Skip to navigation – Site map
The Integration of Non-Russian Servicemen in the Imperial, Soviet and Russian Army - Articles

L'imposition des obligations militaires en Lituanie soviétique, 1940-1953

The Imposition of Military Service in Soviet Lithuania, 1940-1953
Yvan Leclère

Abstract

From 1940 until Stalin's death, Soviet authorities encountered huge difficulties incorporating Lithuania – the « rebel nation », with the strongest independantist guerrilla in the Baltic territories (10% of the population killed, arrested or deported from 1944 to 1953). In particular, the implementation of military service made tens of thousands conscripts join the guerrilla. However, in the middle of the 1950's, for a big part of the young men, military service had already become a marker of virility and a compulsory step before getting married. The Soviet Union seemed to have succeeded apparently in incorporating Lithuania, and in enlisting its youth. Physically and mentally. This article explains how it managed to do so and to what extent.

Top of page

Index terms

Countries :

Soviet Union, Lithuania

Research Fields :

Political Science
Top of page

Full text

  • 1  Cf. le film Shkola muzhestva de Vladimir Basov, 1954, sur un soldat de la guerre civile. Pour l'ex (...)
  • 2  J. Adomaitis, « Bus ką palikti anūkams », Ūkininko Patarėjas, # 2270, 21 juin 2008, p. 15 ; le jou (...)

1Aujourd'hui encore, en Lituanie, le 23 février demeure une date particulière pour ceux qui ont servi dans l'Armée soviétique : c'est la fête de l'Armée rouge, la fête des soldats, le 8 mars des hommes. Du moins pour ceux qui ont été à l'«école de la virilité » autrefois exaltée par la propagande et le cinéma1. Déjà, au milieu des années 1950, « les jeunes filles étaient difficiles, pour elles un vrai homme ne pouvait être qu’un homme ayant fait son service militaire », si l'on en croit les souvenirs d'un couple de paysans mariés en 1958, une fois le fiancé revenu de l'armée2.

  • 3  A.J. Rieber, « Civil Wars in the Soviet Union », Kritika: Explorations in Russian and Eurasian His (...)
  • 4  A. Lieven, The Baltic revolution: Estonia, Latvia, Lithuania and the path to independence, London, (...)

2Propos surprenant, car le mariage n'a eu lieu que quelques années après une guerre civile qui de 1944 à 1953 avait fait en Lituanie 300 000 victimes tuées, arrêtées ou déportées, pour une population de 3 millions d'habitants. Le long de la périphérie occidentale de l'U.R.S.S., il n'y a qu'en Ukraine occidentale (500 000 victimes pour deux fois plus d'habitants) que les combats furent aussi intenses entre forces soviétiques et guérillas indépendantistes, rejointes en masse par de jeunes réfractaires au service dans les rangs de l'Armée rouge3. Pourtant, quelques années après, l'appel sous les drapeaux semblait déjà bien accepté dans les campagnes lituaniennes, comme un rite de passage avant le mariage... avant que quarante ans plus tard, en 1988-1991, il ne redevienne une source de conflits4. Ainsi, la perception du service militaire soviétique semble avoir fortement évolué dans la république balte, de son annexion en 1940 à son indépendance en 1991. Bien plus, à travers l'histoire de cette institution en Lituanie semble se refléter celle de la « soviétisation » du pays, jusque dans les esprits, puis de sa « désoviétisation », et plus généralement des processus d'intégration puis de désintégration au sein de l'U.R.S.S.

  • 5  Sovietizatsiia, mot utilisé par Staline lui-même à propos des républiques baltes en 1939-1940. Cf. (...)
  • 6  O. Mertelsmann (ed.), op. cit. ; E. Zubkova, op. cit. ; G. Simon, « Instrumente der Sowjetisierung (...)
  • 7  Cf. J.A. Sanborn, Drafting the Russian Nation,op. cit. ; des ouvrages plus généraux sur l'Armée so (...)

3Il s'agit pourtant d'une histoire bien mal connue, même si les différents volets de la « soviétisation »5 se retrouvent dans les problèmes liés au service militaire. Un volet politique tout d'abord, avec la question de l'imposition aux républiques annexées d'un régime et des lois soviétiques comme celles sur les obligations militaires, prévoyant un service dans l'Armée rouge de deux à trois ans pour tous les citoyens soviétiques de 19 ans (18 pour ceux qui avaient achevé leurs études secondaires), précédé du recensement et d'une formation militaire avant l'appel puis suivi d'une inscription dans la réserve jusqu'à l'âge de 50 ans. Un volet social ensuite, avec la collectivisation et la militarisation de la société. Un volet culturel enfin, avec la volonté d'intégrer les Lituaniens dans la famille des nationalités soviétiques, et de leur inculquer certaines valeurs qui en feraient des citoyens soviétiques à part entière, participant pleinement à la vie de la grande patrie socialiste. L’étude de la soviétisation des républiques baltes dans les années 1940 et 1950 s'est le plus souvent concentrée sur la répression et les déportations, les nationalisations et la collectivisation des terres6. Quand on mentionne l'instauration du service militaire soviétique en Lituanie « occupée », c'est d'un point de vue avant tout juridique, condamnant une violation du droit international, sans en décrire précisément sa mise en œuvre. Plus généralement, à l'échelle de l'U.R.S.S., l'histoire du service militaire a pour l'instant fait l'objet de peu de recherches7.

4Étant donné l'état actuel des recherches sur le service militaire dans la Lituanie soviétique, le présent article n'a nullement l'intention de retracer son histoire sur toute sa longueur. Nous nous intéresserons seulement, en guise d'introduction, à la façon dont la législation sur les obligations militaires y a été appliquée, de l'annexion en 1940 à la mort de Staline en 1953, alors même qu'elle faisait l'objet d'un combat, et ce en nous appuyant sur les archives du Parti communiste et du gouvernement de la Lituanie soviétique. En U.R.S.S. même, le service militaire universel de deux ans, en russe et dans des unités d'active, n'était devenu la norme qu'en 1938, deux ans seulement avant l'annexion des républiques baltes, alors que jusqu'au début des années 1930 la majorité des jeunes Soviétiques avait effectué un service par intermittence dans des formations territoriales. Or ces nouvelles modalités, fruits de deux décennies de transformations sociales et politiques, pouvaient être difficilement appliquées dès le départ vis-à-vis d'une population lituanienne peu russophone et qui n'avait pas encore subi ces bouleversements : dans ce contexte, comment le service militaire a-t-il été mis en œuvre? Quel rôle ce processus a-t-il joué dans celui plus général de la soviétisation de la Lituanie? Pourquoi a-t-il suscité tant de difficultés, bien plus que dans les autres républiques baltes? Quel regard les autorités ont-elles porté sur les obstacles rencontrés et comment les ont-elles surmontés?

5De l'annexion d'août 1940 à juin 1941, des modalités particulières durent être mises en place pour que les citoyens des républiques baltes puissent accomplir leurs obligations militaires. Mais l'invasion allemande intervint trop tôt pour que l'appel des conscrits fût entrepris, et le conflit fit émerger l'image d'une population lituanienne particulièrement réfractaire au service d’une armée qui n'était pas la sienne, qu'elle fût allemande ou soviétique. Après 1945, en pleine guerre civile, ce n'est que graduellement que les jeunes citoyens de la république furent soumis à leurs obligations militaires.

Le service militaire universel à l'épreuve de la Lituanie (1940-1941)

6Devenue officiellement membre de l'Union soviétique avec les deux autres républiques baltes le 3 août 1940, la Lituanie n'en était pas pour autant devenue soviétique, tant elle contrastait par sa société, son histoire et la mentalité de ses habitants avec le reste de l'U.R.S.S. Le même problème se posait pour l'ensemble des territoires annexés en 1939-1940 par Moscou, de la Carélie à la Bessarabie. Cet état de fait ne pouvait qu'y entraver la mise en œuvre du service militaire universel défini par Moscou en 1938-1939.

  • 8  Pour tout ce paragraphe, voir R.R. Reese, op. cit., pp. 56-63.
  • 9  I.B. Berkhin, Voennaia reforma v SSSR (1924-1925 gg.), Moskva, Voenizdat, 1958 ; V.V. Gradosel'ski (...)

7En effet, aux yeux des dirigeants soviétiques, c'étaient les transformations imposées à l'U.R.S.S. depuis deux décennies qui y avaient rendu possible un service militaire universel dans les unités cadres de l'Armée rouge. Dès la guerre civile russe, l'alphabétisation, y compris politique, et le dévouement des soldats au pouvoir soviétique avaient été définis comme les fondements de la « discipline socialiste » à l'armée8. Le fait que les citoyens soviétiques maîtrisant le russe et fiables politiquement étaient loin d'être majoritaires au sortir de la guerre civile fut l'une des raisons pour lesquelles on définit en 1924-1925 un service militaire multiforme et restreint, car les membres des classes exploitantes (koulaks, marchands, « gens du passé »...) et les cosaques en étaient exclus. Quant aux autres, les « travailleurs », ils étaient soumis à des obligations militaires dès l'âge de 18 ans, avec le suivi d'un entraînement périodique avant l'appel, l'année de leurs 21 ans. Une fois soumis à l'appel, ceux qui devaient servir deux ans dans des unités « cadres » (kadrovye) de l'Armée rouge ne représentèrent jusqu'au début des années 30 qu'une minorité – parmi laquelle les ouvriers et les Russes étaient largement surreprésentés – selon des quotas définis chaque année par le commandement militaire en fonction des besoins. D'autres servaient deux ans dans les unités nationales, constituées peu à peu dans chaque république soviétique ou autonome et pour d'autres nationalités correspondant à des territoires plus restreints, et qui permettaient d'enrôler des conscrits non russophones9. Cependant ces unités nationales relevaient déjà de l'armée territoriale et non pas « cadre », tout comme les formations « territoriales de milice » (territorial'no-militsionnye). C'est dans ces dernières formations que la majorité des appelés effectuaient en réalité leur service, pour une durée de cinq ans par intermittence, l'été (trois mois d'entraînement la première année, deux mois la seconde, et un mois par an pour les trois années restantes), sans avoir à quitter leur foyer et leur activité productive.

  • 10  L.A. Burcev, « K voprosu o boesposobnosti territorial'nykh chastei Krasnoi Armii v 1920-e gody », (...)
  • 11  Soiuz obshchestv sodeistviia oborone i aviatsionno-khimicheskomu stroitel’stvu SSSR [Editor’s note (...)
  • 12  L. P. Borissov, « Osoaviakhim. Stranitsy istorii. 1927-1941 gody », Voprosy istorii, # 6, 1965 ; N (...)
  • 13  Cité par T.D. Martin, The Affirmative Action Empire, Nations and Nationalism in the Soviet Union, (...)
  • 14  G. Simon, Nationalism and Policy toward the Nationalities in the Soviet Union: From Totalitarian D (...)
  • 15  Vedomosti Verkhovnogo Soveta SSSR, # 32 (55), 23 septembre 1939. Les différentes lois sur le servi (...)

8Mais ce système, avec une armée d'active assez restreinte et une vaste armée territoriale réputée mal entraînée10, allait se révéler de moins en moins compatible avec l'accent mis sur la modernisation de l'armée et la défense de l'U.R.S.S., marqué notamment en 1927 par la création de l'Union des Associations de Soutien à la Défense de l'U.R.S.S., l'OSOAVIAKhIM11 (en charge de la formation militaire des futurs appelés à partir de 1935) et la mise en œuvre d'une « Semaine de la Défense », puis en 1931 par le lancement du programme GTO « Prêt pour le Travail et la Défense de l'U.R.S.S. » (sport, culture physique)12. Cette militarisation du pays accompagnait le « Grand Tournant » économique et social, la progression de l'alphabétisation de la population ainsi que la mise au pas des campagnes et des minorités nationales par la collectivisation et la Terreur. Ces différents processus agrandissaient considérablement, au moins sur le papier, le contingent de citoyens aptes à servir dans l'armée cadre, alors que les formations militaires territoriales et nationales n'avaient guère les faveurs de Staline : « Ce n'est pas une armée... Nous pensons que chaque division devrait être non pas une armée locale, mais une armée de l'Union toute entière... Autrement, nous n'aurons pas d'armée » (discours de 1937)13. Dès 1931, la conversion des formations territoriales en unités régulières était engagée, et le processus devait aboutir en 1938 à la suppression des formations territoriales et nationales restantes, au profit d'une armée d'active multinationale, bien mieux réputée14. Désormais le service militaire serait en russe pour tous, généralement assez loin du foyer. Enfin, la loi du 1er septembre 1939 (en vigueur à partir de 1940) instaurait une « obligation militaire universelle » (vseobshchaia voinskaia obiazannost'), avec un service militaire de deux ans (trois dans la marine) pour tous les hommes de 19 ans, « sans distinction de race, de nationalité, de confession religieuse, de niveau d'instruction, d'origine et de position sociale » (article 3), avec une dispense tout de même pour les étudiants des instituts supérieurs et techniques qui eux recevraient une formation militaire au sein de leur institution15. On transposait ainsi dans le domaine militaire le passage à une « société socialiste » sans antagonismes de classes que la propagande proclamait depuis plusieurs années et que la Constitution de 1936 avait consacré.

9Étant demeurées à l'écart de ces transformations, les populations baltes pouvaient difficilement fournir des krasnoarmeitsy (soldats de l'armée rouge) aux normes dès les premières années de leur intégration dans l'Union soviétique.

  • 16  Dans la Lituanie de l'entre-deux-guerres le service durait 18 mois.
  • 17  62 000 « tirailleurs » dans la Lituanie de 1940.
  • 18  Une réforme agraire limita la taille des exploitations agricoles à 30 ha et distribua des lots de (...)
  • 19  Lietuvos gyventojai 1923 m. rugsėjo 17 d. surašymo duomenys, Bureau central de statistiques, Kauna (...)
  • 20  Lietuvos Komunistu partija skaičiais, 1918-1975 : Statistikos duomenu rinkinys, Vilnius, Mintis, 1 (...)

10Même si le service militaire ne représentait guère une nouveauté16, elles n'avaient pas subi de militarisation comparable à celle connue par l'U.R.S.S., malgré l'existence avant l'annexion d'organisations paramilitaires nationalistes particulièrement choyées par les dictatures baltes des années 3017. En outre, les nationalisations effectuées dès 1940-1941 dans l'industrie, le commerce et le logement ne suffisaient pas à instaurer une « société socialiste » dans les républiques baltes, auxquelles on n'imposa pas de collectivisation immédiate18, et qui abritaient encore nombre d'éléments « socialement étrangers », de « koulaks » et de religieux. Surtout, les populations locales étaient assez peu russophones (moins de 10% de Russes en Estonie et en Lettonie avant la guerre, et moins de 2% en Lituanie, du fait des échecs des politiques de russification et colonisatrices de l'empire tsariste19) et politiquement analphabètes, nourries au lait du nationalisme et, pour la Lituanie, du catholicisme. Leur encadrement politique demeurait très faible, avec seulement 3 500 membres et candidats de la branche lituanienne du Parti en juin 1941 (un militant pour mille habitant environ), dont seulement 47% de nationalité lituanienne, souvent issus du militantisme clandestin de l'Entre-deux-guerres ou réfugiés en U.R.S.S. après 1917. Les 53% restant se partageaient entre d'autres militants arrivés de l'Union soviétique intérieure et les minorités nationales, notamment russe et juive, surreprésentées20.

  • 21  A. Čapenko, « Lietuvos Liaudies Armijos reorganizavimo į 29-ąjį teritorinį Raudonosios Armijos Šau (...)
  • 22  Archives du Parti communiste de Lituanie, dossier 1771-2-531, feuilles 1-48.

11Les républiques baltes ne remplissant guère les critères pour l'application à la lettre du service militaire universel, les autorités soviétiques durent y ressusciter le principe de formations militaires territoriales. Dans le cas de la Lituanie, l'ancienne armée nationale (28 000 hommes pour un pays de 3 millions d'habitants) ne fut donc pas dissoute mais purgée et restructurée en un 29e Corps territorial de tirailleurs de 15 000 hommes, où les ordres étaient donnés en lituanien. Sur 1 728 officiers d'active, 414 furent arrêtés de l'été 1940 à l'été 1941, en majorité parmi les 428 qui avaient été versés dans la réserve21. Cela représentait une purge importante, qui s'inscrivait dans celle plus vaste des élites baltes et des autres territoires occidentaux annexés en 1939-1940, mais qui n'égalait pas en proportion celle subie par l'Armée rouge en 1937-1938, et n'entraîna pas un renouvellement profond du corps officier. Ce dernier demeura « bourgeois » dans son ensemble, avec une prépondérance d'anciens membres des organisations nationalistes, de vétérans de la guerre de 1919-1920 contre la Russie bolchévique et d'éléments « socialement étrangers » (sotsial'no-chuzhdye), qui d'après un rapport de janvier 1941 du commissariat à l'Intérieur de la république ne faisaient rien pour améliorer l'état d'esprit de soldats, excédés par les rations peu nourrissantes de l'Armée rouge, symbole d'un pays de misère, l'autoritarisme du nouveau régime et l'obligation de lui prêter serment. Un mécontentement qui se manifesta à l'automne 1940 – jusqu'à ce qu'on arrête des meneurs – par des processions à l'église, des tirs dans certains bourgs le soir, la réapparition de portraits de l'ancien dictateur lituanien Smetona dans les casernes, des protestations à la cantine au sujet des rations22... Mais le corps territorial lituanien fut maintenu, avec la majorité de ses officiers – et un faible encadrement politique, essentiellement russophone – car la Lituanie soviétique ne disposait pas d'officiers « rouges » assez nombreux pour prendre la relève et ce corps territorial était indispensable pour la future incorporation des appelés lituaniens.

  • 23  Ibid., dossier 1771-2-526.

12Ainsi, le recensement des hommes en âge de servir (nés en 1919-1922) fut ordonné le 2 avril 1941, point de départ d'une vaste campagne politique associant le Parti, le Komsomol (pour une éducation politique et linguistique primaire des futurs appelés), l'État, l'Armée et l'OSOAVIAKhIM (pour une formation rudimentaire au tir et à la tactique des recensés). L'entreprise poussa quelques jeunes Lituaniens à fuir à l'étranger, et manqua cruellement de personnel, d'infrastructures et de moyens, en particulier pour l'entraînement militaire. Elle n'eut guère le temps d'aboutir, puisque l'invasion allemande (22 juin) intervint avant l'appel des conscrits, traditionnellement effectué en U.R.S.S. à l'automne23.

13Les Lituaniens ne connurent finalement donc pas le service militaire territorial qu'on leur préparait (apparemment un service permanent de deux ans, comme pour les autres citoyens soviétiques). La guerre conduisit à l’élaboration de nouveaux scénarios.

Héros, traîtres et déserteurs (1941-1945)

  • 24  B. Burauskaitė, « Genocido aukų vardyno statistikos duomenys », Lietuvos gyventojų genocidas, Ier (...)
  • 25  St. Knezys, « Lietuvos kariuomenės naikinimas (1940 m. birželio 15 d.–1941 m.) », in Lietuvos gyve (...)

14L'attitude du 29e Corps de Tirailleurs au moment de l'invasion allemande, qui submergea la Lituanie en cinq jours, condamna une seconde fois le principe de la territorialité. Pour reprendre les mots de Staline de 1937, cette « armée territoriale » se comporta en « armée locale » et non en « armée de toute l'Union soviétique » : les désertions se multiplièrent, la plupart des unités refusèrent d'évacuer la Lituanie natale vers l'intérieur de l'U.R.S.S. – seuls 1 500 soldats le firent – et se rebellèrent, parfois au prix de leur vie (120 officiers lituaniens morts). Au même moment, tout comme en Estonie et en Lettonie, une dizaine de milliers de partisans nationalistes prenaient les armes, s'attaquaient à des unités isolées de l'Armée rouge, libéraient des bourgs, et installaient un « gouvernement provisoire de la Lituanie », alors que la population locale avait été traumatisée par la première vague de déportations massives lancée par les autorités soviétiques dans les républiques baltes le 14 juin, une semaine seulement avant l'invasion (10 000 déportés d'Estonie, 14 000 de Lettonie, 18 000 de Lituanie24). Averti par des Lituaniens de Berlin de l'imminence de l'attaque, tout un réseau clandestin autour du Front des Activistes Lituaniens avait préparé ce soulèvement25. Mais tandis qu'environ 20 000 partisans et soldats se tournaient vers le « libérateur » allemand, 15 000 autres citoyens de la république étaient évacués vers l'intérieur de l'U.R.S.S., le plus souvent de manière volontaire car les autorités soviétiques n'eurent guère le temps de mettre en œuvre une évacuation forcée : ils représentaient un noyau potentiel pour la Lituanie soviétique de l'après-guerre, en cas de victoire sur l'Allemagne nazie. Ces deux pôles extrêmement minoritaires représentaient les différentes options pour l'avenir de la Lituanie, selon le « libérateur » choisi. Mais quel qu'il fût, la « libération » devait s'accompagner d'un enrôlement de la population sous ses drapeaux.

  • 26  Cf. Amir Weiner, Making Sense of War: The Second World War and the Fate of the Bolshevik Revolutio (...)

15Du côté soviétique, cet enrôlement devait être facilité par la réhabilitation du principe national dans l'armée à la faveur de la Grande Guerre Patriotique. Mais à la différence de celles dissoutes en 1938, territoriales, les divisions nationales constituées à partir de 1941 furent pleinement intégrées dans l'« armée cadre », extra-territoriale, l'« armée de l'Union toute entière » réclamée par Staline : elles pouvaient être envoyées n'importe où sur le front et voir au besoin leurs effectifs complétés par des soldats d'autres nationalités et d'autres républiques. Dès le 3 août 1941, le Comité de Défense donna son accord à la formation d'une division lettonne de tirailleurs, qui se distingua dans la défense de Moscou et fut citée à l'ordre de la Garde – les tirailleurs lettons avaient une excellente réputation, héritée de la guerre civile quand déjà certains s'étaient distingués du côté des bolcheviks. Le 13 novembre 1941, ce fut au tour de l'Asie centrale de fournir des unités nationales de cavalerie et d'infanterie. Au cours de la guerre, 48 divisions et 18 brigades nationales se formèrent ainsi, facilitant la mobilisation des populations non russophones d'Asie Centrale ou du Caucase, tandis que l'invasion allemande avait coupé Moscou d'une bonne partie des territoires slaves. Le 1er février 1944, alors que les républiques soviétiques venaient d'être chacune dotées d'un commissariat à la Guerre, le Soviet Suprême d'U.R.S.S. leur ordonna de former chacune des divisions nationales. Le phénomène participait de la revalorisation des sentiments nationaux à travers l'U.R.S.S., la chasse aux « nationalistes bourgeois » des années trente laissant la place à une vaste polyphonie patriotique26.

  • 27  R. Zizas, « Raudonosios Armijos 16-oji lietuviškoji šaulių diviziją : kelias nuo suformavimo iki k (...)
  • 28  Cf. R. Manley, « The Perils of Displacement: The Soviet Evacuee between Refugee and Deportee », Co (...)

16Pourtant la constitution d'une division lituanienne prit un peu plus de temps que celle de la division lettonne : les évacués de Lituanie et d'Estonie ne furent appelés à former des divisions nationales que le 18 décembre 1941, alors que le secrétaire du comité central lituanien Antanas Sniečkus en avait fait la proposition dès le 28 août au Comité de Défense et à Beria curieusement silencieux. La trahison des soldats du 29e Corps les poussait à la méfiance27. En outre, on avait dans un premier temps préféré affecter les évacués baltes, souvent non russophones, à la production et aux entreprises forestières, où ils semblaient plus utiles que dans une armée russophone. Ainsi, les 32 000 hommes que les autorités avaient eu le temps de mobiliser en Estonie, avant son occupation complète par les Allemands en septembre 1941, avaient en fait été envoyés dans des bataillons de travail et décimés par les conditions de transport et d'accueil : un tiers d'entre eux étaient déjà morts de faim ou de maladie au moment de la formation de la division estonienne. Les évacués lituaniens furent mieux traités, mais affectés eux aussi à des colonies de travail, parfois parqués dans des camps, une condition assez proche des déportés28.

  • 29  Ce Lituanien s'était engagé dans l'Armée rouge dès février 1918.
  • 30  Evacués au moment de l'invasion allemande ou déjà à Moscou pour suivre une formation en juin 1941.
  • 31  Déjà, le commandement avait beaucoup tardé à engagé la division sur le front, la jugeant mal entra (...)
  • 32  Archives du Parti Communiste de Lituanie, dossier 1771-6-185, feuilles 31-32.
  • 33  Cf. T. Rakowska-Harmstone, « "Brotherhood in Arms"... », op. cit., p. 129.

17Néanmoins, la constitution d'une 16e Division lituanienne de tirailleurs fut autorisée, sous le commandement du général-major Feliksas Baltušis-Žemaitis, un vétéran de l'Armée rouge29 secondé par des officiers issus de l'ancienne armée de la Lituanie indépendante et du 29e Corps30, comme le général-major Vladas Karvelis (un ancien de la guerre d'indépendance contre les bolcheviks en 1919-1920) et le colonel Vladas Motieka. Mais en fait, la division ne demeura guère longtemps « lituanienne ». Après une mobilisation des évacués à travers l'U.R.S.S. qui prit plusieurs mois, on ne comptait au 20 avril 1942, parmi les 8 129 citoyens de Lituanie rassemblés dans la région de Gorki pour leur entraînement, que 3 923 Lituaniens ethniques (contre 2 556 Juifs et 1 436 Russes), minoritaires parmi les appelés comme parmi les évacués. Et lors de son baptême du feu dans la région d'Oriol du 21 février au 22 mars 1943, la 16e Division subit un tel désastre (1 169 tués et 3 275 blessés) que les citoyens lituaniens dans leur ensemble y devinrent minoritaires. Baltušis-Žemaitis, traumatisé par le massacre des « meilleurs représentants de la nation lituanienne », osa incriminer le commandement soviétique, un approvisionnement déplorable, des ordres irréalistes et un profond mépris à l'égard de Lituaniens à la réputation d'« automutilés » et de déserteurs31. Il fut relevé de son commandement. Par la suite, la division lituanienne acquit ses lettres de gloire en participant à la contre-offensive de juillet-août 1943 dans le cadre de la bataille de Koursk, mais au prix d'une délituanisation de ses effectifs : comme elle avait dû recevoir des renforts en provenance d'unités russes, en octobre 1943 on ne comptait plus parmi ses 8 399 soldats et officiers qu'une minorité de citoyens issus de la Lituanie soviétique (3 940). La 16e Division avait été russifiée de fait – les ordres n'y étaient plus donnés qu'en russe – même si elle participa aux combats en Courlande et à la libération de la Lituanie, notamment de la ville portuaire de Klaipėda le 28 janvier 194532. La plupart des divisions nationales créées au cours de la guerre ont souvent subi un destin similaire, décimées par les combats de 1941-1943 puis russifiées par de nouvelles recrues souvent issues des zones slaves libérées après la bataille de Stalingrad33. Russifiées mais maintenues pour préserver l'apparence d'une communion des différentes nationalités dans la Grande Guerre patriotique.

18La mobilisation des hommes de moins de 45 ans entreprise dans la Lituanie recouverte par l'Armée rouge à partir de l'été 1944 aurait pu permettre la reconstitution d'une formation authentiquement lituanienne, mais l'armée allemande laissait derrière elle une population particulièrement réfractaire en matière d'obligations militaires.

  • 34  Pour tout ce paragraphe et les chiffres donnés (tirés des archives laissées par les Allemands en L (...)
  • 35  A. Bubnys, ibid. ; M. Mackevičius, ibid.

19Les autorités du Reich avaient elles aussi tenté de mobiliser les jeunes Lituaniens pour les besoins de la Wehrmacht et de la SS. Dès le mois d'août 1941, le gouvernement provisoire de Vilnius fut dissous – au profit d'une simple administration civile sous tutelle – tout comme les détachements de partisans nationalistes, dont nombre de leurs membres furent enrôlés au côté d'anciens soldats du 29e Corps dans des bataillons de police, particulièrement actifs dans la chasse aux communistes et aux juifs, et finalement envoyés vers le front contre les partisans rouges. Ce déracinement fut assez mal vécu : début 1944, on comptait un quart de déserteurs parmi les quelques 10 000 membres de ces bataillons34. Plus généralement, les autorités allemandes eurent le plus grand mal à enrôler des auxiliaires pour la Wehrmacht (pour le transport, les bataillons de construction ou la défense aérienne) et échouèrent à constituer en Lituanie une légion SS, contrairement aux résultats enregistrés en Estonie et Lettonie. Quand on lança en 1943 le recensement des hommes nés entre 1919 et 1924, 50 000 (sur 109 000 attendus) ne répondirent pas aux convocations. Une fois leurs espoirs déçus face aux « libérateurs » allemands, une partie des indépendantistes était retournée à la clandestinité, et appelait à déserter. Jusqu'en 1944, l'occupant ne parvint donc à enrôler dans les auxiliaires de la Wehrmacht qu'environ 35 000 Lituaniens, mobilisés de force. Un chiffre bien en deçà des attentes, malgré tous les moyens de pression employés dès 1943, allant de la fermeture des instituts d'études supérieurs aux déportations, en passant par l'expulsion de leurs appartements d'habitants de Kaunas. Seule la mise en place d'un « détachement lituanien local » en février 1944 rencontra un certain succès, attirant 10 000 volontaires : il devait s'agir d'une formation authentiquement lituanienne, sous la direction du général Plechavičius, et qui ne devait combattre que sur le sol lituanien, contre les partisans soviétiques et polonais. Mais alors que les Allemands en pleine débâcle tentaient d’enrôler et d’emmener avec eux les plus de jeunes Lituaniens possible pour leur propre armée ou leur industrie, Plechavičius finit par ordonner à ses hommes en mai 1944 de gagner les forêts, où se trouvaient déjà nombre d’insoumis à l’enrôlement forcé, et où s’était déjà constituée une résistance non-communiste. A la fin de l’hiver et au printemps 1944, avant même l’arrivée de l’Armée rouge (en juillet), les Allemands avaient déjà perdu le contrôle des campagnes, disputées par les partisans soviétiques, nationalistes et polonais35.

20Pourquoi un tel échec de l'occupant nazi en Lituanie? Les Lituaniens catholiques n'avaient pas avec les Allemands la proximité culturelle que pouvaient ressentir des Lettons ou des Estoniens, luthériens, longtemps dominés par une aristocratie germanique. D'autre part, leur sentiment national avait été exacerbé par une russification bien plus rude à la fin du XIXe siècle (déportations, colonisation rurale, fermetures d'églises...) et les tensions ethniques pendant l'Entre-deux-guerres, notamment entre Lituaniens et Polonais. D'autres facteurs ont dû jouer dans cet échec des Allemands à enrôler les Lituaniens, échec qui révéla une population particulièrement réfractaire au service sous des drapeaux non nationaux, et fut l'un des facteurs déclencheurs d'une guerre civile qui commença en fait avant même la reconquête soviétique.

  • 1
  • 37  Cf. Y. Leclère: L'Appel de la Russie. Les communautés vieilles-croyantes des territoires baltes de (...)
  • 38  Sur l'ensemble de la Lituanie, 58 620 personnes sur 187 445 manquaient toujours à l'appel : Archiv (...)
  • 39  Un millier de désertions comptabilisées en décembre 1944 dans la 50e Division : Archives du Parti (...)
  • 40 L. Daugherty, « The reluctant warriors: The Non-Russian nationalities in service of the red army du (...)

21Une fois l'Armée rouge revenue en Lituanie, la résistance non-communiste se fit anti-soviétique, rejointe par des anciens collaborateurs de l'occupant, alors que peut-être 50 000 autres Lituaniens avaient préféré suivre les Allemands dans leur retraite en tant que réfugiés36. Les autorités soviétiques avaient une faible emprise sur les campagnes: des agents et des citoyens ordinaires, suspectés de sympathie avec le nouvel occupant, se faisaient exécuter (2-3 000 victimes civiles par an en 1945-1947 d'après les rapports du N.K.G.B./M.G.B.), le N.K.V.D. devant distribuer des armes aux villageois « loyaux » pour qu'ils puissent se protéger – même des religieux russes en reçurent37. Dans ce contexte de guerre civile, la mobilisation des hommes de moins de 45 ans dans la république « libérée » (directive du commandement militaire soviétique du 27 juillet 1944) promettait donc d'être particulièrement difficile. Dès septembre 1944, Antanas Sniečkus transmettait des statistiques catastrophiques à Malenkov : au 15 septembre, dans les seize districts pour l'instant libérés, sur les 155 500 personnes attendues, 83 941 s'étaient présentées à l'appel et seulement 36 130 n'avait bénéficié d'aucun sursis pour raison de santé ou de travail et avaient été mobilisées, la plupart pour former dans la région de Smolensk une 50e Division lituanienne de tirailleurs de réserve.Dans certains districts, surtout à l'est de la Lituanie, pas plus d'un tiers des appelés ne s'était présenté. Au 1er janvier 1945, dans les districts les plus occidentaux, les plus récemment recouverts, on relevait des taux d'appelés ayant répondu à leur convocation de 10 à 20%38. Une bonne partie de la jeunesse lituanienne ignorait les convocations, comme au temps de l'occupation allemande. Des villages refusaient en bloc la mobilisation, les déserteurs rejoignaient les partisans retranchés dans les forêts et qui s'attaquaient aux commissions d'appel dans les cantons (une dizaine de meurtres mentionnés par Sniečkus en septembre 1944). Les troupes du N.K.V.D. avaient beau ratisser les forêts, et les prisons accueillir déjà plus de 20 000 Lituaniens ayant fui l'appel ou déserté les rangs de l'Armée rouge, un tiers des appelés de la seconde vague d'appel lancée en février 1945, en direction des hommes nés en 1927, semblent s'être eux aussi cachés. Les rumeurs bruissaient sur un possible retour des Allemands, ou sur un affrontement imminent entre l'U.R.S.S. et les Alliés qui ne laisseraient pas le communisme s'installer en Europe. Des conscrits supportant mal les rations insuffisantes et les vexations infligées par les officiers russes désertaient après leur incorporation, en groupes et armés, pour rejoindre les partisans nationalistes39. Parmi les « peuples frères » de l'U.R.S.S., les Lituaniens avaient ainsi rejoint, comme plusieurs nationalités du Caucase, la famille des « guerriers réticents »40.

  • 41  Prikazy Narodnogo Komissara Oborony SSSR, 1943-1945 gg., Moskva, Terra, 1997, pp. 341-342.
  • 42  J. Dobrovolskas, Lietuviai kariai Didžiojo Tėvynės karo frontuose, Vilnius, 1967, pp. 148-183 ; M. (...)
  • 43  Archives du Parti communiste de Lituanie, dossier 1771-8-188, feuille 84 ; Prikazy Narodnogo Komis (...)

22La gravité de la situation suscita une réaction de Staline en personne. Le 23 décembre 1944, le commissaire à la Guerre qu'il était signa un « Ordre sur les manquements sérieux observés dans la 50e Division lituanienne de tirailleurs de réserve et sur la punition des coupables », motivé par les désertions groupées, l'absence de discipline et les conditions déplorables dans lesquelles les mobilisés vivaient et qui poussaient à la désertion : « Les conditions matérielles requises pour des soldats de l'Armée rouge n'ont pas été assurées dans la division. Un très grand nombre de soldats n'avait ni vêtements, ni uniforme prescrit, ni literie, et ce malgré la présence en quantité suffisante d'uniformes dans les entrepôts des environs et de la division ; dans certaines unités les soldats sont atteints par la gale, la fièvre typhoïde et d'autres maladies. »41 Staline attribuait la responsabilité du désastre aux responsables locaux, au commandant de la division, le général-major Sinkevich, démis de ses fonctions et envoyé devant un tribunal, tandis que la division était déchue de son titre de division « lituanienne », envoyée dans la région militaire de Moscou pour y suivre un véritable entraînement et être complétée par des recrues de l'intérieur de l'U.R.S.S. . Les Lituaniens mobilisés par la suite furent versés dans des divisions ordinaires – 25 000 d'entre eux périrent sur le front en Europe42. Malgré ce sacrifice, la réputation des Lituaniens était ruinée. Après la libération de Klaipėda, la 16e Division fut cantonnée en Lituanie, réduite à une 44e Brigade lituanienne de tirailleurs, dite « de Klaipėda », qui elle ne participa pas aux combats en Europe. D'autre part, après le blâme subi pour l'affaire de la 50e Division, le commandement de l'okrug militaire lituano-biélorusse ordonna le 5 février 1945 de ne pas entreprendre le recensement et l'enrôlement des Lituaniens nés en 1928, alors même que la guerre n'était pas encore finie. Il fallait se concentrer sur la préparation militaire des appelés nés en 1927 dont l'enrôlement était en cours, et éviter un nouveau fiasco. Mais cela ne suffit guère à calmer l'ire de Staline, qui devant le manque de progrès dans l'équipement et l'entraînement des appelés depuis l'affaire de la 50e Division finit par démettre de leurs fonctions le commandant et le vice-commandant de l'okrug à la fin du mois, le second pour « ivrognerie et dépravation morale »43.

23Depuis 1940, on avait échoué à trouver une solution qui aurait permis en temps de paix l'accomplissement par les Lituaniens d'un service militaire conforme aux normes soviétiques sur le plan de la durée mais adapté aux réalités linguistiques, par le biais d'un corps territorial ou d'une division nationale. Le corps territorial constitué en 1940 s'était auto-dissous, et des divisions nationales constituées en 1941 et 1944 il ne restait plus qu'une brigade. La présence d'une guérilla nationaliste en Lettonie et en Estonie n'avait pas abouti au même échec, puisque ces deux républiques disposaient chacune d'un corps national de tirailleurs (regroupant plusieurs divisions) au sortir de la guerre. Mais en Lituanie la population se montrait particulièrement réfractaire, et les campagnes d'appel y étaient plus utiles aux réseaux nationalistes, rejoints par les déserteurs, qu'à l'Armée rouge. Une pause était décrétée. Elle dura cinq ans, à la faveur de la démobilisation des soldats soviétiques.

Démobilisation et remobilisation : l’instauration du service militaire (1945-1953)

  • 44  R.J. Swider Jr., Soviet Military Reform in the Twentieth Century. Three Case Studies, Santa Barbar (...)

24Dès juin 1945, l'U.R.S.S. entamait la démobilisation de ses soldats, un long processus de trois ans qui allait faire passer les effectifs de son armée de plus de 11 millions à moins de 3 en 1948. Ce n'est qu'à partir de 1949-1950 que l'Union soviétique remobilisa sa jeunesse, en pleine Guerre froide44. La Lituanie n'y échappa pas, d'autant plus qu'on y avait mis en place, malgré la guerre civile, tout un dispositif pour imposer à la population ses obligations militaires.

  • 45  Iu. Veremeev, « Komplektovanie Sovetskoi (Krasnoi) Armii », in Anatomiia Armii, 2000, http://army. (...)

25En 1946-1948, l'Union soviétique ne connut pas de grandes vagues annuelles d'appel sous les drapeaux, mais seulement des « appels partiels » (chastichnye prizyvy) pour répondre à des besoins ponctuels de l'armée ou aux nécessités de la reconstruction, en envoyant les conscrits sur les chantiers ou dans les usines45.

  • 46  On ne déplora que 60 désertions au moment de l'envoi vers les détachements d'affectation ; Archive (...)
  • 47  Ibid., dossier 1771-11-281, feuille 88 ; dossier 1771-195-5 ; dossier 1771-52-73, feuilles 36,55, (...)

26Ainsi, en Lituanie, en décembre 1946, un appel partiel des hommes nés en 1927 fut lancé afin d'enrôler 3 000 hommes pour une durée de trois ans, pour la construction de ponts dans la république, sur le Niemen. 5 594 personnes furent convoquées, 5 233 répondirent à l'appel, le surplus étant destiné à l'armée : une réussite réjouissante pour les dirigeants lituaniens malgré la modestie des objectifs, car il s'agissait du premier appel mis en œuvre depuis février 194546. Par la suite, en 1948-49, quatre vagues d'appel furent lancées en direction des classes d'âge suivantes, cette fois pour les seuls besoins de l'armée, mais avec des objectifs encore plus modestes – moins de 1000 à chaque fois47. La Lituanie demeurait donc peu touchée par le service, qu'il fût militaire ou productif.

  • 48  Parmi les 537 appelés de décembre 1948, on compta 310 ouvriers et 135 employés, contre seulement 9 (...)
  • 49  En février-mars 1948, le commandement de l'okrug militaire balte demanda 550 conscrits lituaniens (...)

27La situation rappelait l'U.R.S.S. des années vingt, quand les campagnes n'avaient pas encore été mises au pas (comme dans les républiques baltes dans l'immédiat après-guerre) et que le service militaire dans des unités régulières de l'armée ne concernait qu'une minorité, parmi laquelle les ouvriers et les Russes étaient largement surreprésentés. En Lituanie, les commissions d'appel avaient pour instruction de ne pas convoquer les suspects de liens avec la guérilla nationaliste ou d'humeur anti-soviétique, ce qui représentait beaucoup de personnes dans les campagnes48. Quant à la surreprésentation des Russes, elle était assurée par les directives du commandement militaire qui mentionnaient souvent des quotas par nationalité, avec un partage entre Lituaniens et nationalités « non baltes », les premiers devant compléter les effectifs de la 44e Brigade lituanienne de tirailleurs, tandis que les « non baltes » étaient envoyés vers des détachements ordinaires de l'Armée soviétique49.

  • 50  Parmi les 237 personnes qui n'avaient pas répondu à l'appel lancé en 1946, seules 52 avaient été p (...)
  • 51  Un peu plus de 5 000 volontaires dans ces bataillons en 1947 : J. Starkauskas, Stribai. Ginkluotie (...)

28La sous-représentation parmi les appelés des paysans lituaniens, le cœur de la rébellion nationaliste, était renforcée par la rareté des poursuites à l'encontre de ceux qui ne répondaient pas à la convocation. Dans les districts et les villes on remplissait les quotas exigés en envoyant un nombre supérieur de convocations : il suffisait que le quota soit atteint pour que la mission soit réussie50. En période de guerre civile on accordait moins d'attention à l'enrôlement des réfractaires qu'à l'armement des volontaires : armes distribuées aux militants communistes et du Komsomol ainsi qu'à des villageois russes susceptibles d'être attaqués par les « bandits », constitution de « bataillons exterminateurs » (isstrebitel'nye batal'ony)51

  • 52  Sur les 17 683 personnes attendues au printemps 1946, 14 391 vinrent, la différence s'expliquant s (...)

29Cependant, si le service dans des unités régulières de l'armée ne concernait qu'une petite minorité, le statut de voennoobiazannyi (personne soumise aux obligations militaires) commençait déjà à s'imposer à tous. Ainsi, autre point commun avec l'U.R.S.S. des années vingt, des quotas modestes d'enrôlement dans des unités régulières n'entraient pas en contradiction avec une formation militaire pour l'ensemble des jeunes Lituaniens. Résultat de la soviétisation du système scolaire, dans les établissements secondaires les élèves de 8e, 9e et 10e classes avaient droit à une heure de sport et une heure de préparation militaire par semaine (y compris pour les filles, mais avec un programme propre), sans compter les camps d'été de trois semaines pour les garçons de 9e classe, selon le nouveau régime défini par le gouvernement soviétique le 13 août 1946. Des camps furent aussi organisés, dès le printemps 1946, pour ceux qui sortaient du système scolaire plus tôt, avec notamment des cours de russe et de politique au programme. Ces rassemblements ne semblent pas avoir été désertés en masse52.

  • 53  Ibid., dossier 1771-10-338, feuille 21 ; dossier 1771-9-56, feuilles 11-12 ; dossier 1771-195-9, f (...)
  • 54  Archives Centrales d'Etat de Lituanie, dossier R754-13-78 feuilles 26 et 68-70 ; dossier R754-13-1 (...)
  • 55  Cf. N. Moine, « Système des passeports, marginaux et marginalisation en URSS 1932-1953 », Communis (...)
  • 56  Archives Centrales d’État de Lituanie, dossier R754-13-116, feuille 71 ; dossier R754-13-165, feui (...)
  • 57  Les premiers jours de l'opération, 12% des convoqués ne se présentèrent pas : ibid., dossier R754- (...)

30D'autre part, les autorités n'avaient pas renoncé au recensement chaque année des hommes en âge de servir, au sein des établissements scolaires ou à divers points de recensement pour ceux qui n'étudiaient plus, en commençant en 1946-1947 par ceux nés en 1928 (1929 pour les écoliers)53. En outre, le 2 mars 1946, le conseil des commissaires de Lituanie ordonna la tenue d'un registre des personnes soumises aux obligations militairesdans les villes, les districts, les cantons, les entreprises et les institutions, en conformité avec la loi soviétique. Sans inscription sur le registre, le jeune Lituanien ne pouvait plus être embauché, ni même acquérir un logement ou un passeport54. Cette opération d'enregistrement faisait d'ailleurs suite à la passeportisation de la population lituanienne entreprise en 1945-1946 sur ordre du gouvernement soviétique, avec une même conséquence : la marginalisation d'une partie de la population55, ici de ceux qui voulaient fuir leurs obligations militaires. Le processus était favorisé par le renforcement du quadrillage administratif : des voenkomaty, ces commissariats militaires locaux institués dans la Russie soviétique de 1918 pour assurer l'appel des mobilisés et des conscrits, brièvement apparus en Lituanie en 1944-1945 sous la tutelle du Commissariat lituanien à la Guerre, réapparurent progressivement dans les villes et les 26 districts de Lituanie dès 1947, sur ordre de l'état-major de l'Armée soviétique56. S'appuyant sur ce quadrillage, le gouvernement lituanien ordonna le 23 octobre 1947 un échange des documents militaires des hommes en âge d'être appelés, afin de mettre les registres à jour, de mieux organiser la préparation militaire des personnes concernées ainsi que leur future affectation selon leur spécialité. La milice se chargeait d'amener ceux qui ne répondaient pas aux convocations57.

31À défaut du service militaire universel, les autorités soviétiques réussirent donc à partir de 1946 à imposer aux jeunes Lituaniens le statut depersonne soumise aux obligations militaires. Et ce processus d'assignation des identités, typique de l'Union soviétique, semble avoir suscité beaucoup moins de résistances que la mobilisation de 1944-1945. Peut-être parce que le recensement et les camps estivaux n'étaient pas associés, comme le service dans l'Armée soviétique, à l'image du déracinement, de la faim et des vexations à subir de la part d'officiers russes. Ceux qui cherchaient à échapper au statut de personnes soumises aux obligations militaireétaient condamnés à la marginalité. Ce handicap pouvait sembler moins lourd aux paysans, mais la collectivisation des terres à partir de 1948-1949 et les grandes vagues de déportations qui l'accompagnèrent changèrent la donne, et poussèrent la guérilla nationaliste sur la pente du déclin.

  • 58  Iu. Veremeev, « Komplektovanie Sovetskoi (Krasnoi) Armii », op. cit.
  • 59  Note de juillet 1950 ; Archives du Parti communiste de Lituanie, dossier 1771-92-28, feuille 85.

32Les républiques baltes, en même temps que les démocraties populaires d'Europe de l'Est, subissaient un resserrement de vis, alors l'Union soviétique se remobilisait en pleine guerre froide : en 1949, la durée du service passa à trois ans (quatre dans la marine), et les grandes campagnes annuelles d'appel des conscrits reprirent58. Dès 1950, elles concernèrent la Lituanie (résolution du gouvernement soviétique du 28 janvier 1950). Et cette fois il ne s'agissait plus de compléter les rangs de la 44e Brigade, finalement redéployée en 16e Division en 1950, mais d'envoyer les conscrits lituaniens vers différentes unités à travers l'U.R.S.S., jusqu'à l'Oural, pour un service classique loin du foyer, avec des représentants d'autres nationalités. Désormais la conscription fut associée dans les mentalités lituaniennes à l'exil, en plus de la faim et des vexations, les partisans nationalistes dénonçant une « déportation ». Un exil pour les appelés, mais aussi un « grand examen » pour la Lituanie, comme le soulignait une note interne du Parti Communiste local59 : la république allait-elle enfin se montrer pleinement soviétique?

  • 60  Ibid., dossier 1771-92-28, feuilles 61, 69-78, 80, 87, 95-96, 128 et 181.
  • 61  Ibid., dossier 1771-108-25, feuilles 170-171.
  • 62  Ibid., dossier 1771-133-16, feuilles 10-15 ; dossier 1771-195-22, feuille 102 ; dossier 1771-133-5 (...)

33De fait, les résultats furent bien moins catastrophiques que ceux de la mobilisation de 1944-1945. Lors de la première vague d'appel du printemps 1950, en direction des hommes nés en 1928-1929, sur les 39 036 personnes convoquées, 11 seulement ne se présentèrent pas, puis 247 autres désertèrent au moment de l'envoi vers les détachements d'affectation. La collectivisation avait rendu l'enrôlement des campagnards bien plus facile : les appelés des kolkhozes se rendaient à leur convocation en groupe et en fanfare, même si les cas de beuverie, de vandalisme et de « hooliganisme » impliquant des appelés après leur passage devant les commissions d'appel cadraient mal avec cet enthousiasme de façade60. La seconde vague d'appel qui suivit, à l'automne, connut un succès encore plus certain, avec 9 personnes déserteurs et 5 au moment de l'incorporation. La tendance fut confirmée lors des autres vagues, lancées chaque année au printemps et à l'automne, vers des classes d'âge de plus en plus jeunes : les appelés de 1950 avaient au minimum 22 ans, contre 19 pour ceux de 195261. On avait commencé par enrôler ceux qui avaient bénéficié d'un long sursis en 1945-1949 (à long terme aucune classe d'âge n'échappa au service dans la Lituanie de l'après-guerre), pour finir par les personnes soumises aux obligations militaires enregistrées le plus récemment. Il n'y a qu'en 1952 que l'on constata un problème, avec plus d'une centaine de personnes qui ne répondirent pas à l'appel dans la région de Vilnius : des Polonais pour la plupart, pour lesquels le service militaire s'appliquait pour la première fois dans la république62. Après la guerre on avait plutôt fait le pari de leur évacuation vers la Pologne.

  • 63 Ibid., dossier 1771-133-17, feuilles 17-18.
  • 64  Dobrovol’noe Obshchestvo Sodeistviia Armii, Aviatsii i Floty.
  • 65 Ibid., dossier 1771-52-73, feuille 26 ; dossier 1771-133-17, feuille 199 ; dossier 1771-195-22.

34L'enrôlement des jeunes Lituaniens s'accompagnait d'un renforcement de leur préparation linguistique et militaire avant l'appel. Le 17 décembre 1951, le ministre de l'Éducation de Lituanie ordonna la liquidation de l'analphabétisme parmi les personnes soumises aux obligations militaires,les individus maîtrisant peu ou pas du tout le russe devant être repérés lors du recensement puis suivre des cours spécialement organisés pour eux, le plus souvent dans des écoles63. Quant à la préparation militaire des hommes soumis au service, elle devait bénéficier du redéploiement en 1948-1951 de l'OSOAVIAKhIM en DOSAAF64, organisation de soutien à l'armée, l'aviation et la flotte, toujours en charge de la préparation militaire des jeunes Soviétiques et de l'entraînement des soldats de réserve. En 1951, le DOSAAF en Lituanie comptait parmi ses membres plus de 25 000 personnes soumises aux obligations militaires,presque l'équivalent d'une classe d'âge, dont 20 000 suivaient un apprentissage militaire au sein de clubs et de cercles d'études : on ne se contentait plus de camps d'été. En pleine guerre froide, on initiait ainsi les jeunes Lituaniens à la mitraillette ou à la conduite, au pilotage ou à l'utilisation des radios. En 1952, sur le papier au moins, la majorité des personnes soumises aux obligations militaires des différentes régions de Lituanie avait déjà passé au moment de l'appel leurs niveaux de GTO (sport et culture physique), PVKhO (défense face aux attaques chimiques et au gaz) et GSO (formation au tir)65.

  • 66  Ibid., dossier 1771-92-28, feuilles 110-111 et 125 ; dossier 1771-108-25, feuilles 63-64.
  • 67  Les organes de sécurité.
  • 68  Ibid., dossier 1771-108-25, feuilles 23 et 63-64 ; dossier 1771-133-16, feuilles 144 et 234.
  • 69  Ibid., dossier 1771-133-16, feuilles 145 et 234 ; N.S. Tarkhova, Armiia i krest'ianstvo: Krasnaia (...)

35Pourtant, les Lituaniens continuaient de susciter une certaine méfiance, notamment ceux qui avaient été incorporés. Dès 1950, on signalait la désertion d'appelés qui avaient été envoyés non loin du foyer familial, dans l'oblast' de Kaliningrad (17 désertions en juillet), l'okrug militaire balte (35 désertions jusqu'au mois d'août) ou la flotte. Cela faisait moins d'une centaine de déserteurs au total, mais c'était suffisant pour que des rapports fussent envoyés au comité central lituanien. Car si elles reconnaissaient le rôle joué par le mépris et la cruauté de certains officiers russes à l'égard des appelés lituaniens, les autorités militaires incriminaient surtout le « manque de préparation politique » des hommes soumis au service militaireainsi que les liens entretenus par les déserteurs avec les « bandits » nationalistes66. Problème d'autant plus grave qu'il ne se limitait pas à quelques dizaines de désertions. En avril 1951, Antanas Sniečkus et les services de contre-espionnage de l'okrug militaire balte reçurent un rapport sur les humeurs anti-soviétiques de soldats de la 16e Division lituanienne en pleine guerre de Corée. La même année, 27 soldats de la division furent arrêtés par le M.G.B.67 pour des motifs politiques – contre 8 pour désertion – tout comme d'avril à octobre 1952 sept autres soldats dont un officier politique, un communiste et deux membres du Komsomol68. Certains protestaient contre les rations alimentaires insuffisantes, ou menaçaient leur sergent de règlements de comptes au village après la démobilisation. La propagande contre les Etats-Unis et le mode de vie des Américains passait mal : « Si l'homme avait la liberté d'aller où il veut, alors il pourrait savoir si les travailleurs vivent vraiment mal dans les pays capitalistes » osait le sapeur Kuodis en pleine réunion politique.Les « humeurs anti-soviétiques » se traduisaient aussi par de l'incrédulité face aux succès de la construction du socialisme en Lituanie, tels qu'ils étaient célébrés par la presse. Servant non loin de leurs familles, les soldats de la 16e Division bénéficiaient de visites, d'une correspondance soutenue et de permissions qui leur permettaient de se tenir informés de la réalité des choses. L'artilleur Narkiavičius avertissait ses camarades : « il ne faut pas croire ce qu'on écrit dans les journaux... Car je sais qu'on écrivait que chez nous, où j'habitais, un moulin avait été construit, mais il n'a pas encore été construit. Et c'est comme ça partout. » Plusieurs soldats se plaignaient des conditions de vie dans les kolkhozes récemment constitués (« on peut y mourir de faim »), ou refusaient finalement d'entrer au Komsomol, en état de choc après leur retour de permission : de même dans l'Armée rouge du début des années trente, la collectivisation affectait le moral des krasnoarmeitsy69.

  • 70  Archives du Parti Communiste de Lituanie, dossier 1771-133-16, feuille 5.

36Même si les cas de désertions et de « propos anti-soviétiques » rapportés ne concernaient finalement qu'un nombre assez limité de soldats, cela suffisait à entretenir la suspicion sur des soldats lituaniens jugés peu fiables. Est-ce pour cela que, par ses résolutions du 19 juillet et du 22 juillet 1952, le gouvernement soviétique préféra envoyer les lituaniens soumis au service militaire de la vague d'appel de l'automne non pas à l'armée mais dans les usines et sur les chantiers de construction de différentes régions de l'U.R.S.S.70? Quoi qu'il en soit, le « grand examen » ne semblait pas avoir donné de résultats pleinement satisfaisants.

  • 71  Cf. T. Agarin, « Demographic and Cultural Policies of the Soviet Union in Lithuania from 1944 to 1 (...)

37Pourtant bien du chemin avait été parcouru. Les obligations militaires avaient été finalement imposées à l'ensemble de la jeunesse lituanienne, par étapes, en commençant par le recensement et la formation militaire préalable dès 1941, pour finir par le service militaire universel en 1950, après une demi-décennie de guerre civile dont les séquelles de l'occupation allemande avaient été le ferment. Même si la division nationale formée pendant la guerre à partir des réfugiés et d'officiers issues de l'ancienne armée « bourgeoise » n'avait pas réussi à faire de l'Armée soviétique autre chose qu'un corps étranger pour la population (elle finit par être dissoute en même temps que les autres divisions nationales en 1956), les résistances avaient laissé place à la résignation : désormais il ne faisait plus de doute que le futur de la Lituanie serait soviétique, et qu'on ne pourrait pas plus échapper au service militaire qu'à la collectivisation. En soi, la reconnaissance d'un avenir inéluctablement soviétique représentait une victoire essentielle pour les autorités sur le chemin de la soviétisation71. En particulier, le service militaire et la préparation militaire qui le précédait étaient devenus une étape inévitable du passage à l'âge adulte – ceux qui cherchaient à y échapper étaient condamnés à la marginalité. Mais une meilleure compréhension du phénomène nécessitera de plus amples recherches, que ce soit par le recueil de témoignages oraux ou par le recours aux archives moscovites. Car le point de vue des hauts dirigeants soviétiques sur la question du service militaire en Lituanie demeure encore mal connu. Elle ne semble pas avoir été vraiment prioritaire pour Moscou, plus préoccupé par la lutte contre les partisans nationalistes et la collectivisation des terres. L'historique du service militaire en U.R.S.S. et les résultats de nos recherches montrent que cette institution n'était pas pensée comme l'instrument premier de la soviétisation, puisqu'il fallait d'abord passer par l'éducation politique de la population, la collectivisation et la diffusion de la langue russe. Le service militaire universel était moins le précurseur de ces transformations que leur aboutissement et un test de leur réussite, un « grand examen », en Lituanie comme dans le reste de l'U.R.S.S.

3836  R.G. Krisciunas: « The Emigrant Experience: the decision of Lithuanian refugees to emigrate, 1945-1950 », Lituanus, Lithuanian Quarterly Journal of Arts and Sciences, n°2(29), 1983.

Top of page

Notes

1  Cf. le film Shkola muzhestva de Vladimir Basov, 1954, sur un soldat de la guerre civile. Pour l'exaltation de la virilité des soldats, voir J.A. Sanborn, Drafting the Russian Nation: Military Conscription, Total War, and Mass politics, 1905-1925, Northern Illinois University Press, DeKalb, 2003 ; K. Petrone, « Masculinity and Heroism in Imperial and Soviet Military-Patriotic Cultures », in B. Evans Clements, R. Friedmann, D. Healy (eds.), Russian Masculinities in History and Culture, New York, Palgrave, 2002, pp. 172-193.

2  J. Adomaitis, « Bus ką palikti anūkams », Ūkininko Patarėjas, # 2270, 21 juin 2008, p. 15 ; le journaliste reprend les souvenir d'un couple de paysans apiculteurs qui sous Khrouchtchev s'obstinaient à vivre dans une ferme isolée à l'écart du village kolkhozien, malgré toutes les pressions des autorités locales : les propos rapportés ne reflètent donc ni une nostalgie de l'ancien temps soviétique, ni la propagande d'autrefois.

3  A.J. Rieber, « Civil Wars in the Soviet Union », Kritika: Explorations in Russian and Eurasian History, vol. 4, ;# 1, hiver 2003, pp. 129-162 ; A. Anusauskas, The Anti-Soviet Resistance in the Baltic States, Vilnius, Genocide and Resistance Research Centre of Lithuania, 1999 ; D. Kuodytė, R. Tracevskis, The Unknown War: Armed Anti-Soviet Resistance in Lithuania in 1944–1953, Vilnius, Genocide and Resistance Research Centre of Lithuania, 2004.

4  A. Lieven, The Baltic revolution: Estonia, Latvia, Lithuania and the path to independence, London, Yale University Press, 1993.

5  Sovietizatsiia, mot utilisé par Staline lui-même à propos des républiques baltes en 1939-1940. Cf. O. Mertelsmann (ed.), The Sovietization of the Baltic States, 1940-1956, Tartu, Kleio, 2003 ; E. Zubkova, Pribaltika i Kreml', 1940-1953, Moskva, Rosspen, 2008.

6  O. Mertelsmann (ed.), op. cit. ; E. Zubkova, op. cit. ; G. Simon, « Instrumente der Sowjetisierung in den annektierten westlichen Gebieten der Sowjetunion 1939-1950 », in H. Lemberg (Hrsg.), Sowjetisches Modell und nationale Prägung. Kontinuität und Wandel in Ostmitteleuropa nach dem Zweiten Weltkrieg, Marburg, J.G. Herder-Institut, 1991, pp. 13-20.

7  Cf. J.A. Sanborn, Drafting the Russian Nation,op. cit. ; des ouvrages plus généraux sur l'Armée soviétique abordent le problème du service militaire : W.S. Dunn Jr., Hitler's Nemesis: The Red Army, 1930-45, Mechanicsburg, Stackpole Books, 2009 ; R.R. Reese, The Soviet Military Experience: a History of the Soviet Army, 1917-1991, New York, Routledge, 2000 ; D. Herspring, Russian Civil-Military Relations, Bloomington, Indiana University Press, 1996.

8  Pour tout ce paragraphe, voir R.R. Reese, op. cit., pp. 56-63.

9  I.B. Berkhin, Voennaia reforma v SSSR (1924-1925 gg.), Moskva, Voenizdat, 1958 ; V.V. Gradosel'skii, « Natsional'nye voinskie formirovaniia v Krasnoi Armii (1918-1938 gg.) », Voenno-istoricheskii zhurnal, 2001, # 10, pp.2-7 ; S.L. Curran & D. Ponomareff, Managing the Ethnic Factor in the Russian and Soviet Armed Forces: An Historical Overview, Santa Monica, Rand Corporation, 1982 ; T. Rakowska-Harmstone, « "Brotherhood in Arms": The Ethnic Factor in the Soviet Armed Forces », in N.F. Dreisziger (ed.), Ethnic Armies: Polyethnic Armed Forces from the Time of the Habsburgs to the Age of the Superpowers, Waterloo (Canada), Wilfrid Laurier Press, 1990, pp. 123-157 ; Sc.M. McMichael, « National Formations of the Red Army, 1918-1938 », The Journal of Slavic Military Studies, vol. 3, # 4, 1990, pp. 613-644.

10  L.A. Burcev, « K voprosu o boesposobnosti territorial'nykh chastei Krasnoi Armii v 1920-e gody », Izvestiia Rossiiskogo gosudarstvennogo pedagogicheskogo universiteta imeni A.I. Gertsena, # 103, 2009, pp. 36-40.

11  Soiuz obshchestv sodeistviia oborone i aviatsionno-khimicheskomu stroitel’stvu SSSR [Editor’s note].

12  L. P. Borissov, « Osoaviakhim. Stranitsy istorii. 1927-1941 gody », Voprosy istorii, # 6, 1965 ; N.S. Simonov; « “Strengthen the defence of the land of Soviets”: The 1927 “war alarm” and its consequences », Europe-Asia Studies, vol. 48, # 8, décembre 1996, pp. 1355-1364.

13  Cité par T.D. Martin, The Affirmative Action Empire, Nations and Nationalism in the Soviet Union, 1923-1939, New York, Cornell University Press, 2001, p. 458.

14  G. Simon, Nationalism and Policy toward the Nationalities in the Soviet Union: From Totalitarian Dictatorship to Post-Stalinist Society, Boulder, Westview, 1991, p. 153.

15  Vedomosti Verkhovnogo Soveta SSSR, # 32 (55), 23 septembre 1939. Les différentes lois sur le service militaire sont consultables sur Internet : http ://www.soldat.ru/doc/law/law_war.

16  Dans la Lituanie de l'entre-deux-guerres le service durait 18 mois.

17  62 000 « tirailleurs » dans la Lituanie de 1940.

18  Une réforme agraire limita la taille des exploitations agricoles à 30 ha et distribua des lots de 10 ha aux « paysans pauvres » ; A.P. Efremenko, Agrarnye preobrazovaniia i nachalo socialisticheskogo stroitel'stva v Litovskoi derevne v 1940-1941 godakh, Vilnius, Akademiia Nauk Litovskoi SSR, 1972 ; Policy of Occupation Powers in Latvia, 1939-1991, a collection of documents, Riga, Nordik, 1999, pp. 96-117.

19  Lietuvos gyventojai 1923 m. rugsėjo 17 d. surašymo duomenys, Bureau central de statistiques, Kaunas, 1924 ; 1922 Üldrahvalugemise andmed, Comité de statistique, Tallinn, 1923 ; Latvijas statistikā gada grāmata 1936, Comité de statistique, Riga, 1936.

20  Lietuvos Komunistu partija skaičiais, 1918-1975 : Statistikos duomenu rinkinys, Vilnius, Mintis, 1976, p. 55 ; N. Maslauskienė, « Lietuvos tautinių mažumų įtraukimas į LSSR administraciją ir sovietinės biurokratijos tautiniai santykiai 1940–1941 m. », Genocidas ir Rezistencija, # 1(9), 2001, http ://www.genocid.lt/Leidyba/9/nijole.htm.

21  A. Čapenko, « Lietuvos Liaudies Armijos reorganizavimo į 29-ąjį teritorinį Raudonosios Armijos Šaulių Pulką istorija 1940-1941 m. », Karo Archyvas XXII, Generolo Jono Žemaičio Lietuvos karo akademija, Vilnius, 2007, pp. 353-363. Pour les statistiques des purges, voir les données de la commission internationale d'enquête sur les crimes commis par les régimes d'occupation nazi et soviétique en Lituanie, 2001 : http://www.komisija.lt/lt/dokumentas.php?id=15 ; voir aussi les archives du Parti communiste de Lituanie, dossier 1771-2-530, feuilles 4-15.

22  Archives du Parti communiste de Lituanie, dossier 1771-2-531, feuilles 1-48.

23  Ibid., dossier 1771-2-526.

24  B. Burauskaitė, « Genocido aukų vardyno statistikos duomenys », Lietuvos gyventojų genocidas, Ier tome, A-Ž. 1939-1941, Lietuvos gyventojų genocido ir rezistencijos tyrimo centras, Vilnius, 1999, p. 50; Aizvestie, 1941. gada 14 junijs, Latvijas Valsts Arhivs, Riga, Nordik, 2000.

25  St. Knezys, « Lietuvos kariuomenės naikinimas (1940 m. birželio 15 d.–1941 m.) », in Lietuvos gyventojų genocido ir rezistencijos tyrimo centras, Vilnius, 2004, http ://www.genocid.lt/GRTD/Tremtis/stasys.htm ; V. Brandišauskas, 1941m. birželio sukilimas, dokumentų rinkinys, Vilnius, Lietuvos gyventojų genocido ir rezistencijos tyrimo centras, 2000 ; A.Stepanianienė, Antisovietinis 1941 m. lietuvių sukilimas, Kaunas, Projektavimas Ir Kompiuteriai, 1996.

26  Cf. Amir Weiner, Making Sense of War: The Second World War and the Fate of the Bolshevik Revolution, Princeton, Princeton University Press, 2001 ; N.A. Kirsanov, « Natsional'nye formirovaniia Krasnoi Armii v Velikoi Otechestvennoi voine 1941-1945 », Otechestvennaia Istoriia, 1995, # 4, pp. 116-126 ; Perechen' ob''edinenii i soedinenii Sovetskikh Vooruzhennykh Sil, vkhodivshikh v sostav deistvuiushchei armii v period Velikoi Otechestvennoi voiny 1941-1945 gg., Moskva, Voenizdat, 1993.

27  R. Zizas, « Raudonosios Armijos 16-oji lietuviškoji šaulių diviziją : kelias nuo suformavimo iki katastrofos prie Aleksejevkos (1941-1943 m. vasaris-kovas) », Karo Archyvas XXII, op. cit., pp. 291-352.

28  Cf. R. Manley, « The Perils of Displacement: The Soviet Evacuee between Refugee and Deportee », Contemporary European History, # 16, 2007, pp. 495-509 ; L. Õispuu, Deportation from Estonia to Russia. 1941 & 1940-1953. Registers of Repressed Persons, livre 6, Estonian Repressed Persons Records Bureau, Tallinn, 2001 ; Archives du Parti communiste de Lituanie, dossier 1771-2-170.

29  Ce Lituanien s'était engagé dans l'Armée rouge dès février 1918.

30  Evacués au moment de l'invasion allemande ou déjà à Moscou pour suivre une formation en juin 1941.

31  Déjà, le commandement avait beaucoup tardé à engagé la division sur le front, la jugeant mal entraînée, trop peu russophone, et peut-être pas assez fiable : on comptait déjà plus d'une centaine de désertions fin 1942, ce qui était peu en comparaison avec le plus d'un million de déserteurs comptabilisés dans l'Armée rouge rien qu'en 1941, mais beaucoup quand on sait que les évacués lituaniens étaient généralement politiquement loyaux (ils avaient le plus souvent été évacués par choix) et que fin 1942 la 16e Division n'avait pas encore subi le baptême du feu. Archives du Parti communiste de Lituanie, dossiers 1771-6-42, feuilles 1-3, et 1771-6-187, feuilles 4-5 ; dossier 1771-5-57. Cf. V.E. Zviagintsev, Voina na vesakh Femidy. Voina 1941-1945 gg. v materialakh sledstvenno-sudebnykh del, Moskva, Terra, 2006 (reviewed in pipss.org - issue 8 on Military Justice, http://www.pipss.org/index1233.html) .

32  Archives du Parti Communiste de Lituanie, dossier 1771-6-185, feuilles 31-32.

33  Cf. T. Rakowska-Harmstone, « "Brotherhood in Arms"... », op. cit., p. 129.

34  Pour tout ce paragraphe et les chiffres donnés (tirés des archives laissées par les Allemands en Lituanie), voir A. Bubny, Vokiečių okupuota Lietuva (1941-1944), Vilnius, Lietuvos gyventojų genocido ir rezistencijos tyrimo centras, 1998, p. 110-138 et 383-422 ; M. Mackevičius : « Lithuanian Resistance to German Mobilization Attempts, 1941-1944 », Lituanus. Lithuanian Quarterly Journal of Arts and Sciences, vol. 32, # 4, hiver 1986 ; Sur les politiques d'exploitation des populations baltes par l'occupant nazi, voir S. Myllyniemi : Die Neuordnung der baltischen Länder 1941-1944. Zum nationalsozialistischen Inhalt der deutschen Besetzungspolitik, Historiallisia Tutkimuksia. (Dissertationes Historicae II), Helsinki, 1973, notamment p. 89 et pp. 231-239.

35  A. Bubnys, ibid. ; M. Mackevičius, ibid.

37  Cf. Y. Leclère: L'Appel de la Russie. Les communautés vieilles-croyantes des territoires baltes de la russification à la soviétisation, 1863-1953, Thèse de doctorat, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, 2006, pp. 399-400 et pp. 406-410.

38  Sur l'ensemble de la Lituanie, 58 620 personnes sur 187 445 manquaient toujours à l'appel : Archives du Parti communiste de Lituanie, dossier 1771-7-313, feuilles 1-2 ; dossier 1771-8-188, feuilles 9-13 ; V. Tininis, « Forcible Mobilization. Forcible use of Lithuanian people in the USSR Armed Forces before the end of WWII. August 1944 - May 1945 », 6e session de la Commission internationale pour l'évaluation des crimes des régimes d'occupation nazi et soviétique en Lituanie, 17-19 juin 2002, http ://www.komisija.lt/en/naujiena.php?id=56.

39  Un millier de désertions comptabilisées en décembre 1944 dans la 50e Division : Archives du Parti communiste de Lituanie, dossier 1771-8-188, feuilles 1-2, 8-13, 62 et 120.

40 L. Daugherty, « The reluctant warriors: The Non-Russian nationalities in service of the red army during the great patriotic war 1941–1945 », The Journal of Slavic Military Studies, vol. 6, # 3, 1993, pp. 426–445.

41  Prikazy Narodnogo Komissara Oborony SSSR, 1943-1945 gg., Moskva, Terra, 1997, pp. 341-342.

42  J. Dobrovolskas, Lietuviai kariai Didžiojo Tėvynės karo frontuose, Vilnius, 1967, pp. 148-183 ; M. Pocius, « “Nepatikimojo” 50-oji lietuviškoji šaulių divizija », Genocidas ir rezistencija, # 2, 1998. pp.134-138.

43  Archives du Parti communiste de Lituanie, dossier 1771-8-188, feuille 84 ; Prikazy Narodnogo Komissara Oborony SSSR...., op. cit., pp. 354-355.

44  R.J. Swider Jr., Soviet Military Reform in the Twentieth Century. Three Case Studies, Santa Barbara, Greenwood Press, 1992 ; E. Zubkova, Russia After the War: Hopes, Illusions, and Disappointments, 1945-1957, New York, M.E. Sharpe, 1998. Mark Edele, Soviet Veterans of the Second World War. A Popular Movement in an Authoritarian Society, 1941-1991, Oxford, Oxford University Press, 2008.

45  Iu. Veremeev, « Komplektovanie Sovetskoi (Krasnoi) Armii », in Anatomiia Armii, 2000, http://army.armor.kiev.ua/hist/k_sov_arm.shtml.

46  On ne déplora que 60 désertions au moment de l'envoi vers les détachements d'affectation ; Archives du Parti Communiste de Lituanie, dossiers 1771-10-6, feuilles 184-187, et 1771-10-338, feuille 5-12.

47  Ibid., dossier 1771-11-281, feuille 88 ; dossier 1771-195-5 ; dossier 1771-52-73, feuilles 36,55, 127-129.

48  Parmi les 537 appelés de décembre 1948, on compta 310 ouvriers et 135 employés, contre seulement 92 paysans : ibid., dossier 1771-52-73, feuilles 127-129.

49  En février-mars 1948, le commandement de l'okrug militaire balte demanda 550 conscrits lituaniens et 150 de nationalité « non balte », tandis que l'appel de décembre 1948 fournit 145 appelés lituaniens contre 392 « non baltes », ibid., dossier 1771-11-281, feuille 88 ; dossier 1771-52-73, feuilles 127-129.

50  Parmi les 237 personnes qui n'avaient pas répondu à l'appel lancé en 1946, seules 52 avaient été poursuivies en justice : Archives du Parti communiste de Lituanie, dossier 1771-92-28, feuille 118.

51  Un peu plus de 5 000 volontaires dans ces bataillons en 1947 : J. Starkauskas, Stribai. Ginkluotieji kolaborantai Lietuvoje partizaninio karo laikotarpiu (1944-1953), Lietuvos gyventojų genocido ir rezistencijos tyrimo centras, Vilnius, 2001.

52  Sur les 17 683 personnes attendues au printemps 1946, 14 391 vinrent, la différence s'expliquant selon les autorités par le départ de nombreuses familles de nationalité polonaise vers la Pologne : Archives du Parti communiste de Lituanie, dossier 1771-9-591, feuille 19 ; dossier 1771-9-591, feuilles 29-37.

53  Ibid., dossier 1771-10-338, feuille 21 ; dossier 1771-9-56, feuilles 11-12 ; dossier 1771-195-9, feuille 136.

54  Archives Centrales d'Etat de Lituanie, dossier R754-13-78 feuilles 26 et 68-70 ; dossier R754-13-117, feuille 15 ; dossier R754-13-165, feuille 66.

55  Cf. N. Moine, « Système des passeports, marginaux et marginalisation en URSS 1932-1953 », Communisme, # 71-72, 2003, pp.87-108 et « Le système des passeports à l’époque stalinienne. De la purge des grandes villes au morcellement du territoire, 1932-1953 », Revue d'Histoire Moderne et Contemporaine, # 50-1, janvier-mars 2003, pp. 145-169 ; C. Gousseff, « ''Kto naš, kto ne naš''. Théorie et pratiques de la citoyenneté à l’égard des populations conquises. Le cas des Polonais en URSS, 1939-1946 », Cahiers du monde russe, # 44/2-3, 2003, Les pratiques administratives en Union soviétique, 1920-1960 , pp. 519-558.

56  Archives Centrales d’État de Lituanie, dossier R754-13-116, feuille 71 ; dossier R754-13-165, feuille 5 ; dossier R754-13-118, feuille 39 ; dossier R-754-13-284, feuille 38.

57  Les premiers jours de l'opération, 12% des convoqués ne se présentèrent pas : ibid., dossier R754-13-165, feuilles 34-40 ; dossier R754-13-116, feuille 73.

58  Iu. Veremeev, « Komplektovanie Sovetskoi (Krasnoi) Armii », op. cit.

59  Note de juillet 1950 ; Archives du Parti communiste de Lituanie, dossier 1771-92-28, feuille 85.

60  Ibid., dossier 1771-92-28, feuilles 61, 69-78, 80, 87, 95-96, 128 et 181.

61  Ibid., dossier 1771-108-25, feuilles 170-171.

62  Ibid., dossier 1771-133-16, feuilles 10-15 ; dossier 1771-195-22, feuille 102 ; dossier 1771-133-54, feuille 197.

63 Ibid., dossier 1771-133-17, feuilles 17-18.

64  Dobrovol’noe Obshchestvo Sodeistviia Armii, Aviatsii i Floty.

65 Ibid., dossier 1771-52-73, feuille 26 ; dossier 1771-133-17, feuille 199 ; dossier 1771-195-22.

66  Ibid., dossier 1771-92-28, feuilles 110-111 et 125 ; dossier 1771-108-25, feuilles 63-64.

67  Les organes de sécurité.

68  Ibid., dossier 1771-108-25, feuilles 23 et 63-64 ; dossier 1771-133-16, feuilles 144 et 234.

69  Ibid., dossier 1771-133-16, feuilles 145 et 234 ; N.S. Tarkhova, Armiia i krest'ianstvo: Krasnaia armiia i kollektivizatsiia sovetskoi derevni, Moskva, Letnii sad, 2006.

70  Archives du Parti Communiste de Lituanie, dossier 1771-133-16, feuille 5.

71  Cf. T. Agarin, « Demographic and Cultural Policies of the Soviet Union in Lithuania from 1944 to 1956. A Post-colonial Perspective », in O. Mertelsmann, The Sovietization of the Baltic States, op. cit., pp.111-126.

Top of page

References

Electronic reference

Yvan Leclère, « L'imposition des obligations militaires en Lituanie soviétique, 1940-1953 », The Journal of Power Institutions in Post-Soviet Societies [Online], Issue 10 | 2009, Online since 07 December 2009, connection on 21 October 2017. URL : http://pipss.revues.org/3732

Top of page

About the author

Yvan Leclère

Centre culturel français de Vilnius / Vilnius French Cultural Center

Top of page

Copyright

Creative Commons License

Creative Commons License

This text is under a Creative Commons license : Attribution-Noncommercial-No Derivative Works 2.0 Generic

Top of page