Skip to navigation – Site map
Military Justice - Articles

L’opinion publique russe et l’affaire Boudanov [Russian Public Opinion and The Budanov Case]

Amandine Regamey

Abstract

In March 2000, Colonel Yuri Budanov kidnapped, raped and killed a young Chechen girl from the village of Tangui-Chu. After his arrest and during the entire trial, he claimed that she was a sniper who had murdered several of his soldiers, and that he had lost his temper and strangled her, but he denied raping her. High-ranking military officials closed ranks behind him, and at all stages of his trial demonstrations of support were organised in front of the court. He was finally condemned to ten years of imprisonment in July 2003. The aim of this article is to study how Russian public opinion perceived this case, using different kinds of sources (newspapers, forums and discussions on the Internet, public opinion polls, Human rights report, etc.). How were the events covered by the Russian medias? Some groups (the military, the Cossacks, fascist groups) can be identified as his supporters. But what support did he receive from the general public and on what basis? Which arguments were used to defend Budanov and how were they perceived? Was this crime “justified” by the vengeance against “a sniper”, by the “laws of war”? Was Budanov a scapegoat sacrificed for the sake of good relations with the West? Defining the attitude towards Budanov might help explain why other Russian servicemen charged with crimes against Chechen civilians (the Ulman group, Arkacheev-Khudiakov) have been systematically acquitted by a popular jury.

Top of page

Full text

1Dans la nuit du 26 au 27 mars 2000, alors que les forces russes occupent la quasi-totalité du territoire tchétchène, le commandant du 160e régiment de blindé Iouri Boudanov se rend dans le village de Tangui-Tchou et enlève une jeune fille de 18 ans, Elza Koungaïeva. Quelques heures plus tard, ses subordonnés découvrent dans son cantonnement le corps dénudé et sans vie de la jeune fille, et se voient intimer l’ordre de l’enterrer.

2L’affaire aurait pu rester impunie comme tant d’autres en Tchétchénie si le 30 mars 2000 elle n’avait pas été rendue publique par l’état-major militaire ; la presse russe annonce alors l’inculpation de Boudanov pour meurtre avec préméditation dans des circonstances aggravantes (article 105-2 du code pénal) et rapporte que selon « les conclusions préalables de l’enquête […] Boudanov a violé la jeune fille, puis l’a étranglée »1.

3Autant que l’enchaînement des événements sur place2, le contexte international peut expliquer que les autorités russes se soient exceptionnellement saisies de l’affaire. Le meurtre a eu lieu le jour même de l’élection présidentielle de mars 2000, et V. Poutine cherche visiblement à restaurer l’image de la Russie, mise à mal par les accusations de « crimes contre l’humanité » en Tchétchénie et la dénonciation des tortures dans les « camps de filtration », prisons légales ou illégales. Il annonce l’ouverture des prisons au CICR3, et dénonce l’affaire Boudanov à la veille de l’ouverture de la 56e session de la Commission des droits de l’Homme de l’ONU, suggérant ainsi que la Russie lutte contre les crimes commis par son armée.

4Pourtant, ce n’est que trois ans plus tard que le procès du colonel Boudanov aboutit, après l’abandon d’une partie significative des charges pesant contre lui, pas moins de six expertises psychiatriques et plusieurs rebondissements. En mai 2002, Boudanov est reconnu irresponsable au moment des faits par une expertise psychiatrique de l'institut moscovite Serbski, et le procureur militaire Sergueï Nazarov recommande l'amnistie. Mais début juillet 2002, à la veille du verdict, Nazarov est remplacé, et une nouvelle expertise est ordonnée : l’affaire, qui semblait devoir être enterrée, est relancée. Pourtant, le 31 décembre 2002, Boudanov est condamné à un simple traitement dans un hôpital psychiatrique, sur la base d’une quatrième expertise psychiatrique le jugeant irresponsable.

5Nouvelle volte-face en mars 2003 : la Cour Suprême casse le jugement pour vices de procédure et renvoie l’affaire devant le tribunal militaire de Rostov-sur-le-Don. En juillet 2003, Boudanov est reconnu coupable d'abus de pouvoir, enlèvement et meurtre (articles 105-2 126-3 et 286-3 du code pénal russe), et condamné à 10 ans de détention en camp à régime sévère ; il se voit également retirer son grade de colonel et une médaille pour bravoure.

6L’affaire est exceptionnelle dans le contexte d’impunité généralisée qui règne en Tchétchénie depuis 1999. Les massacres de Novye Aldi, qui ont eu lieu début février 2000 dans la banlieue de Grozny et fait 56 morts, n’ont toujours pas été jugés en Russie4. Depuis le début de la seconde guerre, en 1999, alors que la population civile a été la première victime des crimes commis par les forces russes les procès se comptent sur les doigts de la main : affaire Boudanov, Lapine, Oulman et son groupe, Arkatcheev-Khoudiakov5. Même si la Russie a été condamnée plus de trente fois pour des crimes commis contre des civils en Tchétchénie depuis 1999 par la Cour européenne des droits de l’Homme, et que des hauts gradés russes, responsables opérations militaires sur le terrain, sont directement mis en cause, aucun d’entre eux n’a été poursuivi. Au contraire Vladimir Chamanov, commandant du front Ouest au début de la guerre et nommément mis en cause par la CEDH dans l’affaire Issaeva vs Russie est nommé en novembre 2007, « responsable de la formation militaire » au sein de l’état-major russe.

7Largement couverte par les médias, l’affaire Boudanov présente un intérêt certain pour qui veut cerner l’attitude de la société russe face à la guerre de Tchétchénie et aux crimes dont est accusée l’armée russe. Plusieurs personnalités ou groupes politiques se sont mobilisés en faveur de l’accusé, et si l’on ne peut déduire de ces mobilisations qu’il existe un soutien massif de l’opinion publique à Boudanov, on peut noter néanmoins qu’entre indifférence et compassion, les voix appelant à le juger à la hauteur des crimes qu’il a commis sont peu audibles. On s’intéressera donc plutôt aux arguments en faveur de Boudanov, en montrant comment s’y construit une certaine vision de la justice. En amont se pose la question de la qualification de l’acte commis par Boudanov et des règles selon lesquelles il doit être jugé ; en aval, c’est le principe même du procès qui est contesté, ainsi que son issue, nombreux étant ceux qui estiment que l’officier russe a été « trahi » ou « vendu » par l’État qui l’a envoyé combattre.

L’opinion russe derrière Boudanov ?

8Dès 2000, des voix s’élèvent pour dénoncer les crimes commis par Boudanov, comme celles du quotidien Novaïa Gazeta et de la journaliste A. Politkovskaïa, des associations de mères de soldats, des mouvements antifascistes ou des groupes opposés à la guerre de Tchétchénie, telle l’Association antimilitariste radicale (ARA6) ou le Mouvement anti-guerre7. Les défenseurs des droits de l’Homme mènent une campagne contre l’impunité, et le centre des droits de l’Homme « Mémorial » prend en charge une partie des frais d’avocats de la famille. Ces positions semblent cependant minoritaires : selon un sondage du VTsIOM de juillet 2002, 15 % seulement des personnes interrogées pensent « qu’il faut le juger avec toute la sévérité de la loi pour le crime qu’il a commis »8. Au contraire, la mobilisation en faveur de Boudanov est frappante, d’autant qu’elle intervient dans un contexte que l’on pourrait qualifier d’indifférence plutôt bienveillante à Boudanov.

Les mobilisations en soutien à Boudanov

9Quand le procès de Boudanov s’ouvre à Rostov-sur-le-Don en avril 2001, un an après son arrestation, des manifestations ont lieu devant le tribunal : « jeunes activistes du parti fasciste Unité nationale russe (RNE) faisant le salut hitlérien, cosaques en tenue et retraités hargneux, accrochés à leur banderoles de soutien au "héros russe Boudanov" »9. « Nettoyons l’Itchkérie10 selon les méthodes de Béria » proclame une affiche11. «"C’est la Russie qu’on juge", "Liberté pour le héros russe", tels étaient les slogans scandés par les protestataires. « […] L’opinion publique dans sa majorité était pour Boudanov. Dans les meetings qui se tenaient au pied du tribunal, on voyait flotter le drapeau communiste. Quand l’accusé pénétrait dans le bâtiment, on lui jetait des fleurs »12.

10Son ancien supérieur, le général Chamanov, gouverneur de la région d’Oulianovsk (entre 2000 et 2004), lui-même accusé depuis de crimes de guerre en Tchétchénie, prend publiquement sa défense : affirmant que l’accusé est innocent, il réclame l’acquittement de celui qu’il qualifie de « véritable officier, honneur de la Russie »13.

11Au même moment, de nombreuses organisations s’adressent à V. Poutine, dont elles demandent l’intervention et le soutien. « Le président de Bouriatie, Leonid Potapov, sur l’initiative du département local du Conseil des parents de soldats14, s’est adressé à V. Poutine en lui demandant d’accorder toute son attention à l’affaire Boudanov (le 160e régiment était auparavant basé sur le territoire de la Bouriatie). Le Conseil des parents de soldats de Briansk dirigé par Alla Vlasova est allé plus loin, demandant au président " d’intervenir dans ce qui se passe et de libérer le colonel Boudanov". L’Union des officiers de la garnison de Volgograd a envoyé à Poutine une lettre demandant d’arrêter le procès car "en la personne de Boudanov, c’est toute l’armée qu’on juge alors qu’elle remplit son devoir en Tchétchénie". La direction des troupes cosaques du Don a exigé que soit "soutenue l’armée en la personne du colonel Boudanov", annonçant que "l’attitude des Cosaques envers Poutine sera déterminée dans le futur par la fermeté de ses positions dans cette affaire"»15.

12Des partis ou des hommes politiques s’engagent également en sa faveur. En 2003, le leader du LDPR Jirinovski appelle officiellement à la libération de Boudanov, et en juillet 2003, il envisageait toujours d’inclure celui-ci sur les listes de son parti pour les élections parlementaires de décembre, comptant sur une amnistie d’ici-là16. Quant à Dmitri Rogozine, un des créateurs du parti « Rodina », il réanime en 2006 le Congrès des communautés russes17 et prend comme exemple le colonel Boudanov lorsqu’il annonce à cette occasion « qu’il faut travailler de manière systématique et acharnée pour défendre les droits du peuple russe, et de chacun de ses représentants »18.

13Boudanov devient surtout un symbole dans les organisations d’extrême-droite, comme le DPNI (Mouvement contre l’immigration illégal19) ou RNE (Union Nationale Russe20), qui parle du « procès inique contre l’Officier Russe Iouri Boudanov, qui s’est battu sans reproche et héroïquement contre les combattants tchétchènes et les mercenaires étrangers » et appelle à « soutenir et défendre de toutes vos forces l’Officier Russe Iouri Boudanov contre l’hypocrisie et l’arbitraire du pouvoir. Dieu est avec nous !»21.

14Le NBP (Parti national bolchevique d’Édouard Limonov) le défend également, expliquant qu’ « il est clair, que le colonel Boudanov n’est pas un ange. Mais nous détestons ce pouvoir qui montre son caractère "civilisé" au prix du déshonneur d’un officier russe […]. Notre slogan "Liberté pour le colonel Boudanov" dépasse le destin d’un seul homme. Nous disons "Boudanov" et sous-entendons "l’armée russe", sa liberté face aux généraux corrompus et à la bureaucratie scélérate »22.

15Boudanov reste un symbole plusieurs années après sa condamnation. Des affiches appelant à sa libération sont visibles lors des « marches russes » de 2005 et de 2006 organisées dans différentes villes de Russie23, le groupe de musique phare des skinheads, Kolovrat, inclut sa photo dans un clip dédié aux « prisonniers d’opinion »24. Au début de l’année 2008, une chanson circule sur le net, expressément dédiée au « Héros russe » et commençant par :

« Iouri Boudanov- est un soldat russe

Iouri Boudanov est mon frère d’âme

En mettant une balle à cette jeune vipère

Tu as fait ce qu’il fallait, mon frère »25 

16On retrouve son nom jusque dans les matchs de foot. Ainsi en avril 2008, un match entre le club moscovite TsSKA et le club tchétchène Terek s’est soldé par une bagarre entre les supporters des deux clubs, les premiers ayant scandé les noms - détestés par les seconds - de « Ermolov26 – Boudanov » et déployé une immense banderole « Boudanov est un héros de la Russie»27.

Une opinion publique entre indifférence et compassion

17Peut-on conclure de ces mobilisations que l’opinion publique russe est majoritairement en faveur du colonel Boudanov ? La plus grande visibilité et l’activisme de certains groupes ne risquent-ils pas d’induire une surévaluation de ces opinions favorables ? Comme le note Anna Politkovskaïa, le fait que le procès ait eu lieu à Rostov n’est pas étranger à l’ampleur des soutiens exprimés. « Dans cette ville on ressent partout l’influence de l’armée. C’est là que se trouve l’hôpital militaire par lequel sont passés des milliers de soldats blessés et estropiés dans le conflit tchétchène. Et c’est encore là que vivent les familles des nombreux officiers affectés en Tchétchénie. Cette réalité a joué un grand rôle dans l’évolution du procès Boudanov »28. On comprend dans ces conditions que « début 2001, un sondage réalisé sur Échos de Rostov [liée à la très libérale radio Échos de Moscou], donnait une majorité écrasante (85 %) en faveur de sa libération immédiate »29.

18Ailleurs en Russie, il est probable que les opinions sont moins tranchées : les sondages laissent d’ailleurs transparaître un grand nombre de personnes qui soit n’ont jamais entendu parler de l’affaire Boudanov (15 % lors d’un sondage de juillet 200230), soit ne se prononcent pas (entre 15 et 20 % dans les sondages de juillet 2002 et août 200331).

19D’autre part, certains groupes restent assez peu audibles, comme c’est le cas des militaires. On peut penser, comme l’écrit Spetsnaz (journal des vétérans des commandos spéciaux) que « les affaires portées en justice ne suscitent pas dans l’armée d’intérêt particulier. En douce, les collègues apportent leur aide, bien sûr, mais l’état d’esprit qui prédomine est "on ne me touche pas, c’est l’essentiel" »32. Et si les militaires ne prennent pas publiquement parti parce que les prises de position politiques leur sont interdites, comment expliquer le silence des organisations de vétérans33 ? Il est possible qu’une fraction des militaires juge négativement (voire plus sévèrement que le reste de la population russe) le crime de Boudanov : amenés à servir en Tchétchénie, ils savent que ce type de crimes renforce les tensions avec la population locale et peut mettre en danger leur propre sécurité. L’impression d’être discrédité par quelques « brebis galeuses » doit jouer également, comme le résume Arkadi Baskaev, député à la Douma et commandant militaire de Grozny en 1995 : « C’est à cause de personnes comme Boudanov qu’on a commencé à dire que tous ceux qui sont passés par la Tchétchénie sont comme ca. Et je ne veux pas me retrouver sur cette liste. Donc, que Boudanov réponde de ses actes de A à Z ! »34.

20Enfin, tenter de déterminer si telle ou telle opinion est « répandue » ou « caractéristique » de la société russe soulève de nombreux écueils et suppose de croiser plusieurs sources. On s’intéressera tout d’abord à ceux qui peuvent être définis comme des « faiseurs d’opinion » : la télévision, les journaux (pour comprendre comment l’affaire a été présentée), les films (porteurs de différents stéréotypes), mais aussi les hommes politiques qui prétendent « parler au nom du peuple russe » ou dont les déclarations sont susceptibles de l’influencer.

21Les sondages constituent une seconde source, même s’ils posent le problème de l’inférence à toute la société russe des opinions exprimées par un échantillon représentatif de 1600 personnes (dans le cas des sondages du VTsIOM35), ou d’un échantillon constitué au hasard, par les téléspectateurs ou les auditeurs de telle ou telle émission36. De plus la formulation des questions dans ces sondages canalise l’expression de l’opinion publique : elles obligent les personnes interrogées à se prononcer sur des questions qui ne sont pas forcément d’actualité pour elles, selon des formules qu’elles n’auraient pas utilisées et/ou qui empêchent la pluralité des opinions ou des nuances37.

22Pour compenser partiellement ce biais, on tentera de retrouver les modes d’expression directe de la population russe : dans les interviews données aux journaux ou à la télévision, mais surtout sur différents forums internet et sur des blogs. L’utilisation de ces sources sur Internet pose certes également des problèmes méthodologiques : absence de représentativité (réduite aux seules personnes ayant accès au réseau), expression souvent outrancière sous couvert de d’anonymat, surreprésentation des personnes mobilisées au détriment d’une majorité qui n’a pas d’avis sur le sujet. Néanmoins, les déclarations glanées au hasard des recherches sur Internet sont intéressantes en tant qu’elles peuvent à un moment donné « cristalliser » certains arguments, idées, positions qui reviennent souvent, et surtout qu’elles montrent la manière dont les arguments circulent.

23Si l’on confronte l’ensemble de ces sources, l’impression qui domine, plus que d’un soutien affirmé à Boudanov, est plutôt celle de la compassion et de la pitié. Ainsi en août 2003, un sondage du VTsIOM réalisé juste après le verdict condamnant Boudanov à 10 ans de prison montre que 52 % des personnes interrogées trouvent le verdict trop sévère, alors que 19 % seulement le trouvent juste et 4 % trop clément38.

24Lors de l’ouverture du procès en 2001, le ministre de la défense Sergueï Ivanov affirme que « du point de vue de la loi et de la réflexion à froid », le tribunal militaire doit condamner Boudanov à la hauteur de la faute commise, mais ajoute que « humainement, oui, moi aussi je compatis. Si vous voulez, Boudanov est une victime des circonstances et des défauts de notre législation39 ».

25« Pauvre Ioura » titre pour sa part le quotidien Moskovski Komsomolets dans un article du 23 septembre 2004, après l’échec de demande de grâce présidentielle40. Tandis qu’un forum du 9 juillet 2002 sur un site de discussion généraliste où se retrouvent apparemment des fans d’informatique s’intitule « Boudanov, martyr vs meurtrier» et commence par ces échanges entre trois « pseudos » :

« Timmi : Je veux entendre la voix du peuple à ce sujet

Hawk : C’est un bouc émissaire

Burn : Et cette solution, à la fois martyr et meurtrier, ca ne vous vas pas ? A la guerre, n’importe qui peut péter les plombs »41.

26Ce serait donc envers Boudanov et non envers sa victime que s’exerce la compassion42. Cette situation ne peut s’expliquer que par la construction d’une représentation fallacieuse de la jeune victime en « combattante », à l’instar du discours prédominant en Russie à l’époque qui fait du peuple Tchétchène tout entier un peuple ennemi.

27La justification du meurtre 

28Initialement accusé de viol, Boudanov sera finalement jugé uniquement pour enlèvement, meurtre et abus de pouvoir. En effet, une expertise médico-légale a conclu que le viol eu lieu post-mortem, et « au cours de l'instruction, un soldat - l'un de ceux qui enterrèrent Elza - s'accusera à sa place : il fut jugé à la sauvette et amnistié. Mais la première expertise médico-légale […] conclut qu'Elza a été violée et sodomisée "environ une heure avant sa mort", probablement par un objet dur »43 Cette première expertise coïncide avec d’autres témoignages qui prouvent clairement que le colonel s’est rendu au village voisin en état d’ébriété avancée, et « a encore ramené une bonne femme » selon la déposition d’un des soldats44. C’est d’ailleurs bien la version d’un crime de droit commun, viol et meurtre, qui est mise en avant par la hiérarchie militaire fin mars 2000, quand le chef d’état-major, le général Kvachnine, qualifie Boudanov de « bandit » et de « salopard » affirmant qu’il « faut extirper à la racine de tels individus du collectif des forces armées »45.

29Mais dès le mois d’avril 2000, la presse ne présente plus Boudanov que comme accusé de meurtre, et il faut remonter jusqu’en mars 2000 pour retrouver les dépêches évoquant le viol. L’abandon de l’accusation de viol signifie que Boudanov ne répond que de la moitié de ses actes, mais permet surtout une requalification de ceux-ci, en favorisant un double glissement. L’aspect sexuel de l’affaire ayant été « gommé », l’accusé peut expliquer que c’est lors d’un interrogatoire qu’il a tué sa victime, et l’homicide devient « bavure » commise dans le cadre de ses fonctions. La jeune femme est ainsi transformée, sans aucune preuve en membre des « forces armées illégales », et la question des crimes commis par l’armée russe contre la population civile est éludée : la discussion porte uniquement sur les règles applicables en temps de guerre contre les combattants ennemis.

La transformation de la victime en sniper

30Boudanov ne nie pas le meurtre, mais se justifie en expliquant qu’il pensait que la jeune femme était un sniper (franc-tireur), responsable de la mort de plusieurs de ses hommes. Jamais pourtant il ne pourra apporter de preuves étayant non seulement ses allégations, mais simplement ses soupçons de l’époque : il évoque une photographie d’Elza un fusil à la main, qui ne sera jamais versée au dossier et entretient la confusion sur l’identité de la femme recherchée (Elza Koungaïeva ou sa mère).

31Néanmoins, la presse russe ne s’intéresse pas à l’identité réelle de la jeune fille, et les dépêches de presse reprennent dès 2000 l’argumentation de la défense : « La jeune fille Tchétchène étranglée par Boudanov était un sniper » titre Lenta.ru46 dès le 30 mars 2000, expliquant que « l’instruction de l’affaire du colonel Boudanov est arrivée à la conclusion que la jeune fille tchétchène de 18 ans, dont l’ancien commandant du 160e régiment de tanks Iouri Boudanov est accusé du viol et du meurtre, était sniper dans une bande de boeviki (combattants tchétchènes). De plus, l’exhumation du corps de la victime n’a pas confirmé le fait qu’elle ait été violée »47. Même si des démentis sont opposés par la suite par d’autres instances, comme la procurature militaire, l’idée que la jeune fille était un sniper fait son chemin.

32Finalement, l’acte d’accusation construit par la procurature reprend et accrédite totalement les allégations de Boudanov : «Le 26 mars à minuit, Boudanov, agissant sans instruction de ses supérieurs, décida de son propre chef d’entrer dans le village de Tangui afin de vérifier la présence éventuelle, au numéro 7 de la rue Zarietchnaïa, de membres d’un groupe armé clandestin. […] C’est à ce moment-là que le colonel informa les soldats embarqués sur le blindé, nommément les sergents Grigoriev, Iegorov et Li-En-Chou, que leur mission continuait à arrêter un sniper de sexe féminin » Plus tard, continue l’acte d’accusation « Boudanov étant convaincu que Koungaïeva appartenait à un groupe armé clandestin et qu’à ce titre elle était impliquée dans la mort de plusieurs de ses hommes le 20 janvier 2000, il décida de la tuer »48.

33De hauts gradés confirment publiquement sa version. Le général Trochev, commandant du front Est dit avoir été confronté en Tchétchénie à des boeviki-femmes et précise que « dans leur majorité c'était des snipers »49. Dans une interview au quotidien Novaïa Gazeta du 19 juin 2000, le général Chamanov se demande «comment peut-on faire la différence entre une femme [de combattant] et une femme sniper ? »50, et quand le journal Segodnia l’interroge en 2001, sur les éléments qui prouveraient que cette femme ait été un sniper, il répond par une pirouette verbale : « Vous savez, il y a une expression : si ma grand-mère avait une certaine chose, elle serait mon grand-père. Je me suis rendu sur place quand l’événement a eu lieu, j’ai mené mon enquête. Et je déclare en toute responsabilité : Boudanov n’est pas coupable, et personne ne réussira à l’accuser »51.

34L’argument rencontre aussi un accueil favorable dans l’opinion publique : selon un sondage du VTsIOM de juillet 2002, 24 % des personnes interrogées croient à la version selon laquelle « Boudanov a étranglé la jeune fille tchétchène quand il a appris qu’elle était un sniper »52.

35L’explication a d’autant plus de succès qu’elle renvoie à deux mythes présents dans l’armée russe et largement repris dans les médias, les déclarations officielles, mais aussi les séries télévisées et les films de guerre : la légende des femmes snipers d’un côté, l’idée qu’il n’y a pas vraiment de civils en Tchétchénie de l’autre.

36Depuis la première guerre en effet, la légende court dans l’armée russe que des femmes (baltes, ukrainiennes, tchétchènes) combattent au côté de troupes tchétchènes. Elles seraient utilisées comme sniper en raison de la grande précision de leur tir (une pratique innovée en réalité dans l’armée soviétique pendant la seconde guerre mondiale avec ce même argument). L’image de ces « collants blancs » se retrouve dans de multiples films produits sur la guerre de Tchétchénie, de Moujskaïa rabota (Un travail d’homme, T.Keosaian, 2001) à Proryv (La Percée, Loukine, 2006) en passant par Kavkazskaïa Rouletka (La Roulette du Caucase, Popov, 2006), qui raconte l’histoire d’une jeune femme sniper russe tentant échapper à son fiancé tchétchène et à son destin. Blokpost (Le poste, 1999), de Rogojkine, évoqué explicitement sur un des forums internet consacrés l’affaire Boudanov53, raconte également comment un mystérieux sniper embusqué menace les soldats gardant un poste de contrôle : le spectateur découvre à la fin qu’il s’agissait d’une jeune villageoise, qui venait régulièrement proposer aux soldats sa sœur sourd-muette, dont elle faisait payer les services… en cartouches.

37Blokpost, comme beaucoup d’autres films, suggère de manière plus générale qu’il n’y a pas de civils en Tchétchénie, puisque les femmes tirent sur les soldats, les enfants font exploser des mines, et la population hostile cache et nourrit les combattants. L’idée que toute la population est composée de combattants potentiels se nourrit de nombreuses déclarations de militaires et de politiques, de l’ultimatum du 6 décembre 1999 - enjoignant tous les habitants de Grozny de quitter la ville sous peine d'être considérés comme des terroristes et exterminés -, jusqu’aux propos de V. Poutine suggérant en 2002 que « chaque Tchétchène a, sous son matelas, une kalachnikov »54.

38Ainsi, la vision du caractère menaçant de la population tchétchène est répandue dans l’imaginaire des soldats russes (de même que n’importe quel soldat d’armées d’occupation voit la population du territoire occupée comme un danger potentiel) et se trouve répercutée également dans la société russe. Elle est encore renforcée par les attentats commis sur le territoire russe, dans un glissement qui fait de chaque Tchétchène un (ou une) terroriste en puissance : « Peut-on avoir la certitude que cette madame Koungaïeva n’aurait pas tiré sur la foule sur un marché, ou n’y serait pas venue avec trois kilos d’explosifs ? » se demande un participant au forum de la BBC sur Boudanov de juillet 2003, alors qu’un autre renchérit « si nous accusons et condamnons Boudanov alors allons-y, acquittons toutes les shahidki [martyrs] qui font des attentats dans nos villes et tuent nos enfants »55.

« À la guerre comme à la guerre »

39La victime ayant été transformée sans preuves et en dépit des faits en « combattante », et décrétée coupable a priori, le débat sur le meurtre prend une autre dimension, intégrant des éléments de vengeance et de légitime défense. Boudanov explique qu’il était « dans un état d’extrême émotion», mis hors de lui par cette femme qu’il considérait comme responsable de la mort de ses hommes, qui l’aurait insulté et aurait tenté lors de l’interrogatoire de s’emparer de son pistolet. Plusieurs expertises menées par l’Institut Serbski56 concluent en effet à une « altération passagère de son état psychique » et aboutissent à l’exonérer de toute responsabilité. L’argument selon lequel il était sujet à une intense émotion et incapable de se contrôler semble plutôt bien accepté par l’opinion publique, car selon un sondage du VTsIOM de juillet 2002, seules 12 % des personnes interrogées le considèrent comme un simulateur, alors que 58 % croient à l’idée qu’il était « dans un état d’extrême émotion »57. Néanmoins, sur les différents sites internet, les débats tournent assez peu autour de l’état d’esprit de Boudanov : ils tendent plutôt à généraliser la portée de son acte, en discutant des méthodes qui peuvent être employées en temps de guerre.

40Sur un forum internet de la chaîne de télévision TV6, on peut lire, le 25 juillet 2003, l’échange suivant entre un certain « KKK » et un certain « Vanish » :

KKK : « S’il pensait que c’était une femme- sniper et qu’il l’a enlevée, cela veut dire qu’il avait des raisons pour cela et qu’il a fait tout comme il fallait. A la guerre, les lois de temps de paix ne sont pas valables ». .

Vanish : « Certes, mais il y a des lois de la guerre. Cette jeune fille était un sniper, combattant contre l’armée russe ? Boudanov l’a arrêtée ? Très bien. Donc – c’est une prisonnière de guerre. Il y a les conventions de Genève qui concernent le traitement des prisonniers de guerre. Et il y est clairement écrit ce que l’on peut faire et ne pas faire avec les soldats ennemis prisonniers. Les violer et les étrangler (tuer) c’est interdit sans équivoques».

KKK : « Les combattants tchétchènes ne s’inspiraient pas trop des conventions de Genève envers nos soldats quand ils leurs coupaient les oreilles et les têtes »58.

41Effectivement, on retrouve fréquemment l’idée que la guerre fonctionne selon ses propres lois, et que l’élimination des ennemis est d’autant plus justifiée que les Tchétchènes eux-mêmes se comportent de manière extrêmement cruelle. Ainsi en mars 2001, sur le plateau de l’émission Glas Naroda (La Voix de la Nation) de NTV, une femme qui se présente comme « fille d’officier soviétique » prend la défense de Boudanov et de l’armée russe et estime probable que Elza ait été un sniper si sa mère en était une.

« Si elle était sniper, on peut l’étrangler sur place, cela règle la question à votre avis ?, demande l’animatrice

– Je sais que si mon père était un sniper, j aurais été certainement un sniper aussi.

– Et on aurait pu l’étrangler sur place, je vous ai bien compris ?

– Et pourquoi pas ? Et moi aussi [rires dans la salle].

– Vous savez, je suis aussi fille d’officier soviétique, on nous a quand même enseigné une autre vision de l’honneur des officiers.

- Oui, je comprends de quoi vous parlez. Mais quand il y a la guerre, et le terrorisme, quand vous voyez ce qu’ils ont fait à nos femmes à Grozny […]»59.

42Le politologue Mikhaïl Sokolov, qui a mené une étude sur les arguments utilisés par les partisans de Boudanov, note à juste titre que pour de nombreux observateurs :

« Le crime dont on accuse Boudanov est normal pour un Russe envers une Tchétchène, puisqu’on peut citer de nombreux exemples où les Tchétchènes se seraient conduits de manière semblable envers les femmes russes. Les arguments de ce type sont rarement utilisés par les hommes politiques, même ceux qui appartiennent à l’opposition radicale. Ils se retrouvent également rarement dans la presse. Cependant, il y a plus qu’assez d’exemples de raisonnements de ce type dans les groupes de discussions sur Internet, dans lesquels l’anonymat favorise l’expression spontanée de son avis »60.

43« Comment peut-on juger les militaires selon les lois des civils, et qui plus est en temps de guerre. Quel délire. Vous y avez été ? Vous avez vu ce que les Tchétchènes font à nos femmes », s’énerve en effet sur le forum de la BBC de juillet 2003 un participant du nom de « Shtraube »61. L’idée qu’un officier ne doit pas se conduire comme un bandit est certes soulevé par certains sur le même forum, mais l’opinion qu’on retrouve le plus fréquemment s’apparente à celle de Rouslan, ancien officier ayant servi en Afghanistan, qui note que si les Tchétchènes voulaient vraiment faire cesser les « excès » de l’armée russe contre eux, « ce ne serait pas compliqué. Il leur suffirait de ne pas couper la tête aux prisonniers, et avant tout de ne pas impliquer des enfants, des femmes et des vieux dans les actions militaires en qualité de snipers, de poseurs de mines ou de kamikazes »62.

44Aussi les nombreuses références à l’adage « à la guerre comme à la guerre » sous-entendent-elles en fait la possibilité d’éliminer les ennemis combattants sans autre forme de procès, un raisonnement qui trouve un véritable écho dans l’opinion publique. Selon un sondage du VTsIOM de juillet 2002, parmi ceux qui avaient entendu parler de l’affaire Boudanov, 29 % estimaient qu’il fallait « montrer de l’indulgence, en prenant en compte la situation de guerre et les mérites militaires de Boudanov », 19 % « qu’il fallait acquitter Boudanov, parce que dans la lutte contre les bandits, tous les moyens sont bons», et 15 % estimaient purement et simplement « qu’il était innocent et devait être libéré »63. Par ailleurs, selon une autre enquête du VTsIOM d’août 2002, 40 % des personnes interrogées pensaient que les personnes arrêtées en Tchétchénie devaient être « éliminées sur place » au moindre soupçon quant à leur participation aux opérations militaires64.

45La confusion et la méconnaissance des règles de droit semblent ainsi dominer dans l’opinion publique. Sans même invoquer les conventions de Genève (puisque le gouvernement russe ne parle que d’opération anti-terroriste et non de guerre), l’enlèvement et le meurtre tombe sous le coup du code pénal ; de plus, le règlement interne des forces armées interdit l’utilisation de la force contre les femmes et les enfants sauf s’ils sont pris les armes à la main65.

46La confusion autour des normes aboutit également, dans un autre type de raisonnement, à mettre sur le même plan le meurtre de la jeune fille et tous les morts faits par la guerre : « Personne ne demande combien de personnes ont été tuées par les obus lancés par le 160e régiment de tanks que commandait Iouri Boudanov. Combien il y avait d’enfants parmi eux. […] De votre point de vue, il y a apparemment une différence entre ces meurtres. De notre point de vue, il n’y en a aucun. Un crime reste un crime, indépendamment de la manière dont il a été commis »66 est-il écrit dans une pétition des vétérans des guerres locales sur le site www.artofwar.ru. Un des instigateurs de la pétition, Arkadi Babtchenko, vétéran et écrivain très engagé contre la guerre, confirme dans une interview que « Boudanov ne comprend pas quelle est sa faute ; il a bombardé de nombreux villages, tué de nombreuses personnes, et ne comprend pas pourquoi on le juge pour la mort d’une seule personne ? ». La position radicale de Babtchenko consiste à souligner que toute mort, dans la guerre, étant condamnable, tous ceux qui ont combattu peuvent être jugés, même s’il faut avant tout juger les politiques, premiers responsables67. Néanmoins, cette position pacifiste aboutit de fait à mettre sur le même plan les opérations militaires et les crimes de guerre : en faisant de tout soldat un criminel, elle exonère de leur responsabilité les véritables criminels de guerre. Elle risque donc sans le vouloir d’alimenter la logique de ceux qui voient le crime de Boudanov comme un acte semblable à ses autres faits d’armes, à l’instar de V. Jirinovski qui souligne que « le colonel a rempli son devoir dans des conditions de combats. Et la guerre, c’est la guerre. Nous allons tenter par des méthodes légales de libérer Boudanov. Parce que je ne sais pas quoi répondre en province à ceux qui me demandent "mais est-ce que c’est un crime de défendre sa Patrie ?" »68.

La contestation du procès

47« Boudanov, si on accumule les crimes qu’il a commis, méritait la prison à vie. Dix ans, c’est une révérence faite aux hautes autorités militaires de Russie » s’insurge Nikolaï sur un forum internet69. La famille de la victime demandait effectivement une peine de prison à vie, et le ministère public lui-même avait plaidé pour un emprisonnement supérieur à dix ans.

48Pourtant, le procès et son issue sont mis en cause par ceux qui défendent le colonel et qui y voient une peine injuste, disproportionnée, et un « procès pour l’exemple ». Beaucoup pensent en effet que le procès relève de la farce, car la condamnation de Boudanov a déjà été décidée en haut lieu. L’accusé lui-même accrédite cette version par son comportement : en juillet 2003, « devant la cour, il a préféré ignorer le déroulement de la procédure, se bouchant les oreilles avec du coton et se plongeant dans la lecture d’un livre »70.

49Les différentes pétitions adressées à Poutine lui demandant de ne pas laisser juger Boudanov, ne supposent à aucun moment que la justice puisse être libre, indépendante et mener son cours. Aussi les différents épisodes du procès, du renvoi du procureur ayant demandé l’acquittement en juillet 2002 à l’annulation du premier verdict très clément par la Cour Suprême en mars 2003, sont-ils interprétés comme un acharnement judiciaire dicté en haut lieu. L’impression que le pouvoir s’obstine contre Boudanov est renforcée par les trois refus consécutifs opposés à ses demandes de libération conditionnelle, en février 2007, août 2007 et avril 200871. Ainsi le contexte d’impunité généralisé, le caractère unique du procès alimente l’idée que Boudanov est un bouc émissaire, victime de la volonté du pouvoir de contenter les Tchétchènes, l’Occident, ou encore de remettre l’armée « à sa place ».

Un procès politique pour contenter les Tchétchènes et l’Occident

50Interrogé en 2003 sur ce qu’il pense du verdict contre Boudanov, Stanislav Govoroukhine, cinéaste et député à la Douma, répond : « que je sois d’accord ou non, qu’est-ce que cela change, il a déjà été condamné. Mais je ne ferais pas une confiance absolue à la justice parce que souvent ses décisions relèvent de la conjoncture politique »72. Son attitude traduit une méfiance plus générale envers la justice, relevée dans un sondage du VTsIOM publié en avril 2008 : 23 % des personnes interrogées estiment que les tribunaux ne font pas leur travail en raison des pressions du pouvoir, et 31 % en raison du manque de conscience et de la corruption des juges73. Le fait qu’en décembre 2007, le juge Vladimir Boukreev, qui avait condamné Boudanov, soit inculpé de fraude et machination financière est venu d’ailleurs apporter de l’eau au moulin de ceux qui dénonçaient un procès malhonnête. L’avis selon lequel le juge militaire a condamné Boudanov sur un ordre venu de plus haut, visant essentiellement à satisfaire les Tchétchènes, est d’ailleurs relativement répandu. Un sondage du VTsIOM-A d’août 2003 montre que 20 % seulement des personnes interrogées pensent que Boudanov a été condamné parce que « sa culpabilité a été démontrée lors du procès »74, contre 61 % qui pensent que « c’est un acte politique, un pas vers les Tchétchènes ».

51Elena Semeniova, dans son site dédié aux officiers russes et aux « victimes » des procès, estime que « le pouvoir a décidé de faire du colonel une monnaie d’échange pour la pacification de la Tchétchénie. De fait, on a échangé Boudanov contre un soutien par les Tchétchènes du référendum »75. Le référendum sur la nouvelle constitution a lieu effectivement en mars 2003, les élections présidentielles en octobre, ce qui fait dire à Asia, de Saint-Pétersbourg que Boudanov « a été condamné pour que les élections du président de la Tchétchénie se passent avec succès»76. Sur le forum de la BBC, les passions s’échauffent à ce propos. « Un officier qui avait rempli honnêtement son devoir envers la patrie a été jeté en pâture aux ennemis de la Russie », s’insurge Roman, alors qu’Alexandre conclut que « si l’État met en prison ses officiers, il ne lui en restera bientôt plus. Boudanov a agi comme il devait. Et les Tchétchènes ont réglé leurs comptes avec lui par l’intermédiaire de la justice russe »77.

52À noter que cette vision d’une justice inique, favorable aux Tchétchènes au détriment des soldats se battant pour la Russie, est aussi le sujet de plusieurs films sur la guerre de Tchétchénie. Ainsi dans Voïna (La Guerre de Balabanov, 2002), un jeune soldat, retenu en otage pendant plusieurs mois en Tchétchénie, y revient pour aider un Anglais à libérer sa fiancée, tue des civils sans le vouloir, et se retrouve en prison – alors que les Tchétchènes qui ont tué, volé, violé, torturé ne sont pas inquiétés. Dans Blokpost (Le poste, de Rogojkine, 1999), tourné avant cette affaire, une des idées centrales est que la justice ne sert en fait qu’à camoufler la logique de vengeance des Tchétchènes. En effet, tout au long du film, se poursuit une enquête de la procurature pour savoir qui a tiré et blessé une femme dans le village où les soldats faisaient une opération de « nettoyage » (cette même femme qui leur avait tiré dessus et qu’eux n’avaient fait que blesser, ce qui rend toute l’affaire d’autant plus injuste). Un des soldats est emmené par la procurature locale (tchétchène) et le FSB … et le lendemain, son corps leur est rendu, tué et mutilé puis cousu dans une peau de mouton…

53Si ce type de scénario relève de l’affabulation, l’idée que le pouvoir politique cherche à donner des gages aux Tchétchènes n’est pas totalement dénuée de fondements. Au début de la guerre, 1999-2000, c’est la logique de guerre qui prédomine, l’élimination des combattants par tous les moyens, sans considération pour les civils ; V. Poutine a contenté l’armée en reprenant la guerre de Tchétchénie et en assurant une guerre à huis-clos. Même si le contexte politique reste extrêmement favorable aux « structures de force » qui renforcent leurs poids dans les différentes instances, la situation n’est plus aussi univoque à partir de 2002. En effet, le pouvoir russe met en avant l’idée d’une solution politique, d’une « normalisation » de la situation (référendum constitutionnel, élections). Il lui faut donc surmonter la contradiction qui veut que les Tchétchènes soient proclamés « citoyens russes » et en même temps traités comme des ennemis. Pour s’assurer de la collaboration des élites, V. Poutine a pu donc chercher à donner des « signes » aux Tchétchènes, la condamnation et le maintien en prison Boudanov constituant un de ces symboles.

54Le président aurait ainsi fait d’une pierre deux coups, puisque l’affaire Boudanov est aussi un symbole dans sa politique extérieure, face à l’Occident. Anna Politkovskaïa rappelle à ce propos que le chancelier Schroeder s’est personnellement inquiété de l’issue de l’affaire Boudanov dans un entretien avec Poutine78. La pression des instances internationales sur la Russie est restée néanmoins très faible tout au long de la guerre. Cela n’empêche pas pourtant ceux qui contestent le procès d’y voir, à l’instar du général Chamanov, « une intervention idéologique des pays occidentaux contre la Russie »79, ou, de penser, comme le parti Unité Nationale russe, que « le pouvoir russe actuel, anxieux de plaire à "l’opinion publique internationale" et de lui montrer son visage démocratique, a décidé d’organiser un procès exemplaro-hypocrite contre un Officier Russe héroïque »80.

L’État trahit son armée

55En mai et en septembre 2004 (juste après la prise d’otage de Beslan), Boudanov avait déposé des demandes de grâce... qu’il avait retirées presque immédiatement. Nombreux sont les observateurs qui expliquent ce retrait par la pression d’un Kremlin anxieux de ne pas « fâcher les Tchétchènes » en le graciant, et désireux en même temps de ne pas « fâcher l’armée » en refusant la grâce. En effet, comme le note le politologue Mikhaïl Sokolov, le procès Boudanov est souvent « examiné uniquement dans le contexte des relations entre Poutine et l’armée, qui l’a soutenu lors des élections et qui se retrouve maintenant trahie. Selon une des versions, Poutine agit ainsi sous la pression des créanciers du G8, selon une autre – il veut échapper à l’obligation de rembourser ses dettes pour les services offerts par les militaires lors de la campagne électorale ». Il appelle « corporativo-pragmatique » :

« [cet argument qui] consiste à dire, que le procès Boudanov – même si le colonel a commis tout ce qu’on lui incrimine – aura en lui-même des conséquences bien plus destructrices que celles qui peuvent découler de sa libération. En effet, en acceptant que l’affaire soit portée devant la justice, l’État a autorisé à penser que de telles choses pouvaient se passer. L’ombre portée par de tels soupçons à toute l’armée – même si le colonel est acquitté sans condition, - ce qui est peu probable étant donné qu’il reconnaît en partie sa faute – portera un préjudice certain à sa réputation. […] De cette manière, de facto, l’État coopère avec les séparatistes contre sa propre armée »81.

56Selon une enquête du VTsIOM de juillet 2002, 32 % des personnes interrogées pensaient en effet que l’affaire Boudanov avait été lancée dans le but de compromettre l’armée russe82. De nombreuses voix s’élèvent donc lors du procès pour dénoncer la manière dont le pouvoir traite son armée, et contre le fait même que des soldats ou des officiers envoyés combattre en Tchétchénie soient ensuite jugés. Ainsi dans un forum de la BBC en russe consacré à l’affaire Boudanov un des participants note : « Si la patrie envoie ses soldats à la guerre, et ensuite les juges pour cette même guerre, alors ce n’est plus la mère-Patrie … c’est une marâtre ». Pour eux, l’État ne devrait pas « lâcher » ses soldats, de même qu’un bon officier n’abandonne pas ses hommes. Sur le même forum de la BBC, un ancien officier des services spéciaux vivant aux États-Unis écrit : « je suis pour l’officier Boudanov !!! L’État n’a pas le droit de trahir ses officiers, quelle que soit la raison. Qui est plus cher à l’État : un colonel de l’armée russe, qui défend les intérêts de la Russie, ou une femme sniper ennemie de 19 ans (!) »83.

57Ces protestations s’appuient sur l’idée plus générale que l’armée est mal traitée et méprisée par le pouvoir politique. Le mythe du « coup de poignard dans le dos » des civils, - un argument classique utilisé à la fin de chaque guerre -, est très présent en Russie actuelle. Ainsi les militaires pensaient la première guerre de Tchétchénie gagnée sur le terrain, et beaucoup n’ont jamais pardonné le cessez-le feu signé à Khassaviourt en août 1996. Dix ans après, et dans un autre registre, un film à succès de F. Bondartchouk, 9 Rota (Le 9e escadron, 2006) développe la même idée de trahison des civils : une compagnie mène un dernier combat à mort en Afghanistan… pour rien car les politiques ont déjà signé le retrait des troupes.

58Du mépris du pouvoir politique envers l’armée témoignerait également la situation matérielle encore catastrophique de celle-ci, et en particulier les difficultés de logement, les soldes trop faibles des soldats et des officiers, les difficultés rencontrées par les vétérans pour faire se faire payer ce que l’État leur doit pour le service en Tchétchénie. Là encore, l’affaire Boudanov s’appuie sur ces arguments, puisqu’en mai 2004 Iouri Boudanov retire sa demande de grâce « en expliquant sa décision par le fait que dehors, il n’avait nulle part où vivre ni travailler »84.

Conclusion : de l’affaire Boudanov aux verdicts des jurys populaires

59Lors de l’émission Glas Naroda (La Voix de la Nation) du 30 mars 2001 sur NTV, un juriste interviewé estime que « si l’affaire Boudanov était examinée par une cour d’assise, cela entraînerait peut-être un acquittement, en raison de la charge émotionnelle de la situation ainsi que de l’attitude envers l’armée »85. C’est en tout cas ce qui va se passer pour les affaires suivantes, celles du groupe des spetsnaz d’Oulman et des officiers des forces de l’Intérieur Arkatcheev et Khoudiakov. Bénéficiant du nouveau Code pénal de 2002 et de la loi de 2004 sur la sélection des jurés civils86, ceux-ci ont effet choisi d’être jugés devant un jury populaire : par deux fois, ils seront acquittés, et ce n’est que lorsque la Cour Suprême renvoie l’affaire devant un tribunal composé de juges militaires qu’ils sont finalement condamnés87.

60Les raisons pour lesquelles les juges militaires ont appliqué la loi dans toute sa sévérité, à la différence des jurés populaires, restent à déterminer. Les juges militaires ont-ils fait preuve d’un réel professionnalisme et d’indépendance d’esprit ? Alors qu’on aurait pu attendre qu’ils soient à la fois juges et parties, l’esprit de corps n’a t-il finalement pas joué en raison de tensions internes ? Les juges militaires se sont-ils au contraire trouvés plus vulnérables qu’un jury aux pressions d’un pouvoir politique qui voulait ériger ces affaires en exemples ? Au contraire, la défense avait-elle mal préparé ses dossiers, et les failles qui n’avaient pas été relevées par les jurys populaires ont-elles été vues par des professionnels ?

61Toujours est-il que ces affaires montrent une réelle continuité du point de vue des mobilisations : les groupes qui ont soutenu Boudanov organisent un soutien à Oulman, Arkatcheev et Khoudiakov. Confusion des normes applicables dans le cas de la guerre de Tchétchénie, vision de tous les Tchétchènes comme des combattants en puissance, impression que les officiers se battant pour la Russie sont trahis par des politiques qui font le jeu des Tchétchènes, sentiment d’une ingérence de l’Occident…. tous les discours qui s’expriment autour de l’affaire Boudanov sont avancés pour leur défense. Avec un argument supplémentaire cependant : la dénonciation de l’injustice privant des officiers qui ont défendu la Patrie au péril de leur vie du droit d’être jugés par un jury populaire. Ainsi, dans un retournement remarquable, des militaires ayant commis des crimes contre les civils, et même reconnu en partie ceux-ci, sont présentés comme des victimes. Cette confusion laisse peser un doute non seulement sur les possibilités d’une véritable justice pour les crimes de guerre commis par les forces russes en Tchétchénie, mais aussi sur l’acceptation des décisions de justice par la société russe.

Top of page

Notes

1 « Rossiiskii polkovnik arestovan za ubiistvo mirnoi chechenki », 30 mars 2000, http://lenta.ru/vojna/2000/03/30/budanov/obvinili.htm.
2 Avant son expédition au village de Tangi-Chu, Budanov, qui avait bu copieusement avec un de ses collègues pour fêter l’anniversaire de sa fille, avait forcé le lieutenant Bagreev à ouvrir le feu sur le village – celui-ci, ayant refusé, s’était vu roué de coups, puis placé dans une fosse où il avait encore été frappé à plusieurs reprises. L’arrestation de Budanov relève en fait d’un enchaînement de circonstances favorables : alertée par les parents, la kommandantur d’Urus-Martan prévient le général Gerasimov, commandant par intérim des forces de l’Ouest en mars-avril 2000 : celui-ci se rend au village, où il recueille le témoignage des parents de la victime, puis au cantonnement du 160e régiment, où il ordonne l’arrestation du colonel. (À noter que la sanction d’un officier supérieur, indispensable pour toute arrestation d’officier, n’aurait sans doute pas été obtenue si le général Shamanov avait été à son poste à ce moment-là).
3 « La Tchétchénie ouvrirait ses centres de détention au CICR », Le Monde, 1er avril 2000.
4 L’affaire n’avance pas depuis des années, la procurature chargée de l’enquête reconnaissant la présence d’OMON de Saint-Pétersbourg mais niant leur participation aux meurtres ; en juillet 2007 la Russie a été condamnée pour cette affaire par la Cour Européenne des droits de l’Homme (http://www.kavkaz-uzel.ru/newstext/news/id/1192972.html).
5 Lapine (surnommé aussi Kadet), officier de police originaire de Khanty-Mansiisk est condamné en mars 2005 à onze ans d’emprisonnement pour l’enlèvement et le meurtre en janvier 2001 d’un jeune Tchétchène, torturé à mort dans un commissariat de Grozny. En 2002, Ulman et son groupe, membre des commandos spéciaux des renseignements militaires, ont exécuté les passagers d’une voiture sur laquelle ils avaient tiré par erreur ; ils sont condamnés en juin 2007 à des peines de 9 à 14 ans. Arkacheev et Khudiakov, officiers des troupes de l’Intérieur accusés d’avoir tué trois ouvriers à un poste de contrôle en janvier 2003, sont condamnés en décembre 2007 des peines de 15 à 17 ans de prison. Dans les deux derniers cas, le verdict tombe alors qu’une partie des accusés est en fuite.
6 www.ara.ru.
7 http://www.voinevet.ru.
8 http://www.levada.ru/press/2002073100.html, enquête menée du 26 au 29 juillet 2002 sur un échantillon de 1600 personnes.
9 A. Duparc, « L'impossible procès d'un "héros russe" », Le Monde, 13 avril 2001.
10 L’Itchkérie désigne ici la Tchétchénie indépendantiste.
11 Photo disponible sur le site http://community.livejournal.com/budanov_ru.
12 A. Politkovskaïa, La Russie selon Poutine, Gallimard, Folio, 2005, pp. 86-87.
13 « Shamanov : Sud dolzhen polnost’iu opravdat’ polkovnika Budanova », 2 mars 2001 http://lenta.ru/russia/2001/03/02/shamanov/.
14 Ne pas confondre les Organisations de mères de soldats, luttant pour la réforme de l’armée, contre la dedovshchina et particulièrement actives au moment de la première guerre de Tchétchénie, et ces Conseils de mères ou de parents de soldats organisés par l’armée ou en soutien à celle-ci, et qui tiennent au contraire un discours patriotique (cf. F. Daucé, « Militer contre les militaires » in A. Le Huérou, E. Sieca-Kozlowski (dir.), Culture militaire et patriotisme dans la Russie d’aujourd’hui, Paris, Karthala, 2008).
15 M. Sokolov, « Predely primeneniia doktriny prav cheloveka v sovremennoi rossiiskoi kul’ture. Sud nad polkovnikom Budanovym i ego protivniki », www.iie.ru/ifp/Alumni/Sokolov/Downloads/art2.doc.
16 http://news.bbc.co.uk/hi/russian/russia/newsid_3111000/3111333.stm, 30 juillet 2003.
17 Le Congrès des communautés russes avait été entre autres dirigé par le général Lebed, qui avait obtenu la troisième place aux élections présidentielles de juin 1996, en pleine guerre de Tchétchénie.
18 Vremia novostei, N°228, 11 décembre 2006, http://www.vremya.ru/print/167409.html.
19 www.dpni.org.
20 www.rne-center.org.
21 http://www.rne-center.org/propaganda/p_2001-2.html.
22 Limonka, # 211, décembre 2002 ; http://limonka.nbp-info.ru/211/211_12_03.htm.
23 Les marches russes sont organisées par les forces d’extrême-droite à l’occasion du 4 novembre, nouvelle fête introduite par V. Putin (en lieu et place de la Révolution d’Octobre), qui célèbre la libération de Moscou contre les forces polono-lituaniennes en 1612. Voir le site http://rusmarsh.org/.
24 Clip vidéo disponible sur http://www.youtube.com/watch?v=NeOwyNsABDk.
25 Ce clip, visible sur http://www.youtube.com/watch?v=szxddLwZyDo&feature=related, est repris sur de nombreux blogs (http://prosto-tit.livejournal.com/133592.html ; http://soberminded.livejournal.com/300918.html). Texte disponible sur http://www.russkoedelo.org/poetry/kharchikov.php.
26 Commandant en chef des troupes russes lors des guerres du Caucase du XIXe siècle, celui-ci est connu pour avoir dit : « Jamais la terre n’a abrité engeance plus vile que les Tchétchènes ».
27 Cité sur le blog de Gennadi Cherniavski, http://gengri.livejournal.com/43276.html. Voir la photo de la banderole sur le site http://cska.nnm.ru/lokomotiva_terek.
28 A. Politkovskaïa, op. cit., pp. 86-87.
29 A. Duparc, 2001, op. cit.
30 http://www.levada.ru/press/2002073100.html.
31 Ibid. et http://www.levada.ru/press/2004092301.html.
32 Iu. Nersesov, « Osobennosti natsionalnoi pravozashchity », Spetsnaz Rossii # 6 (117), juin 2006, http://www.specnaz.ru/article/?919.
33 On ne trouve quasiment aucune référence à Budanov sur les sites des grandes organisations de vétérans comme l’Union Russe des vétérans d’Afghanistan (Rossiiski soiuz veteranov Afganistan, http://www.rsva.ru/index.shtml), le Mouvement social panrusse des vétérans des guerres locales et conflits armés (Vserossiiskoe obshchestvennoe dvizhenie veteranov lokalnykh voin i voennykh konfliktov, http://www.bbratstvo.org/, organisation du général Gromov, ancien commandant des forces soviétiques en Afghanistan) ou encore sur le site internet www.artofwar.ru, qui lancera plus tard pourtant une pétition en soutien à Ulman.
34 « Vy soglasny s prigovorom Budanovu ? », Vlast’ # 30 (533), 4 avril 2003, http://www.kommersant.ru/doc.aspx?DocsID=401110.
35 Formé à la fin des années 1980, le VTsIOM (Vsesojuznyi Tsentr Izuchenia Obshchestvennogo mnenia) représente le centre de référence pour l’étude opinion publique russe. Cependant une grande partie de l’équipe de sociologue qui formait le VTsIOM, quitte le Centre en aout 2003, pour protester contre ce qu’ils percevaient comme une tentative de prise de contrôle du pouvoir : ils forment le VTsIOM-A, qui prend en 2004 le nom de centre Levada. La majorité des sondages présentés ont été réalisés avant la scission et sont donc présentés simplement comme émanant du VTsIOM. Pour ceux réalisés après 2004, on précisera s’il s’agit du centre Levada (cf. le site www.levada.ru) ou du VTsIOM - nom qui désigne donc l’autre centre issu de la scission (www.wciom.ru).
36 Sur un forum de discussion de la BBC, une autre enquête est citée, mais les chiffres sont difficiles à vérifier car le site de la chaine de télévision mentionnée n’en a gardé aucune trace : « Le vendredi, le tribunal a rendu public le verdict contre Budanov – 10 ans de régime sévère. Le soir, la chaîne TVTs a posé à ses téléspectateurs la question : « Quel verdict auriez-vous prononcé », et proposé les variantes suivantes : 10 ans, à vie, acquittement. Les résultats ont choqué même l’animateur : pour 10 ans – 333 voix – pour « à vie » - 1370, et pour l’acquitter - 16700. Beaucoup de ceux qui regardaient ont tremblé. Qu’est-ce que ce peuple, qui dans sa quasi-totalité acquitte un meurtrier et un violeur. Où vivons-nous ? Et si c’est à Moscou qu’il y a 90 %, alors dans le krai de Krasnodar on doit atteindre les 120 % », http://news.bbc.co.uk/go/pr/fr/-/hi/russian/talking_point/newsid_3102000/3102131.stm, 2 août 2003.
37 Ainsi une enquête du VTsIOM de juillet 2002 demandait à un échantillon de 1600 Russes de se prononcer sur des version des événements qui n’étaient pas a priori contradictoire, en demandant ; « Quelle version de l’affaire Budanov vous semble-t-elle la plus plausible » : - l’affaire Budanov a été lancée dans le but de compromettre l’armée russe : 32 % ; - Budanov a étranglé la jeune fille tchétchène quand il a appris qu’elle était une femme sniper : 24 % ; - Budanov a violé et étranglé une jeune fille tchétchène : 14 % (http://www.levada.ru/press/2002073100.html).
38 http://www.levada.ru/press/2004092301.html, sondage d’août 2003 sur un échantillon de 1600 personnes.
39 http://compromat.ru/main/ivanovserg/budanov.htm. L’original de la déclaration se trouve sur le site de НТВ.ru, en date du 16 mai 2001 (russia/16May2001/ivanov_budanov.html) mais n’est plus accessible en 2008.
40 E. Deeva, I. Kuksenova, A. Gracheva, « Bednyi Iurik. Budanov eshche ne zarabotal sebe svobodu », Moskovskii Komsomolets, 23 septembre 2004, http://www.mk.ru/blogs/idmk/2004/09/23/mk-daily/39345/.
41 http://forum.ixbt.com/print/0034/002295.html.
42 A. Politkovskaïa souligne ce paradoxe dans son livre quand elle s’indigne que les femmes russes et les parents de filles pubères qui auraient du « mépriser et haïr un violeur » ne réagissent pas. Elle note que « la télévision diffusa une interview de la femme du colonel. Celle-ci se répandit en lamentations sur son malheureux époux contraint de subir un procès en plus de toutes ces expertises, puis elle parle de leur pauvre fille lasse d’attendre que papa rentre à la maison. Le pays tout entier se prit de sympathie pour la femme de Budanov, mais pas pour les Kungaiev », A. Politkovskaïa, op. cit., p. 123.
43 A. Duparc, op. cit.
44 A. Politkovskaïa, op. cit., p. 91.
45 « Genshtab VS Rossii : Takikh banditov nado s kornem vyrvat’ iz armeiskogo kollektiva », 30 mars 2000, http://lenta.ru/vojna/2000/03/30/budanov/bandit.htm.
46 Lenta.ru est un des sites d’information les plus populaires en Russie aujourd’hui [note des éditeurs].
47 http://lenta.ru/vojna/2000/04/07/budanov/.
48 Acte d’accusation cité par A. Politkovskaïa, op. cit., p. 73.
49 Rossiiskaia Gazeta, 28 mars 2001 http://www.rg.ru/interview/543.shtm (plus disponible en 2008).
50 « Ia – Shamanov, Novaia Gazeta 19 juin 2000, http://novayagazeta.ru/data/2000/42/01.html.
51 Segodnia, 3 mars 2001.
52 http://www.levada.ru/press/2002073100.html,
53 http://news.bbc.co.uk/go/pr/fr/-/hi/russian/talking_point/newsid_3102000/3102131.stm, 2 août 2003.
54 Conférence de presse pour les journalistes russes et étrangers, 24 juin 2002, www.kremlin.ru.
55 http://news.bbc.co.uk/go/pr/fr/-/hi/russian/talking_point/newsid_3102000/3102131.stm, 2 août 2003.
56 Institut psychiatrique qui s’était illustré dans la chasse aux dissidents à l’époque soviétique.
57 http://www.levada.ru/press/2002073100.html. 12 % pensent qu’il stimule et 5 % qu’il est malade (psychique), ne savent pas 25 %.
58 http://www.tv6tut.info/forum/index.php?showtopic=1089.
59http://www.youtube.com/watch?v=OnlSHVHNSac et http://www.youtube.com/watch?v=a4yZmdG4Fes.
60 M. Sokolov, op. cit.
61 http://news.bbc.co.uk/go/pr/fr/-/hi/russian/talking_point/newsid_3102000/3102131.stm, 2 août 2003.
62 http://news.bbc.co.uk/go/pr/fr/-/hi/russian/talking_point/newsid_3096000/3096955.stm, 28 juillet 2003.
63 http://www.levada.ru/press/2002073100.html.
64 Contre 37 % qui estiment qu’il faut les juger et 17 % les traiter comme prisonniers de guerre. Cité par I. Levada, « Press-Vypusk. Sotsial’no-politicheskaia situatsia v Rossii v avguste 2002 po dannym oprosov obshchestvennogo mnenia », 3 septembre 2002, http://www.levada.ru/press/2002090300.html.
65 Article 12 du règlement interne des forces armées, disponible sur http://www.nntu.sci-nnov.ru/RUS/zakon/normativ/vnuslustav.htm.
66 « Na meste Ulmana mog byt’ liuboi iz nas. Ne khotite ubiistv – otkazhites’ ot voiny. Obrashchenie organizatsii veteranov lokalnykh voin », (artofwar.ru), texte reproduit dans Novaia Gazeta, # 39, 25 mai 2006, http://www.novayagazeta.ru/data/2006/39/25.html.
67 Entretien avec A. Babchenko, Moscou, 24 mars 2008.
68 « Vy soglasny s prigovorom Budanovu ? », Vlast’, 2003, op.cit.
69 http://news.bbc.co.uk/go/pr/fr/-/hi/russian/talking_point/newsid_3102000/3102131.stm, 2 août 2003.
70 « Youri Boudanov – Le bourreau d’une jeune Tchétchène finalement condamné », article de Gazeta cité dans le Courrier International, # 665-667, 1er août 2003.
71 Au regard des nombreux dysfonctionnements de la justice russe, il semble difficile d’analyser le sort de Boudanov uniquement comme une manifestation de courage et d’indépendance de la justice. Il est en revanche impossible de savoir « qui » exactement veille à ce que Boudanov reste en prison : est-ce le résultat de tensions au sein de l’armée ou entre les différentes « structures de force », s’agit-il d’une affaire suivie personnellement par V. Poutine ?
72 « Vy soglasny s prigovorom Budanovu ? », Vlast’, 2003, op. cit.
73 23 % citent ensuite les pressions du pouvoir, et 19 % les défauts de la loi. Press-Vypusk, # 923, 4 avril 2008, http://wciom.ru/novosti/press-vypuski/press-vypusk/single/9934.html?no_cache=1&cHash=024542256b&print=1.
74 http://www.levada.ru/press/2004092301.html.
75 http://ne-uklonyaius.narod.ru/budanov.html.
76 http://news.bbc.co.uk/go/pr/fr/-/hi/russian/talking_point/newsid_3096000/3096955.stm, 28 juillet 2003.
77 http://news.bbc.co.uk/go/pr/fr/-/hi/russian/talking_point/newsid_3102000/3102131.stm, 2 août 2003.
78 A. Politkovskaïa, op. cit., p 125.
79 « Shamanov : Sud dolzhen polnost’iu opravdat’ polkovnika Budanova », 2001, op. cit.
80 http://www.rne-center.org/propaganda/p_2001-2.html.
81 M. Sokolov, op. cit.
82 http://www.levada.ru/press/2002073100.html.
83 http://news.bbc.co.uk/go/pr/fr/-/hi/russian/talking_point/newsid_3096000/3096955.stm, 28 juillet 2003.
84 « Neozhidannyi povorot v dele Iuriia Budanova », http://news.ntv.ru/45009/, publié le 19 mai 2004.
85 http://www.youtube.com/watch?v=a4yZmdG4Fes, voir la partie 5/9.
86 La loi sur le recrutement des jurés du 20 août 2004. Au sujet de l’évolution de la justice militaire en Russie, voir les articles de N. Kovalev et L. Golovko dans ce même numéro [note des éditeurs].
87 En 2002, Ulman et son groupe avaient tiré par erreur sur une voiture, puis abattu les survivants et brûlé les corps ; ils ne nient pas les faits, mais expliquent que le commandement leur avait suggéré de ne pas faire de prisonniers. Ils sont acquittés par deux fois, en mai 2004 et en mai 2005, sous prétexte qu’ils n’avaient fait qu’obéir aux ordres. Quant à Arkacheev et Khudiakov, ils sont également acquittés deux fois de suite, en octobre 2005 et janvier 2007, les jurés estimant qu’ils n’étaient pas coupables de l’assassinat de trois ouvriers en janvier 2003 qu’on leur imputait. Après une plainte déposée en avril 2006 par le président tchétchène pro-russe Alu Alkhanov, la Cour constitutionnelle a estimé que ces affaires devaient être jugées devant des juges professionnels, les jurys populaires n'ayant pas encore été mis en place en Tchétchénie, lieu où les crimes ont été commis. Sur cette base, le collège militaire de la Cour suprême a renvoyé les affaire devant des tribunaux composés de trois juges : en juin 2007, Ulman est condamné à 14 ans de prison, et les membres de son groupe à des peines allant de 9 à 12 ans ; en décembre 2007 Arkatcheev et Khudiakov reçoivent des peines de 15 et 17 ans de prison respectivement.
Top of page

References

Electronic reference

Amandine Regamey, « L’opinion publique russe et l’affaire Boudanov [Russian Public Opinion and The Budanov Case] », The Journal of Power Institutions in Post-Soviet Societies [Online], Issue 8 | 2008, Online since 14 July 2008, connection on 30 March 2017. URL : http://pipss.revues.org/1493

Top of page

About the author

Amandine Regamey

Senior lecturer in Russian language, University of Paris I, Pantheon-Sorbonne

By this author

Top of page

Copyright

Creative Commons License

Creative Commons License

This text is under a Creative Commons license : Attribution-Noncommercial-No Derivative Works 2.0 Generic

Top of page