Navigation – Plan du site
Contemporary Uses of the Second World War in Russia and the Former Soviet Republics - Book Reviews (4 titles)

Aleksandr Diukov, « Pakt Molotova-Ribbentropa » v voprosakh i otvetakh [The Molotov-Ribbentrop Pact in Questions and Answers]

Moskva, Fond « Istoricheskaia pamiat’ », 2009, 176 pages
Myriam Désert
Référence(s) :

Aleksandr Diukov, « Pakt Molotova-Ribbentropa » v voprosakh i otvetakh [The Molotov-Ribbentrop Pact in Questions and Answers], Moskva, Fond « Istoricheskaia pamiat’ », 2009, 176 pages

Entrées d’index

Keywords :

Soviet History

Pays :

Soviet Union

Champs de recherche :

History
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage, qui s'affiche comme un livre de vulgarisation scientifique, se fixe pour objectif explicite de réfuter les accusations portées à l'encontre de l'URSS en liaison avec le pacte germano-soviétique. Il est abondamment illustré de photos, les passages les plus importants de la démonstration sont repris en exergue, bref il met tout en œuvre pour porter au lecteur son message de réhabilitation. Il s'agit en fait d'un discours polémique déguisé en travail d'historien, qui participe des opérations de « lutte contre la falsification de l'histoire », lancées sous l'égide du pouvoir depuis 2009. L'auteur (né en 1978, diplômé de l'Institut des archives, qui dirige la fondation de la « Mémoire historique », créée à l'automne 2008) préfère parler de « politisation de l'histoire », ce qui lui permet de se positionner en historien, opposant textes et faits concrets à des « considérations abstraites » (sic) qu'il qualifie de « scolastique ».

2Il déploie en 20 questions les griefs habituels et s'applique à les démonter les uns après les autres, soit en affirmant qu'ils reposent sur de faux documents (à propos de la collaboration entre le NKVD et la Gestapo), soit en les contextualisant, soit en les relativisant par le biais de comparaisons avec les agissements de pays occidentaux, sa première « contre-offensive » étant la classique dénonciation du rejet par les puissances occidentales des offres d'alliance soviétiques.

3La volonté expansionniste de l'URSS est ramenée par lui à la légitime défense, l'impératif étant de protéger Léningrad. Dans cette démonstration, l'URSS se trouve contrainte à l'usage de la force par le comportement des pays baltes, dont il est dit explicitement qu'ils doivent s'en prendre à eux-mêmes du sort qui leur a été fait. Ainsi, à l'accusation d'annexion, l'auteur oppose une intention de « souveraineté contrôlée » (sic), qui s'est durcie à cause de la « mauvaise volonté » (sic) des Baltes.

4L'impact du Pacte sur l'invasion de la Pologne par les troupes nazies est également nié, en deux temps : d'une part cette opération était déjà décidée ; d'autre part, l'affirmation polonaise selon laquelle la Pologne aurait pu gagner s'il n'y avait pas eu de forces soviétiques en Ukraine occidentale et en Biélorussie est démontée à partir d'une analyse militaire de l'avancée des forces nazies. L'auteur s'applique de façon générale à prouver que jusqu'au mois de juin 1941 la position soviétique est celle de la « neutralité », soulignant que ce positionnement est reconnu à la Suède qui pourtant fournissait l'Allemagne en matières premières stratégiques.

5Nombre de lignes de « défense » s'appuient sur des comparaisons de ce type. Le rattachement à l'URSS de l'Ukraine occidentale et de la Biélorussie, voté en présence des troupes soviétiques, ne se distinguerait pas du « détachement » de l'Islande par rapport à la Norvège, adopté par référendum alors que les troupes américaines étaient stationnées sur l'île. Non, les clauses secrètes dans un accord diplomatique ne sont pas illégales : la Grande Bretagne en avait inclus dans son accord avec la Pologne en mars 1939, des partages en zones d'influence étaient sous-jacents à nombre d'accords conclus dans cette période. La Grande Bretagne - principale cible de ces critiques inversées - a par ailleurs elle aussi pris position en Iran en août 1941 dans une logique de « prévention » semblable à celle qui a poussé les Soviétiques dans les pays baltes, et aurait d'ailleurs bien aimé faire de même, avec la France, en Norvège et en Suède en février 1940 si les Nazis ne les avaient pas pris de vitesse.

6Autre tactique adoptée par l'auteur : donner des réponses juridiques à des accusations qu'il qualifie de politiques. Il s'applique alors à démontrer que les agissements soviétiques (l'introduction de troupes en Ukraine et Biélorussie, par exemple) n'est pas un viol des règles de droit international en usage à l'époque, car celles-ci étaient supposées ne s'appliquer que dans un contexte « inchangé », ce qui n'était pas le cas.

7L'auteur ne se contente pas de « blanchir » l'URSS ; il ne manque pas également de noircir ses détracteurs. On retrouve ainsi la comparaison entre les accords de Münich et le Pacte, appelant ce commentaire : au final, la France et la Grande Bretagne ont trahi un allié (la Pologne), alors que l'URSS s'est contentée de ne pas aider ce pays qui lui était hostile.

8L'argument ultime est de montrer, en s'appuyant sur une analyse militaire des lignes de front, qu'il n'y aurait pas eu de victoire sur les nazis sans le Pacte, qui a « protégé » des régions que la stratégie nazie prévoyait de transformer en avant-poste de la guerre contre l'URSS.

9Enfin, suprême légitimation : le dernier chapitre rappelle que ce n'est pas la Russie qui bénéficie aujourd’hui des acquis territoriaux liés au Pacte, mais les pays qui mettent aujourd’hui en avant l'invasion qu'ils ont subie (et l'auteur d'amalgamer la Lituanie, l'Ukraine, la Moldavie et la Biélorussie).

10Ces diverses « démonstrations » ne fonctionnent que grâce aux omissions qui vont avec (sur la soviétisation immédiate des pays baltes, les troupes soviétiques en Pologne, etc). Mais cette application à transformer les accusateurs en accusés présente pour bon nombre de lecteurs russes un intérêt émotionnel qui risque de masquer ses lacunes intellectuelles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Myriam Désert, « Aleksandr Diukov, « Pakt Molotova-Ribbentropa » v voprosakh i otvetakh [The Molotov-Ribbentrop Pact in Questions and Answers] », The Journal of Power Institutions in Post-Soviet Societies [En ligne], Issue 12 | 2011, mis en ligne le 02 juin 2011, consulté le 02 août 2014. URL : http://pipss.revues.org/3850

Haut de page

Auteur

Myriam Désert

University of Sorbonne-Paris IV

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 2.0

Haut de page