée de l'occupation : entre héritages de Guerre froide et filiation soviétique ?

  • 10 J. Denis, « Complices de Hitler ou victimes de Staline ? les déplacés baltes en Allemagne, entre so (...)
  • 11 A. Ezergailis, The Holocaust in Latvia, 1941-1944: The Missing Center, Riga, Washington, The Histor (...)

17D’anciens exilés jouèrent un rôle moteur dans l’établissement du musée. Comme environ 125 000 Lettons, ils avaient fui la reconquête soviétique en 1944-45 et gagné l’Allemagne, où ils avaient survécu quelques années dans les camps de « Displaced Persons ». A la à la fin des années 1940, ils avaient pu émigrer à l’Ouest. Ce fut le cas, notamment, de la famille de Gundega Michele. Arrivée en Allemagne en 1944, elle ne fut pas autorisée à émigrer aux Etats-Unis et se rendit en Australie. Plus tard, Gundega Michele quitta l’Australie et poursuivit sa carrière à Chicago10. Dans les années 1960, la propagande soviétique intérieure et extérieure contre les « émigrés nationalistes-bourgeois lettons » se radicalisa. Elle assimila l’ensemble des réfugiés à d’anciens collaborateurs ou « volontaires » de la légion SS, qui auraient fui l’URSS dans le seul but d’échapper à une juste punition11. Certes, de nombreux collaborateurs lettons ou anciens soldats des forces allemandes – mobilisés de force pour la plupart - ont pu contourner les procédures d’épuration et s’établir à l’Ouest, mais d’autres ont fui le pouvoir soviétique sans s’être compromis aux côtés des Allemands. Durant la Guerre froide, les réfugiés étaient particulièrement impliqués dans la dénonciation de la propagande soviétique. Non seulement ils appelaient au recouvrement de l’indépendance et dénonçaient la présence soviétique et la répression sur le territoire letton, mais en outre ils répondaient aux exagérations soviétiques en niant ou minimisant toute forme de collaboration. Comme de nombreux exilés, Gundega Michele défendait la communauté lettone émigrée contre les accusations soviétiques et contre leur reprise dans les parutions occidentales :

“In Australia and later in the United States I have always participated in the Latvian communities activities. We have many kinds of organizations, including Saturday schools and Sunday schools for our children, so they would learn history, songs and dances, traditions and the language. […] And they still work. And in that Latvian community work, the idea was always that as free people in the Western world, […] we should also tell about the true face and the true nature of the communist government which is here in Latvia. Because all through those years again as I said, lot of information was coming from Moscow and was presenting the point of view, again, of the communist ideology, including, I remember, Encyclopedia Britannica, which came out with a new edition. This was in… maybe in the late 1960s, maybe in the early 1970s. And they had sections and article on Latvia, which was straight from Moscow. We tried to protest about that, but it was totally unsuccessful.”

18D’après elle, ces informations « fausses » et « venues de Moscou » continuaient à polluer la presse occidentale même après l’indépendance de la Lettonie.

“If I remember correctly, at the end of 1992, in the United States there was still a sort of picture magazine called Life. And it had an article (about the countries which regain their independence) with pictures and texts. On Latvia the text was actually quite reasonable. But in the pictures, what they had done – and they had done that purposefully - … there were some old men who had served under German rule in the Army. […] This was presented as evidence that along with the renewal of independence there was a renewal of fascism – this is the Soviet term for Nazi ideology. And so… with a friend (who is an historian) and some others, we thought of what we could do to present neutral objective information, that were desperately missing then.”

19Les changements radicaux sur la scène géopolitique et politique autorisèrent les émigrés à rentrer en Lettonie, définitivement ou non, et à mener sur place la riposte à l’histoire officielle soviétique. Ils prolongèrent ainsi, en Lettonie, une activité entreprise depuis les puissances occidentales durant les années de Guerre froide. Le fondateur du musée, le professeur Ladza, occupait une chaire d’histoire à l’université du Wisconsin. Depuis plusieurs années, alors que l’Europe de l’Est s’ouvrait progressivement aux visites étrangères, il organisait pour ses étudiants des voyages dans les pays du bloc soviétique, républiques baltes inclues. Il fut à l’origine du Musée de l’occupation. Gundega Michele, bien que non historienne de profession, a acquis une expérience en matière de discours sur l’histoire, et l’a ensuite mise en pratique dès la création du Musée. Le Musée de l’occupation est donc pénétré par les discours développés par les Lettons émigrés depuis la fin de la guerre sur la nature de l’annexion, de la collaboration, de la reconquête soviétique en 1944 etc. L’exposition est présentée comme la « vraie » histoire (d’après Strods) du « monde libre » (d’après Michele).

20Mais le musée ne s’est pas développé sans ancrage local. Le bâtiment lui-même incarne la continuité entre périodes soviétique et post-soviétique, et certains, comme Heinrichs Strods, y voient un « mauvais symbole de Riga ». Mais Gundega Michele, ancienne chimiste, le perçoit métaphoriquement comme un symbole de changement « naturel » et « progressiste ».

“ -How do you feel about this building?

To tell you the truth I feel very good about it, perhaps because of my chemistry background. When the building was opened, inside, you could see the copper, and on the outside also there was some shiny sort of reddish copper color. But if copper is exposed to air, first it becomes black, and then green. And if you look on the outside of the building now, it’s slowly, slowly turning green. And that “redness” of the Red power and the Red ideology has gone through a black stage, and now to one green one. And I think it is very nice. It is Mother Nature, it is the natural progress, and I think this is progress. So I feel good about it. But I know that there are people who lived their whole life in Riga, and who look at the building with really displeasure, because they associate it with this ideological functions and ceremonies and so on. I have not been a part of that. And I still think this change is marvelous.”

21Certains membres originels du musée ont également accompli la majeure partie de leur carrière sous l’URSS. Des historiens locaux ont été mis à contribution dès 1992, mais aucun d’entre eux n’était contemporanéiste – d’après Gundega Michele, les historiens de la période contemporaine en Lettonie effectuaient leurs recherches dans la pure orthodoxie marxiste et soviétique, et ne pouvaient s’adapter au « nouveau discours » porté par le Musée. Ainsi, le Musée a attiré plutôt des historiens de l’art, des médiévistes… qui travaillaient depuis plusieurs décennies en Lettonie soviétique. Heinrichs Strods est l’un d’entre eux. Né dans une famille paysanne de la Courlande, il a échappé à la mobilisation dans les forces allemandes pour raison de santé. Après la guerre il entrepris des études d’histoire et écrit son doctorat sur l’histoire rurale du XVIIIe siècle. Membre sans parti de l’Académie des sciences, il obtint un poste à l’Université en 1992, et en 1998 il rejoignit officiellement le Musée. Depuis il publie essentiellement des études sur la période soviétique et notamment sur les résistants anticommunistes. Comme certains de ses collègues, il s’est auto-formé aux méthodes et aux exigences de l’histoire contemporaine, et n’a apparemment éprouvé aucune difficulté majeure dans cette reconversion. Il supervise les publications du Musée. Il est également membre, comme d’autres collaborateurs du musée, de la Commission historique - autre organe de production de savoir et de discours historiques sur la Lettonie soviétique de 1939 à 1991.

22On ne peut s’empêcher de noter les réminiscences d’une rhétorique soviétique dans l’entretien avec Heinrichs Strods. Par exemple, la dimension internationale du musée n'est pas sans rappeler les fonctions de l'ancien musée des tireurs lettons... en effet, l’ancien musée soviétique avait des fonctions pédagogiques et officielles. En particulier, il recevait les secrétaires des partis des républiques, qui y rencontraient des vétérans de la Guerre civile et de la Grande Guerre patriotique et participaient aux cérémonies commémoratives. Aujourd’hui, les écoliers constituent la majorité du public local du musée. Par ailleurs, le musée reste un haut lieu de rencontres diplomatiques. Non sans fanfaronnade, H. Strods énumère les officiels qui ont honoré de leur présence l’actuel musée – en excluant le représentant russe :

« Наш музей отличается тем, что у нас музей, как по-русски было бы правильно ... входит в протокол Латвии, значит, все гости Латвии, все иностранные президенты посещают наш музей. Я руководил по-русски и по-немецки. […] Например, были такие люди как Ющенко, президент Украины, потом Саакашвили из Грузии, Молдавии президент, Эстонии президент. […] Польша, правда, пришлось ... […] Потом здесь была королева Англии. В общем много таких знаменитых людей. Мне очень тяжело было с представителями России, посол России два часа спорил потому, что у них старая имперская точка зрения, что они всех освободили. »

23Le Musée de l’occupation prolonge ainsi les fonctions du Musée des Tireurs letton tout en en renversant les perspectives historiques. Son objectif politique et idéologique n’est absolument pas masqué.

24La question de l’influence de l’ancienne génération d’historiens sur les recherches et l’exposition du Musée mériterait d’être approfondie. Malgré leur anticommunisme affiché, voire leur nationalisme - Heirichs Strods évoque beaucoup plus ouvertement que Gundega Michele son hostilité envers la minorité russophone de Lettonie - certains membres déterminants du Musée de l’occupation conservent-ils des réflexes politiques et des approches méthodologiques marquées par leur expérience soviétique ? Le Musée de l’occupation semble être l’héritier hybride autant de logiques anticommunistes de Guerre froide que de réflexes rhétoriques soviétiques.

« Nous ne sommes pas un musée de l'Holocauste » : le Musée juif et l’histoire de la Shoah en Lettonie

25Comme nous l’avons vu, le Musée juif de Lettonie n’est pas un mémorial de la Shoah, il présente un parcours dans l’histoire juive du pays. L’extermination des Juifs lettons, événement matriciel de l’existence du musée, peine à trouver sa place dans l’exposition. L’entretien révèle les difficultés que l’équipe éprouve à présenter l’histoire de la Shoah, à trouver le bon angle d'approche, et le matériel pertinent. Par ailleurs, le musée ne s’étend à peine plus que le Musée de l’occupation sur les mécanismes locaux de l’extermination et la participation des auxiliaires lettons aux massacres :

« Ты даже не представляешь, сколько раз нас обвиняли в том, что мы у себя в музее обеляем латышей, которые расстреливали евреев, мы не говорим об их роли. Мы говорим: во-первых, внимательно смотрите экспозицию. У нас есть документы, которые рассказывают совершенно четко об убийстве евреев. У нас нет цели рассказать о роли латышей, рассказать о роли немцев. Те документы, которые у нас есть, мы их выставляем. Нам повезло, у нас есть одна на данный момент фотография реальных местных шуцманов после убийства евреев. Одна фотография, которую мы недавно раздобыли. Она была опубликована несколько лет назад в прессе. Сейчас мы ее пустили в дело. Одна фотография. »

26Le Musée juif se démarque ainsi très peu des choix effectués par le Musée de l’occupation sur la Shoah. Ilya Lenski, premièrement, ne perçoit pas la Shoah l’unique facteur de la disparition des héritages culturels juifs : comme on l’a vu précédemment, il attribue les obstacles à la collecte de matériel tout autant à la période soviétique qu’à l’occupation nazie. Il semble ainsi reconnaître la période soviétique comme un élément tout aussi dévastateur que l’occupation nazie, et rejoint ainsi les positions du Musée de l’occupation. Il insiste sur les bons rapports qu’entretient son musée avec le Musée de l’occupation, maintes fois évoqué spontanément durant l’entretien. Cette cordialité se manifeste d’abord dans des relations de bon voisinage entre des musées non concurrents : ils s’envoient des visiteurs, coopèrent sur certains projets. Alors que de nombreuses critiques s’élèvent contre la place minimaliste accordée à la Shoah et à la collaboration dans le Musée de l’occupation, Ilya Lenski se montre au contraire satisfait des choix de l’exposition :

« Я знаю людей с другой позицией, которые от музея оккупации страшно плюются и говорят, что это издевательство, оскорбление. Я ничего там оскорбительного не вижу. Называют это оскорбительным, непозволительным и так далее, те люди, которые в Латвии не живут. »

27Ilya Lenski semble avoir ainsi accepté la position officielle sur la guerre, défendue entre autres par le Musée de l’occupation, et la place secondaire de son musée dans les expressions mémorielles nationales. Un compromis global sur la Shoah est ainsi source de relations pacifiées, mais également facteur de dépendance : le Musée juif, excentré, doit beaucoup sa fréquentation à la publicité qu’en fait le Musée de l’occupation, il présente des thématiques moins connues et moins populaires. Ilya Lenski reconnaît en ces termes la marginalité de son musée :

« Я хочу, чтобы зритель уходил из музея, узнав и поняв что-то новое. Особой ценности … Нет, в этом есть мемориальная ценность, но при этом должна быть постоянная экспозиция. В этом смысле мы пересекаемся с музеем оккупации. Музей оккупации рассказывает об общеизвестных вещах. Я имею в виду, что любой человек, который учил в школе историю, он знает, что там в этом музее оккупации. »

De nouvelles perspectives

28Les expositions des deux musées, de l'aveu même de leurs directeurs, sont aujourd’hui datées. Les musées entreprennent de rénover la présentation de leurs collections. Les actualisations seront facilitées par les déménagements des deux musées dans de nouveaux bâtiments hautement symboliques (les anciens locaux du NKVD / un bâtiment proche de la synagogue dans la vieille ville), même si les difficultés financières actuelles menacent de retarder l'exécution des projets en cours. Le Musée de l’occupation prévoit sa refondation d’ici deux ans :

“What we have done now, for the last couple of years, we’ve set aside a group of our historians, four of them, who have worked on a new permanent exhibition. Finding additional material, additional information, and more complicated arrangement, presentation of the material so we could present more material. And the first stage of that is essentially done in the beginning of this year. Again, administratively, what we are trying to get through is the renovation of this old building and also an extension would be built on it, because we are out of room, out of space and we want to enlarge our exhibition, and also the space where we work. […] We’re preparing a new exhibition. We’ve expended it both ways. About the independent Latvia, before World War II, we will have much more we want to have much more. Because we want to show, when the Soviets occupied Latvia in 1940, what they occupied. And also, after the collapse of the SU, we want to represent also some of the consequences of the occupation. And to what extent, in Latvia, we’ve been able to deal with those.”

29Le Musée juif également cherche à entreprendre un déménagement et une refonte de l’exposition :

« О будущем музея: сейчас министерство культуры выделило здание специально под наш музей […], в старой Риге. Рядом с синагогой, во дворе синагоги, получается. Там правда требуются большие ремонтные перестройки и так далее. Мы надеемся через несколько лет туда въехать. Там у нас будет совершенно иная экспозиция, чем сегодня. У нас другое представление о том, что происходило, у нас другое представление о том, как это все можно отражать. Все другое. Все-таки за 22 года мы накопили некий опыт, и музейный, и интеллектуальный. »

Conclusion

30Bien que différents dans leur taille, leur fréquentation et leurs collections, les deux musées ont connu des phases d’apparition et de développement comparables depuis la fin des années 1980. La présentation de la Seconde Guerre mondiale dans chacun d’entre eux provient autant d’objectifs initiaux, d’obstacles techniques, que de compromis nationaux. Cependant, des changements vont très prochainement affecter ces deux musées. Nous assistons aujourd’hui à une période de transition – à replacer plus généralement dans le contexte du renouveau mémoriel à l’Est - de la structure muséale à Riga : non seulement les deux musées projettent de se rénover, mais en outre d’autres musées historiques voient le jour (un Musée du ghetto a ainsi très récemment ouvert). Les logiques historiographiques et muséographiques propres à la fin de l’URSS, et qui ont prévalu pendant une vingtaine d’années, s’estompent ainsi progressivement.

Haut de page

Notes

1 http://www.occupationmuseum.lv/.

2 Il suit en cela la chronologie de la « Commission historique » lettone, qui poursuit depuis plusieurs années des recherches sur l’histoire de la Lettonie depuis 1939. Voir par exemple le volume publié en anglais, V. Nollendorfs, E. Oberländer (Eds.), The Hidden and Forbidden History of Latvia under Soviet and Nazi Occupations 1940-1991, Riga, Institute of History of Latvia, 2005. Sur les commissions historiques baltes, voir : E.-C. Onkel, « The politics of finding historical truth. Reviewing Baltic history commissions and their work », Journal of Baltic Studies, vol. 38, # 1, 2007, p. 109-116

3 Selon le texte de Maģers Vestermanis, fondateur du Musée juif, http://www.shalom-magazine.com/Article.php?id=340114.

4 Il faut ici avouer que le russe et l’anglais sont des langues plus familières à l’intervieweur que le letton.

5 http://museum.gulagmemories.eu; Déportés en URSS, (à paraître), sous la direction de A. Blum, M. Craveri et V. Nivelon, Paris, Autrement, 2012 

6 Voir par exemple, C. Bayou, « Etats baltes-Russie. 1er mai 2004 – 9 mai 2005 : un authentique dialogue de sourds », Le Courrier des pays de l’Est, mars-avril 2005, # 1048, pp 15-29 ; P. Bonnard, M. Meckl, « La gestion du double passé nazi et soviétique en Lettonie : impasses et dépassement de la concurrence entre mémoires du Goulag et d’Auschwitz », in G. Mink, L. Neumayer, L’Europe et ses passés douloureux, Paris, Autrement, 2007, pp. 169-180.

7 « Я, хранитель фондов и хранитель экспозиции […]. Половина это бухгалтер ».

8 Général Petrenko, Avant et après Auschwitz. Suivi de Ilya Altman et Claudio Ingerflom, Le Kremlin et l’holocauste, 1933-2001, Paris, Flammarion, 2002; A. Salomoni, L’Union soviétique et la Shoah, Paris, La Découverte, 2008 (2007).

9 Notons également que cette campagne de recueil de documents et d’objets se prolonge sur les sites internet de ventes aux enchères.

10 J. Denis, « Complices de Hitler ou victimes de Staline ? les déplacés baltes en Allemagne, entre sortie de guerre et Guerre froide », à paraître dans Le Mouvement social, 2012.

11 A. Ezergailis, The Holocaust in Latvia, 1941-1944: The Missing Center, Riga, Washington, The Historical Institute of Latvia, The US Holocaust Memorial Museum, 1996, note 18, p. 27.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Juliette Denis, « Entretiens avec les directeurs du Musée juif et du Musée de l'occupation de Riga, les 29 et 30 avril 2011, à Riga, Lettonie », The Journal of Power Institutions in Post-Soviet Societies [En ligne], Issue 12 | 2011, mis en ligne le 02 juin 2011, consulté le 19 septembre 2014. URL : http://pipss.revues.org/3890

Haut de page

Auteur

Juliette Denis

Institut d’histoire du temps présent, CNRS/University of Paris X

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 2.0

Haut de page