Navigation – Plan du site
Contemporary Uses of the Second World War in Russia and the Former Soviet Republics - Book Reviews (4 titles)

Jean Lopez, Berlin – Les Offensives Géantes de l’Armée Rouge Vistule-Oder-Elbe [Berlin - The Giant Offensive of the Red Army Vistula-Oder-Elbe]

Paris, Economica, 2009, 642 pages
Jacques Sapir
Référence(s) :

Jean Lopez, Berlin – Les Offensives Géantes de l’Armée Rouge Vistule-Oder-Elbe [Berlin - The Giant Offensive of the Red Army Vistula-Oder-Elbe], Paris, Economica, 2009, 642 pages

Entrées d’index

Pays :

Soviet Union

Champs de recherche :

Political Science, Strategy
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage de Jean Lopez est certainement celui qui se rapproche le plus, s’il est possible, d’un ouvrage définitif sur les offensives de l’Armée rouge qui mirent fin à la Seconde Guerre mondiale. Il ne décrit pas seulement les combats, mais il accorde une importance, qui doit être signalée et remarquée, aux doctrines en présence, au contexte politique particulier, enfin au phénomène de la « violence » particulière au sein du conflit. De ce point de vue, cet ouvrage à l’ambition de fournir une vision globale de la pratique de la guerre en URSS et dans l’Allemagne nazie dans les derniers mois du conflit.

2À bien des égards, cet ouvrage se hisse à la hauteur de ses ambitions. Sous un volume qui n’est certes pas mince, mais qui ne semble pas excessif du point de vue de l’ampleur du sujet, il fournit au lecteur une très solide somme à partir de la littérature déjà existante.

3Ce livre fait justice d’une vieille affirmation qui traîne dans la littérature, celle d’une armée allemande extraordinairement efficiente et efficace qui n’aurait été vaincue, à la fin des fins, que submergée par la masse de l’Armée rouge. Une partie importante du livre est consacrée à casser ce mythe, ainsi qu’à expliquer les chemins divergents de l’art militaire allemand et soviétique. Non que cet ouvrage soit un panégyrique à la gloire de l’URSS. Plus simplement, il explique comment, dans un processus darwinien d’une extrême violence, l’Armée Rouge s’est reconstituée après les terribles défaites de 1941 et comment elle a progressé tant dans l’application de sa doctrine que dans le contenu de cette dernière alors que l’armée allemande connaissait un déclin constant, non seulement numérique et technique, mais aussi intellectuel. Les passages où l’auteur montre le niveau d’ignorance et de mépris de la majorité des officiers allemands pour leur ennemi sont significatifs des pathologies systémiques du système nazi.

4La description des combats, que l’on se situe à l’échelon « opératif » ou tactique est très souvent saisissante. Exploitant largement une riche et importante littérature en allemand et en anglais, l’auteur nous fait toucher du doigt l’ampleur mais aussi l’horreur de ces combats. Il en montre le caractère acharné, inexpiable et féroce.

5Mais, l’ouvrage ne se contente pas d’être une histoire militaire, aussi riche soit-elle, de ces combats. Il montre bien que leur contexte s’inscrit dans celui de la fin de la guerre. Dans les deux camps, il n’y a plus guère d’illusions sur le cours du conflit, sauf à l’évidence chez Hitler et ses séides. L’histoire politique s’affirme alors comme un point nécessaire à l’intelligence des événements. Ce que l’auteur appelle le « plan Speer-Gudérian » ne consiste pas moins à soustraire aux forces soviétiques une partie des forces allemandes. Il est clair pour les deux promoteurs de ce « plan » que l’Allemagne a perdu la guerre, et il s’agit, ni plus ni moins, de sauver ce qui peut être sauvé. L’écart entre cette logique et celle de Hitler continuant à rêver contre toute évidence à une poursuite en 1946 du conflit est tout à fait saisissant. Le choix de renforcer les défenses de la Hongrie pour tenter de sauver les puits de pétrole de ce pays ne s’explique plus que par la croyance en la capacité de l’Allemagne nazie de durer par la grâce des « armes secrètes ».

6Mais il manque sur ce point l’équivalent pour la partie soviétique. La place et le rôle de l’Allemagne dans ce que Staline, mais aussi une partie de la direction du Parti, peut imaginer de ce que sera l’après-guerre ne sont pas réellement développés. Trop souvent on attribue au « caractère » de Staline des ordres ou des comportements qui en réalité peuvent s’expliquer par la montée des conflits au sein de la direction soviétique.

7Ceci conduit à réfléchir sur la signification exacte de la tragédie de Nemmersdorf qui va donner une couleur particulièrement tragique à l’avance des troupes soviétiques. S’agit-il, ce qui est possible, d’un relâchement du « contrôle des troupes » encouragé par Staline pour flatter, par un « populisme » qui n’est pas sans d’autres exemples, les soldats de base contre les officiers, ou s’agit-il d’un crime calculé pour créer une muraille de haine entre Russes et Allemands, dans l’optique d’un retrait probable des troupes soviétiques de l’Allemagne après la victoire ?

8Nous savons aujourd’hui, par les archives et les témoignages de dirigeants, que l’après-guerre et ce que l’on a appelé la « guerre froide » n’étaient nullement figés, ni même constitués dans l’esprit des dirigeants soviétiques. Des conflits importants ont eu lieu, et l’on peut penser qu’ils avaient en réalité déjà lieu depuis la fin de 1944. Il y a là une pièce qui manque au livre de Jean Lopez, et qui empêche ce remarquable ouvrage d’être l’ouvrage ultime qu’il prétend être à juste titre sur bien des points.

9Ceci renvoie à la relative minceur des sources soviétiques et russes qui sont utilisées. Cette minceur est relative à l’extension des références en allemand et en anglais. Mais elle produit, peut-être même à l’insu de l’auteur le pivotement vers une vision si ce n’est allemande du moins occidentale, qu’il dénonce avec raison chez d’autres. Ainsi, les oppositions farouches entre Joukov et Koniev ne sont pas expliquées (Joukov sauva ainsi la vie de son futur rival à deux reprises, ce dont Koniev ne lui sut pas gré). De même, les relations entre les généraux de Staline et Staline lui-même sont empreintes d’un certain simplisme.

10Par ailleurs, si la brutalité des troupes russes est une évidence, il faut ici rappeler que la ville de Berlin fit, en 1993, le Général Bagramian citoyen d’honneur de la ville au titre de ce que son action avait sauvé plusieurs centaines de milliers de vies civiles. Il conviendrait donc de fouiller dans les relations à la fois entre Staline et les membres du Bureau Politique, mais aussi entre Staline et ses généraux pour reconstituer la complexité des affrontements de cette période essentielle.

11Mais ces critiques sont relativement marginales eut égard à la qualité générale du livre qui est aujourd’hui le meilleur ouvrage disponible sur son sujet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Sapir, « Jean Lopez, Berlin – Les Offensives Géantes de l’Armée Rouge Vistule-Oder-Elbe [Berlin - The Giant Offensive of the Red Army Vistula-Oder-Elbe] », The Journal of Power Institutions in Post-Soviet Societies [En ligne], Issue 12 | 2011, mis en ligne le 02 juin 2011, consulté le 20 septembre 2014. URL : http://pipss.revues.org/3880

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 2.0

Haut de page